Festival de films haïtiens chez Images d'Ailleurs à Paris

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2152
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Festival de films haitiens chez Images d'Ailleurs à Paris

Post by admin » Tue Nov 02, 2004 11:16 am

Festival de films haitiens chez Images d'Ailleurs à Paris

La salle d'arts et d'essais consacre son programme à Haiti cette semaine
Par Rédaction Grioo.com

CINÉMA IMAGES D'AILLEURS

Premier Espace Cinéma Black de Paris
Création Sanvi PANOU
21 rue de la Clef, face au 29 rue Daubenton, 75005 Paris
Cinéma : 01 45 87 18 09 - Bureau : 01 47 63 74 00
Métro Censier-Daubenton

ECRANS D¹HAÏTI - FESTIVAL DE FILMS

En partenariat avec
Collectif 2004 images, Réseau France Outremer (RFO) et la Mairie de Paris

Ce programme sera divisé en trois parties afin de distinguer les différents aspects de l¹expérience haitienne à travers diverses perspectives : le regard des Haitiens, celui de la diaspora et celui des étrangers.


LE REGARD DES HAÏTIENS DU PAYS

Anita, fiction de Rassoul Lab
uchin. 45 min, 1981.
Une jeune fille quitte la campagne haitienne pour aller travailler chez une famille riche de Port-au-Prince. Ce film est le premier à présenter le problème des enfants confrontés à l'esclavage domestique.
Samedi 30 octobre - salle 1 - 14h (+ Mon ami le maire)

Art Naif et Répression en Haiti, documentaire de Arnold Antonin, 52 min, 1976. Présence du réalisateur.
Ce film, prix spécial du jury au Festival de la Francophonie à la Nouvelle Orléans en 1976, est une dénonciation raisonnée de la triple exploitation, commerciale, politique et idéologique de l¹art naif par la dictature des Duvalier. Il se veut en même temps un appel à la liberté artistique et un appel à l¹engagement des artistes aux côtés de ceux qui luttent pour la liberté tout court.
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 16h30 (+ Dreamers + Ame noire)
Samedi 30 octobre - salle 2 - 17h45 (+ [b:d8b101
2c6f]Dreamers )

40 ans après...Roussan Camille, documentaire de Mario Delatour, 52 min, 2002. Inédit
Ce documentaire est un portrait du célèbre poète jacmelien, Roussan Camille. C¹est aussi un hommage au Port-au-Prince de la belle époque. Texte et narration de Sito Cavé.
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 14h15 (+ Plaine du Nord)
Samedi 30 octobre - salle 1 - 16h15 (+ Haiti, un temps mis en conserve)

Haiti coeur battant, de Carl Lafontant, 62 min, 2003. Présence du réalisateur. Inédit
Ce film n¹est ni un documentaire, ni une fiction. Il propose une lecture de la culture haitienne à partir de l¹expérience vécue d,une musicienne japonaise. Michiko est une pianiste de jazz sur laquelle la musique d¹Azor excerce une profonde fascination. San renier sa propre culture, elle est inéxorablement amenée à entreprendre une quête musicale qui la conduira au coeur même d
e la culture et de la musique traditionnelle haitienne.
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 21h30

Des Hommes et des Dieux, documentaire de Laurence Magloire et Anne Lescot, 52 min, 2002. Présence des réalisatrices.
Ce documentaire primé au festival Vues d¹Afrique, décrit le lien que certains homosexuels et travestis entretiennent avec le vodou. Dans un pays où l¹évocation de l¹homosexualité, et qui plus est du travestissement, reste encore tabou, le vodou devient un espace libérateur, où chacun, quelque soit son orientation sexuelle, peut trouver protection et réconfort. Grâce à des personnages sensibles et attachants, le spectateur progresse peu à peu dans un monde sprirituel complexe et fascinant.
Samedi 30 octobre - salle 1 - 19h45 (+ Lwa yo voye rele'm)
Lundi 1er novembre - salle 1 - 16h45 (+ Divine Horsemen)

La vi ka bel pou tout moun (la vie peut-être belle), documen
taire de Laurence Magloire, 30 min, 2004. Présence de la réalisatrice. Inédit
Ce film est construit essentiellement autour de témoignages de personnes vivant avec le PV-VIH. Ce film, produit par PSI-Haiti, constitue une nouvelle arme de combat contre la stigmatisation, dont sont victimes les PV VIH, et un outil pour aider ces derniers à continuer à vivre. Le documentaire aborde la question du sida en Haiti sous un angle culturel. La vi ka bel pou tout moun porte à l¹écran la représentation que se fait la population haitienne de la pandémie.
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 18h30 (+ Madanm Tizo)
Samedi 30 octobre - salle 1 - 18h (+ Les enfants du coup d¹Etat)

Les Enfants du coup d¹Etat, documentaire de Rachèle Magloire, 57 min, 2001. Présence de la réalisatrice.
1999, des femmes victimes de viols collectifs durant la période du coup d¹état militaire de 1991 à 1994, décident de monter une pièce de théâtre pour exorciser les démons qui les habitent, et réclamer une
justice qui tarde à être rendue. Elles font appel pour cela, à des professionnelles de l¹écriture et de la mise en scène. Avec Michèle Lemoine qui doit écrire le texte principal, le film va révéler ces histoires en s¹attachant particulièrement à celle d¹Iphémie, Jean-Pierre et de ses enfants. Peu à peu, on assiste à la construction de la pièce de théâtre mais aussi aux démarches d¹Iphémie pour obtenir justice.
Samedi 30 octobre - salle 1 - 18h (+ La vi ka bel pou tout moun)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 14h (+ Haiti, un temps mis en conserve)

Pays sauve qui peut, court-métrage de fiction de Guy Régis Junior, 12 min, 2002. inédit
Un homme songe à quitter son pays, ce qui l¹amène à se questionner sur sa vie, évoquant ses souvenirs, les raisons qui le pousse à partir. Mais il s¹interroge également sur ce que vaut la vie d¹un homme pauvre aujourd¹hui ?
Samedi 30 octobre - salle 1 - 21h30 (+ Larbre de la liberté)
Lundi 1er novembre - salle 2 - 14h15 (+ E pluribus unum + Héritage vaudou)

Lwa yo voye rele'm, court-métrage documentaire de Anne Lescot et Laurence Magloire, 6 min, 2001. Présence des réalisatrices. inédit
Ce docu-poétique constitue une plongée au coeur de la transe. Un homme, ou bien est-ce une femme est "monté" par Ogou, le lwa guerrier. Un long combat s¹ensuit dans lequel se mêlent sensualité, poésie et spiritualité. Qui vaincra de l¹homme ou de la femme, du lwa ou de l'humain ?
Samedi 30 octobre - salle 1 - 19h45 (+ Des hommes et des dieux)

Barikad, fiction de Richard Sénécal, 111 min, 2001. Présence du réalisateur.
Les barrières les plus infranchissables ne sont pas celles que l¹on place sur notre chemin mais bien celles que nous nous imposons par nos préjugés, notre intolérance, notre mépris de l
¹autre, le peu (ou le trop) d,estime de nous-même". L¹une des fictions les plus populaires de ces dernières années, qui mêle sentiments amoureux et préjugés de classe.
Samedi 30 octobre - salle 2 - 16h
Dimanche 31 octobre - salle 1 - 19h

GNB contre Attila, documentaire de Arnold Antonin, 110 min, 2004. Présence du réalisateur. Première
Ce film documentaire retrace les évènements ayant conduit à la chute du régime Lavalas de Jean Bertrand Aristide, le 29 février dernier. Adressé à la société haitienne, il rend notamment hommage aux étudiants, en particulier ceux de la Faculté des Sciences Humaines, qui ont été le fer de lance de la mobilisation contre le pouvoir dictatorial d¹Aristide. Ce film, censuré en Haiti, ne manquera pas de suciter les débats.
Samedi 30 octobre - salle 2 - 21h30
Lundi 1er novembre - salle 1 - 14h



LE REGARD DE LA DIASPORA

E publius Unum, court-métrage expérimental de Maxens Denis. 33 min
, 2002. Présence du réalisateur. Prix du meilleur film d'art au Black Flm Festival de Berlin
Le portrait de deux sculpteurs haitiens, André et Céleur. Leurs oeuvres prennent leur inspiration dans le Vodou et marient le bois et le fer. Ces deux sculpteurs qui vivent dans des conditions difficiles dans un quartier populaire de Port-au-Prince, transforment leur lieu de vie en musée et en atelier et veulent à travers leurs créations laisser une trace pour les générations futures témoignant de leur condition de vie.
Dimanche 31 octobre - salle 1 - 16h45 (+ Haiti, coeur battant)
Lundi 1er novembre - salle 2 - 14h15 (+ Pays sauve qui peut + Héritage vaudou)

L'arbre de la liberté, documentaire de Maxence Denis. 68 min, 2004. Avant-première. Présence du réalisateur.
De l'Ayiti des indiens jusqu'à la guerre de libération qui conduisit à l'indépendance d'Haiti, ce documentaire nous
parle des différents combats qu'ont menés des hommes sur cette terre afin de l'en délivrer du joug de la servitude. De Caonabo à Toussaint Louverture, par delà des luttes de races ou de couleurs, ces hommes ont mené le combat pour la liberté et l'égalité...
Samedi 30 octobre - salle 1 - 21h30 (+ Pays sauve qui peut)
Dimanche 31 octobre - salle2 - 19h30 (+ L'évangile du cochon créole)

Le Profit et rien d'autre de Raoul Peck. 57 min, 2001.
Un essai poétique et engagé ou Raoul Peck pose le problème du capitalisme néolibéral qui se présente désormais comme l'unique vérité, l'unique morale. A partir de la réalité Haitienne, Raoul Peck aborde froidement la question du partage des richesses dans le monde actuel, où 1/3 de la population dans les pays riches, soit 2% de la population mondiale, contrôle tout. Un monde où la loi du plus fort s'impose au reste de l'humanité. Raoul Peck s'interroge aussi sur l
'état de la solidarité dans nos sociétés où les comportements sont fondés sur le cynisme et l'immoralité. Il relance le débat autour du militantisme en se demandant : que deviennent les militants ?
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 15h30 (+ Cochon sacré, cochon maudit)
Samedi 30 octobre - salle 2 - 20h ( + L'évangile du cochon créole)

Tchala... l'argent des rêves, documentaire de Michèle Lemoine, 49 min, 2003. Présence de la réalisatrice.
Voyage à travers l'univers de la borlette, une loterie privée très populaire en Haiti qui s'appuie notamment sur l'interprétation des rêves pour choisir les numéros gagnants. Presque tout le monde y joue mais pour la plupart des Haitiens, ce jeu n'est pas seulement une passion, mais une nécessité. C'est bien souvent avec les gains de la borlette qu'on arrive à survivre ... Jouer est devenu la seule solution pour ce peuple qui n'a plus que ses songes à investir. Dan
s cette île arrivée au bout de la misère, la borlette, jeu d'argent et de rêves, accompagne le quotidien désenchanté d'un pays en faillite, livré au chaos, et condamné à vivre du hasard.
Dimanche 31 - salle 1 - 14h15 (+ Bonjour la rézoné)

Bonjour la rezone, documentaire de Elsie Haas et Nixon Amilcar, 52 min, 2003. Présence des réalisateurs.
A travers les rituels de préparation du traditionnel repas du Nouvel An Œsoup joumon' (soupe de potiron), les réalisteurs décrivent les expériences d'un groupe d'Haitiens vivant à Paris.
Dimanche 31 - salle 1 - 14h15 (+ Tchala, l'argent des rêve)

Ame Noire, court-métrage d'animation de Martine Chartrand, 9 min, 2000.
Ce film d'animation convie le spectateur à une plongée au coeur de la culture noire, à un rapide et exaltant voyage à travers les lieux qui ont marqué l'histoire de ces peuples. Le récit que transmet une vieill
e dame à son petit-fils fait défiler sous nos yeux une succession de tableaux peints directement sous la caméra.
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 16h30 (+ Art naif et répression + Dreamers)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 16h15 ( + Madanm Ti Zo)

L'Evangile du cochon créole, court-métrage de fiction de Michelange Quai, 13 min, 2004. Présence du réalisateur. Avec Dominique Batraville.
Court métrage sur les bidonvilles en Haiti, sélectionné au Festival de Cannes en 2004. ³Je suis le cochon Créole. Je suis qui je suis, je suis le porc de vos ancêtres. Il n'y a aucun porc sauf moi, Ce porc du nouveau monde dont le sang a lavé les esclaves de leur péché, dont la chair est ta chair, jusqu'à la fin des temps².
Samedi 30 octobre - salle 2 - 20h (+ Le profit et rien d'autre)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 19h30 (+ L'arbre de la liberté[
/b])

Les Chemins de la mémoire, documentaire Frantz Voltaire, 52 min, 2003. Présence du réalisateur.
Un film fait d'interviews et d'images d'archives racontant l'histoire d'Haiti (1915-1957) de la première moitié du vingtième siècle à l'avènement de la présidence de François Duvalier. La deuxième partie de ce film est actuellement en post-production pour sortir en automne 2004
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 14h (+ Haiti)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 21h45 (+ Haiti)

Comment conquérir l'Amérique en une nuit, fiction de Dany Laferrière, 96 min, 2004 Avant-première
Fraîchement arrivé à Montréal avec pour mission de conquérir l'Amérique en charmant la femme blonde, Gégé, jeune Haitien dans la trentaine débarque chez Fanfan, son oncle casanier qui a troqué la poésie contre un bon vieux taxi. Sous le signe de l'humour et de la convivialité et d'un agré
able festin auquel participent Andrée et Denise, deux jumelles québécoises aux contrastes évidents, nos deux joyeux lurons font le bilan de leur vie, de leurs souvenirs et de leurs fantasmes. À la télé, omniprésente dans le récit, diverses personnalités dressent un amusant portrait de la société nord-américaine. L'espace d'une nuit qui se terminera de façon plutôt inattendue, les deux amusants protagonistes tenteront donc de conquérir ... l'Amérique !
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 20h30 (soirée d'ouverture)
Lundi 1er novembre - salle 2 - 16h30




LE REGARD DES AUTRES...

Cochon sacré, cochon maudit, documentaire de Leah Gordon et Anne Parisio, 52 min, 1997, (UK)
Un houngan (prêtre vodou) et un rasta haitien partent à la recherche des derniers survivants de l'espèce des cochons noirs créoles : un voyage étrange dans le monde spirituel haitien.
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 15h30 (+ Le profit et rien d'autre)



Divine Horsemen, documentaire de Maya Deren, 50 min, 1947 (USA)
Le projet initial de Maya Deren, lorsqu'elle réalisa Divine Horsemen, était d'étudier les danses traditionnelles vodou. Elle obtint bien plus qu'elle ne l'espérait et offrit au monde l'un des documents les plus exceptionnels jamais réalisé sur cette pratique ancestrale. Issue du milieu des Surréalistes, Maya Deren adjoint au caractère ethnograpique du projet une poétique qui permet de mieux comprendre pourquoi et comment le vodou séduit autant qu'il interroge.
Lundi 1er novembre - salle 1 - 16h45 (+ Des Hommes et des Dieux)

Haiti, documentaire de Rudy Berkhardt, 15 min, 1934 (Suisse) Inédit
Portrait de Haiti dans les années 30 par un jeune cineaste Suisse.
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 14h (+ Les chemins de la mémoire)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 21h45 (+ Les chemins de la mémoir
e)

Potoprens se pa'm (Port-au-Prince ma ville), documentaire de Rigoberto Lopez, 52 min, 2000 (Cuba)
Portrait de Port-au-Prince, vue comme une ville assiégée, victime de surpopulation, de dégradation écologique et d'un manque d'infrastructures urbaines.
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 17h30 (+ Mon ami le maire)

Les illuminations de Madame Nerval, documentaire de Charles Najman, 77 min, 1999 (France)
Madame Nerval vit a Jacmel, une petite ville du sud d'Haiti qui préserve la splendeur de son passé colonial dans la tranquille langeur d'un temps arrêté. Dans son hounfort, un temple familial où se perpétue la tradition de ses ancêtres, Madame Nerval vénère les dieux de la Guinée, l'Afrique mythique des origines, rêvée, réinventée par les initiés du vaudou haitien. Ce petit temple, toujours ouvert, ne correspond pas à l'image attendue d'un sanctuaire protégé.
Lundi 1er novembre -
salle 2 - 19h
Lundi 1er novembre - salle 2 - 20h30

Le Goût des jeunes filles de John Lécuyer, scénario de Dany Laferrière Fiction, 2004, 88 min (Canada), Avant première
Haiti, 1971. Surprotégé par sa mère, Fanfan, un jeune garçon de 15 ans, aimerait bien pouvoir profiter un peu de la vie. À l'insu de celle-ci, il décide d'aller se promener en ville avec son ami Gégé, un petit délinquant. À la suite d'un incident impliquant un Tonton-Macoute, Fanfan se réfugie chez sa belle voisine, Miki. Pendant tout un week-end, il se trouve déchiré entre sa peur de se faire arrêter, son désir de traverser la rue pour aller réconforter sa mère et le bonheur d'enfin découvrir l'univers de Miki et de ses belles amies. Avec comme toile de fonds la pauvreté et la peur infligées par un régime de dictature impitoyable, Fanfan nous raconte son histoire...
Dimanche 31 octobre - salle1 - 21h30

Un temps mis en conserve de César Paes, 28 min,1993 (Bré
sil)
Documentaire sur le tournage de l'homme sur les quais de Raoul Peck
Samedi 30 octobre - salle 1 - 16h15 (+ 40 ans après Roussan Camille)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 14h (+ Les enfants du coup d"Etat)

Mon Ami le Maire de Hans Fels (Pays-Bas) Inédit Documentaire, 2004, 53 min. Filmé les jours précédant la chute du président Aristide, ce documentaire raconte les derniers moments de Rassoul Labuchin (Yves Médard) en tant que Maire de Port-au-Prince, vu par les yeux de son ami, le cinéaste Hollandais Hans Fels
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 17h30 (+ Potoprens se pa'm)
Samedi 30 octobre - salle 1 - 14h (+ Anita)

Dreamers, documentaire de Jorgen Leth, 55 min, 2002 (Danemark) Inédit
Ce documentaire explore les talents, la créativité, l'imagination et l'optimisme des artistes Haitiens. Leth les présent
e comme des rêveurs, des mystiques et raconteurs qui vivent dans un pays où les forces spirituelles jouent un rôle actif dans leur vie de tous les jours.
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 16h30 (+ Ame noire + Art naif et répression)
Samedi 30 octobre - salle 2 - 17h45 (+ Art naif et répression)

Rara, documentaire de Guillaume Pradère-Niquet, 58 min, 2003 (France)
Une vision personnelle et intime à travers un essai documentaire, un road movie prosaique ... entre pélerinage paien et manifestation vodou, les bandes à pied Rara sont les dernières tribunes populaires de la rue. ³Rara, métaphore de la longue route parcourue depuis l'Afrique jusqu'au cul de sac dŒun tiers monde insulaire² dit le réalisateur en complicité avec Junior, personnage fil conducteur du film, à travers des points de vues, des souvenirs et des anecdotes partagées avec certains intellectuels du pays, artistes, co
nteurs et autres musiciens.
Samedi 30 octobre - salle 2 - 14h15 (+ Plaine du Nord)

Plaine du nord, documentaire de Jean-François Chalut, 28 min,1984 (Canada)
Un document inédit sur le vodou et sur l'un des pélerinages les plus populaires d'Haiti : la Plaine du Nord, effectué chaque année par des dizaines de milliers d'Haitiens pour rendre hommage à Saint-Jacques et Sainte-Anne.
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 14h15 ( + 40 ans après Roussan Camille)
Samedi 30 octobre - salle 2 - 14h15 (+ Rara)

Madanm Ti Zo, documentaire de David Belle, 76 min, 2004 (USA) Inédit
Ce documentaire est un portrait d'une dynamique guérisseuse de Jacmel et nous conte l'histoire d'une arrière grand-mère qui dirige l'équivalent d'une clinique rurale dans sa hutte en chaume située près de la grande rivière de Jacmel. Tout en s'occupant de plusieurs parents
et voisins qui dépendent d'elle. Madanm Ti Zo, connue par ses amis sous le nom de Maman Zo, travaille simultanément comme sage-femme et médecin-feuilles pour un nombre infini d'hommes, de femmes et d'enfants cherchant un soulagement pour leurs maux.
Vendredi 29 octobre - salle 1 - 18h30 (+ La vi ka bel pou tou moun)
Dimanche 31 octobre - salle 2 - 16h15 (+ Ame noire)

Héritage Vaudou de Didier Berry, 69 min, 2003 (Canada) Inédit
Héritage Vaudou s'éloigne des sentiers battus, qui exposent une image stéréotypée du vaudou, en proposant, de préférence, les options plus rationnelles de cette culture en perpétuelle évolution. Ce documentaire amène plusieurs membres de la communauté haitienne de Montréal, toutes catégories confondues, à exprimer leur compréhension de cette culture tabou à travers leur arts et leur science.
Vendredi 29 octobre - salle 2 - 19h30
Lundi 1er novembre - salle 2 - 14h15 ( + [b:d8
b1012c6f]Pays sauve qui peut + E pluribus unum)



Tarifs

Pass 1 jour : 15 Euros (avec soirée d'ouverture 20 Euros)
Pass 4 jours : 45 Euros (catalogue offert)
Billets à l'unité : 5,80 Euros (tarif normal) et 5,10 Euros (tarif réduit)

Vente des billets : FNAC, CARREFOUR, France Billet, Géant, sur place le jour même.

La programmation du festival ECRANS D'HAÏTI a été réalisée par l'équipe du COLLECTIF 2004 IMAGES.

ECRANS D'HAÏTI fait partie de la manifestation HAÏTI EN SEINE qui propose également des expositions du 20 octobre au 5 novembre au Crédit Municipal de Paris, Espace Griffon, 22 rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris. Entrée libre.

Pour plus d'informations, consulter le site internet du festival : www.haitienseine.com

Post Reply