Page 1 of 1

Raoul Peck signe un chef d'oeuvre

Posted: Sun Mar 06, 2005 10:27 am
by T-dodo
[quote]Raoul Peck signe un chef d'oeuvre
Posté le 5 mars 2005

Disons le d'emblée, Sometimes in April est une merveille cinématographique qui ne peut laisser personne indifférent. À travers l'histoire individuelle d'une famille décimée, c'est tout le drame du génocide rwandais

Le réalisateur haitien bien connu Raoul Peck a présenté en avant-première, vendredi à l'Impérial, son dernier opus, Sometimes in April. Samedi matin, c'était aux membres de la Minustah d'avoir le privilège d'une séance privée. Et dans l'après-midi, en présence du Ministre de la Justice Bernard Gousse, et de Louis Nkopipie, du Programme des Nations Unies pour la Réforme de la Justice et l'Etat de Droit, a eu lieu un débat sur le thème « Rwanda-Haiti : paradoxes et leçons d'une catastrophe annoncée », sous l'égide de FOKAL.

Disons le d'emblée, Sometimes in April est une merveille cinématographique qui ne
peut laisser personne indifférent. À travers l'histoire individuelle d'une famille décimée, c'est tout le drame du génocide rwandais qui est magistralement porté à l'écran. Et Raoul Peck joue un registre tout en finesse. Pas d'effets de manche, pas d'exagération racoleuse, pas d'analyse malhonnête. C'est le déroulement d'une longue descente aux enfers, aux confins de l'atrocité, qui culmine certainement avec l'exécution de la totalité des enfants d'une école religieuse, qui ont refusé de se séparer entre Tutsis et Hutus. Même dans cette scène insoutenable, Raoul Peck manie la pudeur et la retenue avec une rare maîtrise. On pense à l'inoubliable « Cry for Freedom » de Richard Attenborough qui traitait de l'histoire de Steve Biko en Afrique du Sud du temps de l'Apartheid. Hélas, il n'y a qu'en Afrique du Sud que l'on sort quelqu'un de prison pour en faire un président. En Haiti, ce serait plutôt le contraire…

Il est à souhaiter qu'un grand nombre de Haitiens puissent voir ce film, dont la plus belle leç
on est celle de la réconciliation nationale de ce petit pays du centre de l'Afrique. Aujourd'hui, il n'y a plus d'insécurité dans les rues de Kigali, que l'on peut parcourir à toute heure du jour et de la nuit. À quand à Port-au-Prince ?

Né en Haiti en 1953, Raoul Peck a vécu au Zaire, aux Etats-Unis et en France. Il partage sa vie entre Paris, New York, Berlin et son pays natal. Diplômé de l'Académie du Film et de la Télévision de Berlin (1988), il est tout à la fois réalisateur, professeur, journaliste, ingénieur. Il a même été Ministre de la Culture en Haiti jusqu'en 1997, poste dont il a démissionné pour revenir à la mise en scène, pour notre plus grand bonheur. On lui doit entre autres l'inoubliable Homme sur les quais, où l'on découvre à travers l'histoire d'une petite fille l'atrocité de la dictature des Duvalier. Le film avait dû être tourné en Dominicanie. Il a également réalisé un long-métrage sur Patrice Lumumba.

Sometimes in April, déjà projeté dans un stade de Kigali devant 30'000
spectateurs alors qu'on en attendait le quart, sera diffusé sur HBO le 19 mars à 8 pm.

WB[/quote]

Posted: Sun Mar 06, 2005 10:31 am
by T-dodo
[quote]Le réalisateur haitien bien connu Raoul Peck[/quote]

I don't know why, but I always assumed that Raoul Peck was not Haitian! Can somebody, who knows, bring some light on this?

Jean-Marie

Posted: Sun Mar 06, 2005 11:50 am
by admin
Of course, he is Haitian, Jean-Marie. He is a natif-natal from Port-à-Piment (du Sud), not that far from your beloved Jérémie (at least from a bird's eye view). He also was Minister of Culture in the first Aristide administration and oversaw the much-talked about (and fiscally discredited) Fugees-Wyclef Jean's concert in Port-au-Prince. To be a Minister of Haitian Culture, one would have to be Haitian, I think.

His film "L'homme sur les Quais" was much acclaimed and officially selected by the Cannes film festival in 1993. Toto Bissainthe (de regrettée mémoire) had a key acting role in that movie. It relates a story of terror during the Papa Doc era, through the eyes of a small girl, whose parents left in the care of her grandmother (Toto Bissainthe) to join the safety of the Diaspora. It is a poignant film, that is unflinching in the depiction of the political reality that we lived in Haiti in the late fifties and during the sixtie
s. The psychology of that era was brillantly captured by Raoul Peck. The movie is on DVD and I highly recommend it to you.

Of course, a search on "Raoul Peck" on this very forum will yield quite a bit of additional information.

Posted: Sun Mar 06, 2005 3:07 pm
by T-dodo
Guy,

Thank you very much for the info. But one can't be faulted too much for associating a filmographer named Peck to the famous and better known american actor, Gregory Peck. He must be his grandson or grand nephew! But, next time, I will skip the association part and do the reading or researching part.

Jean-Marie