Grèv jeneral nan Gwagloup

Post Reply
Widy
Posts: 43
Joined: Sat Dec 30, 2006 2:35 pm

Grèv jeneral nan Gwagloup

Post by Widy » Tue Feb 10, 2009 7:08 am

Mezanmi,

Dèpi 3 simenn konsa, ayen paka mache Gwadloup a kòz dè oun zafè a grèv.

Tout stasyoun sèvis fèmen, pa gen esans, tout sipè marche fème e ti moun menm pakay lekòl. Se youn sèl problèm nan peyi-la.

Tousa kpmanse èvè grèv kont la vi chè; piskè moun paka vwè douvan a yo ankò.

Esans la menm pase a 1,54 €/L alòs kè li a 1,1 an ewòp, si ou pa gen 12 € ou paka manje pwasoun, oun pwodui ki koute 4 € an ewòp ou ka peye'y 16 € pa bò nou.

Dòt magouy vini fèt ankò piskè yo di kè blan beke ka achte esans Sent Lici pou ayen lajan, apre sa yo ka wote i si etikèt la ki ka ba-ou sent luce, ki se ou komin matinik pou fè kwè kè lesans la ka vin dè ewòp menm, e yo ka ranmasse koko lajan konsa.

Oun dòt pwoblèm ankò ka konsène la jenès. Se ti boug la, menm si yo gen gwo diplòm, yo paka ba yo travay, e byen souvan pou yo wè douvan yo, yo blije pati nan peyi etranje e yo paka woutoune apre sa.

Si plas a prezan, antrèpriz franse kon ewopeyen pisime fè moun peyi a yo vin pou travay si plas alòs kè nèg ki gen diplòm ka ba lari chenn.

Dènye fwa oun antrèpriz ewopeyen mete oun anons pou chache moun pou travay nan lotèl pou netwaye, yo ka mande se moun la dè pale angle ak panyol, pou oun ti salè.

Menm pou nenpòt ki ti travay a prezan, se ewopeyen yo pisime ba.

Tou sa fè kè gwadloupeyen bloke peyi-la, ayen paka mache ankò. Dènye nouvèl mwen trape, sekè avyoun paka poze gwadloup ankò piskè yo defann yo. Sa peke easy ba ayisyen ki an ewòp e ki blije pase gwadloup pou jwenn pòtoprens kounyela.

Onivo leta fwanse pa gen pon anbeli piskè mi a prezan, se matinik ki rantre nan grèv, yo kraze magazen, yo ka vole machandiz, ka foute moun kou ki fè kè nou pa sav ki jan tousa pral fin.

Mi mwen ka voye de lyen ba zòt pou wè jan nèg leve move


http://www.dailymotion.com/video/x86mt1 ... e-tan_news


http://www.dailymotion.com/video/x88fdk ... n-a_webcam

User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1288
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Post by Guysanto » Tue Feb 10, 2009 11:16 am

Widy, mwen konprann e mwen senpatize ak demann yo.

Men sepandan, lò mwen wè video yo, yo parèt tankou bèl kanaval makonnen ak bon jan tanbou pou leve danse plis pase manifestasyon nèg ki move kont lavichè. Sanble nèg lakay ou koul anpil papa.

Widy
Posts: 43
Joined: Sat Dec 30, 2006 2:35 pm

Post by Widy » Tue Feb 10, 2009 5:27 pm

Editè,

Kon se peryòd kanaval, nèg yo fè oun mix up ant manifèstasyoun yo ak kanaval.

Dayè kannaval menm, peke pase kon dabitid, padavwa kè biten-la oun jan, lajan-la ke kout anplis epi tout zafè a pa gen esans-la, sa ke oun jan.

Nou ke byen wè kisa ki ka'y sòti nan sa.

La Gwadloup se tan nou, la Gwadloup se pa ta yo.

Widy

User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1288
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Post by Guysanto » Sat Feb 14, 2009 5:02 pm

Widy, mwen remake Martinique ap bouje tou. Eske yo sou menm echèl ak sa Guadeloupe yo, èske yo kowòdone, yo gen menm kòz yo, patisipan yo gen menm volonte pou yo reyisi elatriye?

[quote]Blacks slam white minority in Martinique strike

The Associated Press
Friday, February 13, 2009

FORT-DE-FRANCE, Martinique: Racial and class tensions gripped the French Caribbean island of Martinique on Friday as 2,000 protesters backing a wage strike chanted slogans against the island's white elite.

Some 2,000 mostly black protesters marched Friday through the capital, chanting slogans against "bekes" — the descendants of colonists and slave holders. "Martinique is ours, not theirs!" they yelled.

The elite group makes up an estimated 1 percent of Martinique's 401,000 residents, and own the majority of industries. Most of the Martinique's population is descended from African slaves brought to work on its colonial-era sugar plantations.

Many working class families are struggling to make ends meet amid a global economic crisis, exposing racial tensions 160 years after slavery ended in Martinique.

Police say the protests remain peaceful, and 130 riot police arrived from France this week to keep order.

But racial sentiments were inflamed after a one-hour documentary, "The last owners of Martinique," was shown on TV last week. The program focused on how the white minority group has dominated the economy.

One white business owner was quoted as saying historians should look at "the positive aspects of slavery" and that a mixed-race family lacks "harmony." Officials in France have opened an investigation against the busines
sman, Alain Huygues-Despointes.

Martinique's prefect, or political leader, Ange Mancini, had been renting from Huygues-Despointes but announced he has terminated his lease and found somewhere else to live. Mancini is white.

France's minister for overseas territories, who was in Martinique to try to end the strike, told reporters late Thursday before departing that Huygues-Despointes' comments were "completely revolting."

"Thankfully, we have the opportunity to live in a democracy with a justice system that works," said Yves Jego, referring to the investigation.

Napoleon reinstated slavery here in 1803, mostly to please the beke plantation owners among whom he found his wife, Josephine. After slavery was abolished, the bekes still owned most of the island's land and controlled its workforce.

The nine-day strike in Martinique has shuttered schools, stores and gas stations as residents continue to demand lower prices and higher salaries. Guadeloupe, another French Caribbean island, has been paralyzed by a three-week strike in which negotiations have broken down.

French President Nicolas Sarkozy on Friday asked government ministers to come up with long-term measures for stimulating and modernizing the economy of the islands, including by opening it up to more competition.

Business leaders in Martinique already have agreed to lower prices on 100 products, including food items, by 20 percent.

Jego said the government will send $280 a month to 25,000 needy families under a new program to fight poverty. He also said gasoline prices would drop immediately, and that the government will release $17 million to boost agriculture and will finance construction of 1,000 public housing units.

Michel Monrose, spokesman for the group organizing the protest, said he would review the proposals and present counterpoints.

"The general strike continues," he said. "The protest must not end."[/quote]

Serge
Posts: 326
Joined: Mon Jan 01, 2007 10:39 am

Post by Serge » Sun Feb 15, 2009 10:18 am

Widy,

Map swiv ak anpil enterè sa kap pase nan Gwadlopu ak Matinik. Se toujou menm kondisyon yo: yon gwoup beke awogan ki konpran majorite a ap toujou rete békèkè, san yo pa konpran anyen, pou yo toujou aksepte tout enjistis. Mwen ta swete sèlman yo jwen yon solisyon kote pa gen dega fizik ak materyèl ki fèt, pou moun pa soufri plis.

Pa bliye kenbe nou sou labal sou sa kap pase.

kenbe fèm!

Serge

Serge
Posts: 326
Joined: Mon Jan 01, 2007 10:39 am

Post by Serge » Sun Feb 15, 2009 10:50 am

Kanmarad, j'ai reçu le texte ci-dessous que je m'empresse d'afcicher pour l'information de nos lecteurs. Il n'est pas signé, mais il a été envoyé par Robert Fabert (robert.fabert@wanadoo.fr).

Le texte offre une récapitulation des événements depuis le 1er février jusqu'au 14 février. Les événements en Guadeloupe et en Martinique devraient intéresser toute notre région, notamment nous autres Haitiens et Haiti. Le texte est très édifiant. Bonne lecture!

Serge


Point sur la Situation en Guadeloupe

Chers camarades, chers amis,

La grève générale en Guadeloupe est à son 26 eme jour.
Elle va de rebondissements en coups de théâtre.
Son renforcement a imposé la négociation à tous (patronat, élus, Etat français).

Premier coup de théâtre : le préfet, représentant de l'Etat français en Guadeloupe quitte la table de négociation le mercredi 28 janvier après avoir ordonné le président de séance, JC Malo, président de l'Association des maires de Guadeloupe, de lever la séance, ce que ce dernier a refusé. Cela se passe en direct sur les radios et les télévisions dont RFO télé et radio, donc devant de centaines de milliers de guadeloupéens.
La réponse des travailleurs et du peuple de Guadeloupe : vendredi 30 janvier : 65 000 manifestants dans les rues de Pointe à Pitre.

Le dimanche 1 er février, le gratin du patronat dominé par les petits fils d'esclavagistes qui détiennent l'import distribution en Guadeloupe( Hayot, béké martiniquais, Blandin, Despointes, Loret,….) établit leur plate-forme de revendications au Secrétaire d'Etat aux colonies, Yves Jégo, plutôt que de tenter de répondre aux revendications des travailleurs arrivé la veille. Plate-forme qui se résume en 2 points, plus d'exonérations et de défiscalisation, la répression de travailleurs en grève.
Devant la détermination des masses en mouvement et de la solidarité internationale, l'Etat français refuse d'envoyer les forces de répression contre les travailleurs( les piquets de grève, les brigades de débrayage, …. )
Au contraire la mobilisation empêche les tentatives d'ouverture des grandes enseignes( les 2 Carrefour appartenant à Hayot et Despointes) avec des intérimaires.

Les négociations reprennent avec le Secrétaire d'Etat, le jeudi 5 février à Basse-Terre, capitale administrative de Guadeloupe toujours en présence de milliers de guadeloupéens.
Les négociations avancent lentement avec de petites avancées( gel des loyers, ….). Y Jégo communique beaucoup de façon démagogique la dessus et sur les quelques propositions de l'Etat qui consistent à donner plus d'exonérations aux patrons et une prime exceptionnelle de 200 euros aux familles les plus modeste. Il essaie de désamorcer le mouvement. Cela ne prend pas car on est encore loin du compte à savoir 200 euros pour les bas salaires, baisse de l'essence de 20 centimes, baisse du coût de la vie(en particulier baisse significative des marges des importateurs sur les produits de première nécessité), représentation syndicale dans les entreprises à partir de 5 salariés pour les DP, 20 salariés pour les DS ; ces entreprises représentent 80% du total.
L'attitude du patronat, surtout les gros qui font du bénéfice, avec leurs propositions inacceptable de 1, 5 à 2,3% d'augmentation, c'est de ne rien céder.
Devant le renforcement de la mobilisation, 20 000 manifestants dans les rues de Basse-Terre, samedi 7 février( c'est du jamais vu dans cette ville), avec des milliers de personnes massées devant la préfecture, lieu où se déroulent les négociations au son du Ka et des chants qui transpercent les murs de la Préfecture de samedi 7 février 14h au dimanche matin 7h, avec au même moment à Pointe à Pitre, à 60 kms, un concert de soutien d'artistes guadeloupéens dont Patrick Saint Eloi, ancien de Kassav samedi 7 février de 20h à 22h qui réunit plus de 4000 personnes, les patrons ont fini par reculer un peu mais continuent à dire à l'Etat français, vous devez financer largement l'augmentation des 200 euros de salaires.

Le dimanche 8 février au matin à 6 h, après des négociations toute la nuit un accord se dessine qui prévoit notamment :
- 200 euros nets comme demandés pour tous les salaires du Smic à 1,5 Smic ;cela concerne plus de 45 000 salariés du privé, sur environ 79 000 ;
- Les salariés à temps incomplets verront leurs salaires augmentés de 110 à 300 euros par le RSA en fonction de leur situation ; cela concerne à peu près 4500 travailleurs ;
- Pour les travailleurs qui ont un salaire compris entre 1,6 Smic et le plafond de la sécurité sociale( à peu près entre 2000 et 2700 euros) la négociation se fera en entreprisse ou dans les branches sur la base de 3% minimum ; cela concerne environ 29 000 travailleurs;
A noter que les patrons ont pu obtenir de l'Etat environs 100 millionsd'euros( déductions, exonérations, … de toutes sortes) pour financer les 200 euros d'augmentation de salaires. (Accord bilatéral Etat-Patronat)

Concernant les précaires et les bas salaires dans les administrations et les collectivités la négociation n'a pas encore eu lieu.
2 eme coup de théâtre. Quelques minutes avant son arrivée sur le lieu de la négociation( à 16h 50) pour parapher cet accord sur le salaire, la délégation du Collectif Liyannaj Kont Pwofitasyon apprend que Yves Jégo était à l'aéroport en partance pour Paris à la demande du I er ministre de l'Etat français, F Fillon. Le préfet, contrairement à ce qu'il a déclaré sur les ondes 2 h après, a affirmé qu'il n'avait rien d'autres à nous dire.
Nous savons que les békés, en particulier martiniquais,(la Martinique est en grève générale depuis le 5 février sur les mêmes revendications) dont Bernard Hayot, 13 eme fortune de France qui a ses entrées à l'Elysées, font une pression énorme sur le gouvernement français. Ils ne veulent rien lâcher sur leurs privilèges colossaux.

La réponse des travailleurs, de la jeunesse, du peuple :
- Le soir même, à 20h, meeting à l'initiative du collectif : plus 5 000 personnes rassemblées devant le Palais de la Mutualité, quartier général du collectif ;
- Appel à la mobilisation générale et totale
Le collectif a demandé aux présidents des Conseils général et régional qui ont pris contact avec son porte parole, d'appeler en guise de protestation, à la fermeture des collectivités et des mairies ce qui a été entendu car ces derniers ( de même que le président de la Communauté des communes de Marie-Galante) ont appelé à des journées d'îles mortes à compter du 9 février 09.
- Toutes les administrations fermées et la grève générale s'est renforcée ;
- Manifestations dans tout l'archipel guadeloupéen (Grande-Terre, Basse-Terre, Marie-Galante,…) de 100 000 personnes.
- Autres : les policiers sur la brèche depuis plus de 3 semaines commencent à grogner, les manifestants ( plusieurs dizaines de milliers) ont investi le Palais de Justice de Pointe à Pitre hier vers midi au moment où étaient jugés plusieurs jeunes pour leur participation à leur façon au mouvement.
( Dernière minute : à Saint-Martin un mouvement commence à voir le jour) .

Le mardi 10 février 09
Aujourd'hui la grève a été reconduite après une conférence de presse du Collectif qui a réaffirmé sa plate-forme et les 200 euros en particulier.
Plus de 5000 personnes ont sillonné pendant plus de 4h la zone industrielle de Jarry(" poumon économique de la Guadeloupe") en fin de matinée à l'appel du Collectif.

Le mercredi 11 février 09
Les contacts ont été renoués avec le Secrétaire d'Etat arrivé la veille, à sa demande. Après avoir rencontré les élus ( Présidents des Conseils général et régional) et le patronat séparément en début de matinée, ce fut au tour du Collectif à 11h15. Après s'être excusé de son départ précipité et discourtois et l'interpellation des membres du Collectif une délégation composée des 6 secrétaires généraux des syndicats de salariés a entamé les discussions avec les 2 médiateurs de la Direction générale du travail et les 2 directeurs du travail de Guadeloupe en vue de préparer les conditions de la négociation sur l'augmentation des bas salaires de 200 euros. Ces discussions doivent se poursuivre demain matin. Une rencontre est aussi prévue dans la journée entre le Collectif et les élus à la demande de ceux-ci. La négociation pourrait reprendre dans l'après-midi sinon vendredi 13 février 09 sous la médiation des directeurs du travail.
Yves Jégo se rend en Martinique jeudi matin d'où il partira pour la France afin de participer à un conseil des ministres vendredi.
A 18h un millier de petits patrons ont rencontré le collectif à sa demande. Certains ont dit pouvoir payer les 200€ immédiatement, les autres demandent un aménagement. Ils ont affirmé leur volonté d'interdire le Médef Guadeloupe de parler en leur nom et dorénavant ils participeront aux négociations.
Un meeting est prévu jeudi soir à 19 H 30 devant le Palais de la Mutualité.

Jeudi 12 février 09
Le collectif a cessé de rencontrer les soit disants médiateurs qui passaient leur temps à faire pression sur la délégation qui discutait avec eux pour qu'elle revoit à la baisse sa revendication et a réaffirmé sa volonté de reprendre les négociations sur la base du préaccord de dimanche 8 février 09.
Une rencontre entre le collectif et les présidents des Conseils général et régional a eu lieu dans l'après-midi à la demande de ces derniers. Ceci n'a rien donné.
Le meeting du soir a bien eu lieu devant plus de 5000 personnes.

Vendredi 13 février 09
Des caravanes du Collectif accompagné de centaines de Guadeloupéens ont parcouru la Guadeloupe en distribuant un tract récent avec des prises de paroles dans toutes les communes. Cela a été un véritable succès.
Un message électronique « d'une certaine majorité silencieuse » a appelé à une manifestation dans la Zone industrielle de Jarry « pour faire entendre la voix de notre écrasante majorité numérique » le 14 février à 9h. Au dernier moment ça a été annulé ou reporté. Avec les propos du Ministre des colonies « je ferai respecter le droit ». Ne faut-il voir une provocation montée pour réprimer le mouvement ?

Samedi 14 février 09
Manifestations diverses dans la commune du Moule organisées par le comité Févryé 52 et LKP pour rendre hommage à la dizaine de mouliens ( ouvriers grévistes et plusieurs habitants) assassinés le 14 février 1952 par les gardes mobiles envoyés par le pouvoir colonial suite à une grève des ouvriers industriels de l'usine sucrière Gardel du Moule. Des dizaines de milliers de personnes sont attendues.
Christiane Taubira, arrivée hier soir en Guadeloupe pour 3 jours pour soutenir le collectif y sera.
Une délégation du PS arrive aujourd'hui en Guadeloupe. Y a-t-il un rapport avec la déclaration que les Présidents du CG et du CR viennent de faire ? Ils proposent concernant la négociation sur les salaires : 100 €( 50 pour chaque collectivité) mensuels de prime pendant 3 mois( rappelons qu'ils avaient déjà proposé une prime unique de 300€ dont 150 pour chacun) le temps que les » partenaires sociaux » trouvent un accord sur les salaires. En contre partie ils demandent au collectif d'assouplir la grève en permettant l'ouverture des écoles notamment. Ils ont aussi affirmé qu'il faudrait « les Assises du Peuple guadeloupéen » en vue d'aller vers une évolution statutaire de la Guadeloupe.
L 'UGTG a informé le collectif de la convocation prochaine, en mai très probablement, de tenue d'une Conférence des dernières colonies de la France.


Le Mouvement se poursuit

Face à cette situation nous appelons à la plus grande vigilance et au renforcement de la solidarité.


Guadeloupe le 14 février 2009, 19h30.

Widy
Posts: 43
Joined: Sat Dec 30, 2006 2:35 pm

Post by Widy » Mon Feb 16, 2009 5:11 pm

Onè Rèspè,

O moman mwen ka make-la, konba menm ja komanse Gwadloup, piskè fò pa oubliye kè yo voye près 10 avyoun jandam fwans Gwadloup.

Bo maten-la goume fèt detwa kote, piskè se jandam-la menm "meprizan" e yo ka kriye moun "Sale nègre" ka di kè yo ke touye yo.

Sèpandan, pèp-la doubout e yo tout an lari-la, ki fè kè pou lenstant Fwanse ka mande jandam-yo dè pa tire.

Nou menm an nou, nou ka atann nou a tout biten padavwa kè se pa prèmye fwa yo ja tire fizi si gwadloupeyen, kon an 1967, 1956....

Sa ki sèten se kè mouvman Gwadloup yo fè vòltèfas Matinik tou, piskè sa ka fè passe oun simenn ayen paka mache Matinik .

Gen bon pwoblèm oganizasyoun-la piskè zil la près mò. Se moun la paka rèspèkte ayen, yo paka lese loto ofisyèl kon lanbilans ponpye pase, pa gen mwayen fè esans.

Kontrèman a Gwadloup, matinik paka pwodui manje, ki fè se bon pwoblèm kila. Se konsa yo montre etidyan matiniken ak dòt karibean, ki te nan grangou, e se de moun ki te blije kolecte yo pou voye manje ba se etidyan la.

Si Gwadloup se oun dòt biten, piskè nou ka pwodui ziyanm, malanga, patat, bannann e òganizasyoun yo di kè pou tout manje produi yo dwèt vann li 1€ e si oun machann eseye vann pli chè, yo ka pale bay seryèzman.

Tousa pou di kè moun ka manje konsadavwa gwadloup konpare a matinik kote yo vann vou 4 fig (pòyò (Gpe) ti nain (Mar), pou près 3 ewo.

Oun kilo pwason menm 12 ewo kèlkèswa pwasoun-la, tout biten chè la.

Konfli tala ka fè nou wè osi enpòtans a endepandans alimantè a zil karibean, piskè lò oun zil two depandan de lèksteryè, eben, dèpi systèm tala paka mache ankò, se moun la ka touve yo oun men douvan oun men dèyè.

Menm nan lopital matinik yo ka pale dè voye malad yo en fwans, piskè yo pepa asire sèvis yo, piskè se an sèl bòdèl nan peyi la.

Nou ka atann ankò byen kè de moun jaka pale dè "La fin de l'empire colonial français" men sa se oun dòt deba e byen kè zil la Réunion la menm ja rantre nan mouvman la tou.

Sitiyasyoun-la pa fasil, e nou ka atann nou a tout kalite biten ki pe rive men mwen ke kenbe zòt enfòme si sa ki ka fèt.

Kenbe la

Widy

Serge
Posts: 326
Joined: Mon Jan 01, 2007 10:39 am

Post by Serge » Mon Feb 16, 2009 9:55 pm

Kanmarad Widy,

Jan w di a, sitiyasyon an genlè ap vin pi grav pandan nap ekri sa. Bagay yo move anpil nan Matinik. Mwen tap gade nan nouvèl televizyon kouman pèp la fin anraje.

Mwen kopye piba yon mesaj mwen resevwa de yon nèg ki rele Alan (ilcinfo@earthlink.net) sou sa ki sanble dènye nouvèl Matinik. Bagay yo pa bè!. POu n ou ka konpran byen sitiyasyon an, men adrès yon dokimantè yo voye ban mwen ka va ban nou tout yon istorik ka ede nou konpran sa kap pase nan zile Matinik la:

http://fr.netlog.com/go/explore/videos/videoid=2662953


Serge


Communiqué de LKP

Comme il l'avait promis Jégo a décidé de réprimer LKP et le peuple de Gwadloup.
En ce sens, les forces de répression tabassent à tout va. Ils ont déjà arrêté une dizaine de personnes au Gosier et deux à Sainte-Rose, manifestants ou non. En plus tout un bataillon encercle en ce moment une cinquantaine de personnes (manifestants ou non) toujours sur le Gosier les enserrant de plus en plus avec l'intention bien décidée de frapper et d'arrêter.

Widy
Posts: 43
Joined: Sat Dec 30, 2006 2:35 pm

Post by Widy » Tue Feb 17, 2009 5:52 pm

Kanmarad Serge,

Byen kè jandam blan ansèkle manifestan yo, bagay la lwen pou gen, padavwa kè gen plen baraj Gwadloup, moun pepa sòti, pepa woule nan loto. Se boug la kagoule e yo tou patou.

Moun pa nou ka di konsa, kè kon bagay la rèd en Fwans menm, pa gen ase jandam pou kontrole tout zil la, lwen dè sa.

Se vre plen goume ja fèt, yo foure dife adan oun lo magazen, brile loto e gen piyaj magazen sètadi yo ka defonse pòt magazen pou yo pran tousa yo pe.

Dayè yo arete oun ti moun a 11 an teka vole adan oun magazen an plen lannuit.

Sa ka fè nou wè kè sa yo rele "Emeute de la faim" byen reyèl adan de peyi kè yo rele èkzanplè nan karayib-la.

Pou moun ka vwayaje si Ayiti dè Ewòp fòk yo atann yo a oun lo traka piskè Gwadloup menm gen boun difikilte nan lareopò-la e se menm biten pou Matinik, ki fè kè vo mye yo rèpòte vwayaj yo oubyen pase pa Lamerik di nò, men li ke koute yo plis lajan.

Mwen ke vini ba zòt ak plis nouvèl si sa-k fèt

Serge
Posts: 326
Joined: Mon Jan 01, 2007 10:39 am

Post by Serge » Wed Feb 18, 2009 3:14 pm

Widy,

Ou ka konen deja, men mwen fèk ap koute nouvèl yo. Bagay yo grav tout bon nan Gwadloup. Gen yon Jacques Bineau (oubyen Binot, mwen pa wè non an ekri) ki mouri apre li resevwa yon bal nan lestomak, sou volan machinli. Mwen pa gen plis detay, men sa grav nèt...


Serge

Widy
Posts: 43
Joined: Sat Dec 30, 2006 2:35 pm

Post by Widy » Wed Feb 18, 2009 5:38 pm

Efèktivman, se prèmye mò ki konte nan Gwadloup. Boug la sete oun sendikalis LKP e li te sòti nan meeting yo pa kote minui konsa na Vil Lapwent.

Kon mwen te di zòt, gen baraj toupatou, e lò boug la wè li pral pri adan oun baraj, li eseye fè dèmi tou nan machin li e se la yo tire de bal si-y.

Vèsyoun ofisyèl ka di kè se pa se jandam blan-la (se Manblo-la) ki tire siy men byen se ti boug a baraj-la e sèlon yo se oun bal anlè ki vin trape-y.

Apwe sa e menm nan medya fwanse yo di kè sapate oun bal anlè men se byen vize yo vize'y.

Sa ki sèten se kè moun ka pale dè plizanpli a zafè a milis yo mete si pye nan peyi la men si yo tere boug la wikenn tala, nou ka atann nou a bon goume nan peyi la.

Yè o swè se yenki vyolans ki teka menne, yo brile près 20 magazen a beke, goume fèt plen kote e yo di kè se ti boug la awme e yo gen bon fizi a pounp.

Dayè nan vil Bemawo, se ti boug la tire fizi si elikòptè a adjidan se manblo-la, ki fè kè sitiyasyoun la paka byen prezante'y nan peyi la e nou ka atann nou a pli move biten.

Yo di osi a sè ki parè se manblo la pa vini pou touye moun, men yo la pou fè moun pè. Alèkile yo poko tire sa se vre, men yo ja bat moun ki fè kè yo ka konte blese tou le de kote.

Pa nou, nou paka wè poun anbeli padavwa kè se rèd sitiyasyoun la ka vini rèd.

Tout magazen fèmen, tout ti boutik fèmen, pani mwayen sirkile, ti moun paka'y lekòl yo nan lari-a e poun moun paka wè bout a chimen-la.

Pou lenstan gen manje lokal ki fè kè pèp la ka kenn ankò.

Mwen ka voye oun ti video ba zòt ka montre tansyoun ki gen nan peyié-a


http://www.youtube.com/watch?v=QEsa3RP- ... re=related

Kenbe la

Widy

Post Reply