Au Sénat: Législation ou Deal politique ? séance reportée

Post Reply
Jgpalmis
Posts: 65
Joined: Mon Jan 01, 2007 11:02 am

Au Sénat: Législation ou Deal politique ? séance reportée

Post by Jgpalmis » Wed Jul 30, 2008 9:57 pm

Nos acteurs politiques offrent un show phénoménal, au sens philosophique du terme. Nos partis politiques, du moins certains de nos leaders essaient d'arriver au cercle du pouvoir par la bande.

Faut négocier des postes ministériels sinon on bloque le pays. Mesdames messieurs les sénateurs, pourquoi ne pas clairement dire au peuple haitien qu'il y a un moratoire sur la démocratie. Au moins on saura que nous ne vivons pas en démocratie.

http://www.alterpresse.org/spip.php?article7527

[quote]P-au-P, 30 juillet 08 [AlterPresse] --- Un quorum insuffisant a entraîné, ce mercredi 30 juillet 2008 au Sénat de la République, le report sine die de la séance de ratification du choix de Michèle Pierre-Louis comme Premier ministre du nouveau gouvernement, selon les informations obtenues par l'agence en ligne AlterPresse.

Les sénateurs Edmonde Supplice Beauzile et Judnel Jean (du regroupement FUSION) et Joseph Pierre-Louis (de l'Organisation du Peuple en Lutte / OPL) auraient laissé brusquement la salle de séance à la Chambre haute, parce qu'ils seraient appelés en consultation par leurs partis politiques respectifs, d'après ce qui est rapporté dans les couloirs du Sénat. Le sénateur Andris Riché, également de l'OPL, n'a pourtant pas laissé la salle de séance.

Joint au téléphone par AlterPresse, le député Eloune Doréus de la coordination de l'OPL affirme que son parti politique n'avait donné aucune consigne spécifique ou particulière pour la ratification prévue pour ce 30 juillet 2008.

15 sénateurs étaient présents sur 18, alors qu'une majorité de 16 sénateurs est nécessaire pour tenir séance (la Chambre haute d'Haiti compte normalement 30 sénateurs).

A rappeler que le mandat d'un tiers des membres du Grand Corps (10 sénateurs élus pour 2 ans) est arrivé à terme depuis décembre 2007, sans l'adoption d'aucune disposition institutionnelle (du président René Garcia Préval et du Premier ministre sortant Jacques Edouard Alexis) pour la réalisation de sénatoriales partielles devant renouveler la Chambre haute. Un sénateur est décédé dans un accident de la circulation, alors que 2 autres (dont un élu pour 2 ans) ont été chassés par décision du Sénat pour des questions de double nationalité.

Le rapport de la commission spéciale sénatoriale, devant analyser le dossier de Michèle Pierre-Louis, est disponible au bureau du Grand Corps depuis le 23 juillet 2008, environ 5 jours après le vote favorable de la Chambre des Députés à la candidate au poste de chef de gouvernement.

Tout porte à croire que le jeu politique actuel tourne autour de tractations pour l'acquisition de ministères bien déterminés, comme le ministère de l'Intérieur dans la perspective des prochaines compétitions électorales, apprend AlterPresse dans les milieux politiques.

Entre-temps, beaucoup de questions fondamentales, telles la vie chère, la prochaine rentrée scolaire académique, l'élaboration du budget de l'exercice fiscal 2008-2009, restent en supens plus de trois mois après le renvoi du gouvernement d'Alexis le 12 avril 2008.

Pendant que la ratification du choix du Premier Ministre fait par René Preval traîne encore, le pays affronte une nouvelle situation, apparemment difficile, avec l'occupation, depuis le 29 juillet 2008, d'anciennes casernes (au Cap-Haitien et à Ouanaminthe) par des militaires démobilisés, ce qui risque d'aggraver la crise dans la république caribéenne.

Quelques-uns de ces militaires démobilisés disposeraient d'armes de poing, et le mouvement paraît bénéficier d'une certaine planification et coordination, selon ce que relèvent des responsables du gouvernement sortant. [rc apr 30/07/2008 16:00][/quote]

User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1288
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Post by Guysanto » Thu Jul 31, 2008 7:52 am

Please read:
http://jmcstrategies.com/2008/07/29/hai ... velopment/

[quote]Meanwhile, the Associated Press reported last week that tons of food aid sent urgently to Haiti a few months ago have yet to reach the poor. Haiti's allies, fearing the worst after riots spread throughout Haiti last March and caused the government's fall had supplied the relief assistance. Thus the food deficit remains as much a problem today as it was several months ago. Why hasn't the country been aflame with riots? The answer may be in the fact that people are filling up their bellies with clay or mud pies. The manufacture and sale of this meal has emerged as one of the most profitable business venture in recent history (see this story in the Guardian).[/quote]

Links: a) Haiti Food Aid Lags, Hunger Deepens
http://abcnews.go.com/International/wir ... id=5412859
b) Haiti: Mud cakes become staple diet as cost of food soars beyond a family's reach
http://www.guardian.co.uk/world/2008/ju ... evelopment

User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1288
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Post by Guysanto » Thu Jul 31, 2008 8:59 am

What the above demonstrates is that we must develop another way of setting and enforcing national priorities. The current system simply does not work.

Jgpalmis
Posts: 65
Joined: Mon Jan 01, 2007 11:02 am

Post by Jgpalmis » Thu Jul 31, 2008 2:00 pm

http://www.metropolehaiti.com/metropole ... p?id=13952

Il a dit: "Nous prendrons une décision en fonction des intérêts du peuple et de la démocraties " Victor Benoit, leader de la Fusion. Il a ajouté: un accord politique est une solution à la crise.

Ok, pourrait-il être plus précis le leader de la fusion? Un accord politique... ?

M. Victor Benoit et M Evans Paul, vous allez négocier quoi avec l'exécutif ? Transparence oblige! Avant d'y aller, pourquoi ne pas présenter à ce bon peuple que vous chérissez tant ce que vous allez défendre en son nom. On sait que le soit disant parti Lespwa n'avait pas de programme. C'est un autre débat.

Laissez-moi vous dire, Messieurs, l'image projetée sur la scène actuellement ne reflète rien de partis politiques moderne mais d'un groupe de personnes qui cherchent à tirer quelques épingles du jeu en parlant au nom du peuple. Je crois comprendre, pour parler au nom de ce peuple il faudrait être élu!

Avec tout ce brouhaha, je me demande ce qui suit:

Y-avait-il une élection dans ce pays ?

Un gouvernement élu qui a reçu un mandat pour gérer les affaires de l'état doit maintenant négocier politiquement pour nommer un premier ministre. Que fait-on du résultat du processus électoral.

[quote] La Fusion et l'Alliance exigent des négociations avant la séance de ratification

Le président de la Fusion des Sociaux-démocrates, Victor Benoît, conditionne la participation des sénateurs de son parti aux séances de ratification à la reprise des négociations entre le chef de l'état et les dirigeants des partis politiques. " 2 sénateurs avaient indiqué que le chef de l'état entend réaliser des consultations avec les chefs de file des partis et depuis lors il n'y a plus rien, je crois qu'on est en face d'une manipulation politique", ajoute M. Benoît.

Intervenant à la rubrique " Invité du jour" de radio Métropole, M. Benoît n'a pas voulu préciser si les sénateurs de la Fusion participeront à la séance de ce jeudi. " Nous prendrons une décision en fonction des intérêts du peuple et de la démocratie", déclare t-il rappelant qu'un accord politique est une solution a la crise.

Interrogé sur l'absence des sénateurs de la Fusion lors de la séance d'hier, M. Benoît révèle avoir demandé aux sénateurs de s'abstenir. Selon le président de la Fusion il faut respecter les prescrits constitutionnels en intégrant les partis politiques dans le prochain gouvernement.

Répondant aux critiques contre la Fusion, Victor Benoît fait remarquer que les élus socialistes avaient voté en faveur des deux premiers ministres désignés, Ericq Pierre et Robert Manuel.

Pour sa part, le chef de file de l'Alliance, Evans Paul, estime que la situation au sénat était prévisible. Mettant l'accent sur la nécessité d'une entente entre les acteurs politiques, M. Paul préconise l'ouverture de négociation sérieuse entre les partis, l'exécutif et le parlement. " On ne peut pas écarter les partis politiques du gouvernement parce qu'il faut utiliser toutes les ressources ", argue t-il.

Selon Evans Paul, le chef de l'état doit éviter de sombrer dans un labyrinthe au parlement. " Il faut un partage des responsabilité et non une répartition des postes ministériels ", dit-il mettant l'accent sur la nécessité de définir un agenda politique.[/quote]

Post Reply