Haiti/Vienna: A tale of two summits

Post Reply
Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Haiti/Vienna: A tale of two summits

Post by Charles Arthur » Fri May 12, 2006 5:13 am

Haiti: A tale of two summits
By Charles Arthur

(Vienna, 12 May 2006)

Two parallel summits on European-Latin American/Caribbean relations are taking place in the Austrian capital, Vienna, this week. Around sixty heads of state from both regions are attending the 4th European Union-Latin America Summit to discuss trade, regional integration and other issues, while, at the same time, representatives of civil society organisations are holding an alternative summit, "Linking Alternatives".

European Commissioner for Foreign Affairs, Benita Ferrero-Waldner, described the new European Union (EU) strategy as one that aimed to strengthen the "partnership" with Latin America and the Caribbean. She told reporters, "We want to reinforce our mutual understanding and the existing partnership to create new dialogues and opportunities for both regions."

But civil society organisations cast doubt on such statements, saying that official development aid and cooperation is at times just another channel for draining resources from Latin America to Europe. Pedro Stedile of Brazil's Landless Rural Workers Movement (MST) said, “Our 15 years of experience of free-market neo-liberal policies have shown that multinational capital has taken control of our natural resources, our trees, our water, even our seeds."

European non-governmental organisations are supporting the alternative summit. Gérard Karlshausen of the Belgium's Centre National de Coopération au Développement said, “In Vienna we will be calling on the EU to stop pushing for the privitisation of public services such as health, education and water.” He added, “There is a lack of contact with civil society at the moment. Although we see a lot of rhetoric on this issue in the European parliament, there is little space for the people of Latin America to give their opinions.”

On the eve of the opening of the official summit, the president of the European Commission (EC), José Manuel Barroso, announced the allocation of more funding to assist economic development in Haiti. Barroso said that following the elections in Haiti, the EU would encourage the establishment of an inclusive government in order to encourage reconciliation and reconstruction. He said EC funding to Haiti would continue “if the process of democratic development is followed.”

EC Trade Commissioner, Peter Mandelson, said he hoped that “after the elections a new period of stability will begin so that the country's economy can develop”.

Addressing a meeting on Haiti's development strategy at the alternative summit, Camille Chalmers, head of the Haitian Platform to Advocate for Alternative Development (PAPDA) said it was not just a question of aid being disbursed, but also one of what type of economic strategy is implemented. He said that Haiti had suffered from inappropriate neo-liberal economic policies over the last two decades.

Chalmers criticised the Interim Cooperation Framework (ICF) – the short-to-medium term development strategy for Haiti drawn up by donor governments and the international finance institutions in mid-2004 – saying, “They brought international consultants to Haiti to draw up the strategy, but apart for the interim government, no Haitians were involved. Even the private sector only learnt about the meetings when the PAPDA went on the radio to denounce the lack of consultation!”

Chalmers said the ICF - which allocated over US$1 billion in aid to Haiti over two years - made “next to no reference to Haitian agriculture, despite the fact that 65% of the Haitian population live in rural areas and more than 50% of the population are farmers.”

The PAPDA secretary-general warned that once again Haitian civil society was in danger of being left out of the development process, stating that a new economic strategy will be prepared at a donors' meeting in Brasilia, Brazil, on 23rd May. He said that the new government of Haiti headed by President-elect René Préval would be represented, but would not be in a strong position.

Chalmers was particularly concerned about apparent plans to privatise the state-owned telecommunications company, Teleco, and the Banque Nationale de Crédit, the country's major source of credit for peasant farmers.

More positively, Chalmers welcomed the recent improvement in the political situation in Haiti. He said that with the election of Préval and of a parliament, and in contrast to its relationship with the interim government of Prime Minister, Gérard Latortue, “the majority of the population now believes it is represented by the new government.”

On the issue of the United Nations mission in Haiti (MIMUSTAH), Chalmers said most of the problems with it originated with the initial mandate that deployed a peacekeeping force, even though there was no war or civil war in Haiti. He said MINUSTAH should not have been composed of soldiers because there was no fighting to be done in Haiti. Now, with the drafting a new mandate in the offing, he said it was essential to withdraw the soldiers and increase the number of UN police. He noted with approval, president-elect Préval's recent call for the MINUSTAH tanks to be replaced by bulldozers to help with infrastructure works.

The improved security situation in Port-au-Prince over the last few months had little to do with MINUSTAH, Chalmers said. He criticised the UN mission for spending millions of dollars on a disarmament campaign that had resulted in the handing over of only a couple of hundred of the estimated 210,000 in circulation. He said if the MINUSTAH is to be of any use in Haiti, the new mandate must provide for an effective Disarmament, Demobilisation and Reintegration programme.

The Haiti seminar at the "Linking Alternatives" alternative summit was organised by the debt cancellation campaigning group, Jubilee South, and the British and French solidarity organisations, the Haiti Support Group and France Amérique-Latine.

_____________________

Forwarded by the Haiti Support Group: a British organisation working in solidarity with the Haitian people's struggle for human rights,
participatory democracy and equitable development, since 1992 - www.haitisupport.gn.apc.org

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Union européenne/Caraibes: Des militants haitiens au sommet

Post by Charles Arthur » Tue May 16, 2006 9:33 am

P-au-P., 16 mai. 06 [AlterPresse] --- De sérieuses réserves ont été émises lors du quatrième sommet Union européenne - Amérique latine & Caraibes qui s'est tenu la semaine dernière (11-13 mai) à Vienne, en Autriche.

La rencontre, à laquelle assistait une soixante de représentants gouvernementaux, visait à consolider les relations économiques et les programmes d'aide au développement entre les deux continents.

Raymond Lafontant, chef de mission auprès de la communauté européenne, représentait la République d'Haiti à cette rencontre.

Les ONG latino-américaines et caraibéennes ont fait part de sérieuses réserves quant à ces déclarations. Elles croient plutôt que l'aide au développement et la coopération sont des canaux pour drainer les ressources latino-américaines vers l'Europe.

La commissaire européenne aux Affaires étrangères, Benita Ferrero-Waldner, a déclaré que la nouvelle stratégie de l'Union européenne (UE) consiste à renforcer le « partenariat » avec l'Amérique latine et la Caraibe.

« Nous voulons renforcer notre compréhension commune et les partenariats existant pour créer de nouveaux dialogues et opportunités pour les deux régions », a-t-elle confié aux journalistes présents.

« Nos 15 ans d'expérience de politiques néolibérales de libre-marché ont démontré que le capital multinational a pris le contrôle de nos ressources naturelles, nos arbres, notre eau, et même nos semences », a, pour sa part, déclaré Pedro Stedile, du Mouvement des travailleurs sans terre du Brésil (MST).

En marge de la rencontre se tenait un sommet alternatif, regroupant les organisations de la société civile européennes, latino-américaines et caribéennes.

Le secrétaire général de la Plateforme haitienne de plaidoyer pour un développement alternatif (PAPDA), Camille Chalmers, a pris part au sommet parallèle. Pour lui, il ne s'agit pas d'une question de déboursement de l'aide au développement, mais bien de savoir quel type de stratégie économique sera mise en place.

Il a ainsi rappelé qu'Haiti a souffert, au cours des deux dernières décennies, de politiques néolibérales inappropriées.

Le socio-économiste a sévèrement critiqué le Cadre de coopération intérimaire (CCI), rappelant le peu de consultation dans la conception ce plan de développement.

« Ils ont fait venir des consultants internationaux pour élaborer cette stratégie, mais à l'exception du gouvernement intérimaire, aucun Haitien n'a été impliqué », a dit Camille Clamers.

Le secrétaire de la PAPDA a aussi souligné que le CCI ne fait « pratiquement aucune référence à l'agriculture haitienne, en dépit du fait que 65% de la population vit en zones rurales, et que plus de 50% de la population sont paysans ».

Camille Chalmers a prévenu que la société civile haitienne risquait encore une fois d'être exclue du processus de développement, rappelant que la nouvelle stratégie économique serait élaborée à la rencontre des bailleurs de fonds d'Haiti, à Brasilia, au Brésil, le 23 mai prochain. Il a déclaré que le gouvernement haitien dirigé par René Préval serait représenté, mais que les rapports de force lui seraient défavorables.

Chalmers s'est dit particulièrement inquiet au sujet des plans de privatisation de la compagnie publique de télécommunications, Teleco, et la Banque nationale de crédit, la principale source de crédit du pays pour les paysans.

Le socio-économiste a toutefois souligné la récente amélioration de la situation politique en Haiti. Il a déclaré que, contrairement au gouvernement intérimaire de Gérard Latortue, « la majorité de la population croit maintenant qu'elle est représentée par le nouveau gouvernement ».

Au sujet de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH), Camille Chalmers a déploré le déploiement de cette force de maintien de la paix, alors qu'il n'y pas de situation de guerre ou de guerre civile en Haiti, a-t-il dit.

Il est d'avis qu'il faut retirer les éléments militaires internationaux, et augmenter le nombre de policiers onusiens. Les chars de la MINUSTAH doivent être remplacés par des bulldozers pour aider aux travaux d'infrastructure du prochain gouvernement Préval, a-t-il ajouté.

Camille Chalmers a critiqué que, malgré les millions de dollars dépensés dans le programme de désarmement de la MINUSTAH, seulement quelques armes ont été récoltées, sur les 210 000 en circulation selon les estimations.

Le séminaire sur Haiti du sommet parallèle à Vienne était organisé par les groupes Jubilée Sud, France Amérique latine et Haiti Support Group. [fle gp apr 2006-05-16 00:20]

Source : Haiti Support Group

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

El camino da reconstrucción

Post by Charles Arthur » Wed May 24, 2006 2:21 am

[ADITAL] Agencia de Información Fray Tito para América Latina
www.adital.com.br

17.05.06 - HAITÍ El camino da reconstrucción

Ermanno Allegri *

Adital - El activista social haitiano Camille Chalmers, entrevistado por Adital en el encuentro social Enlazando Alternativas 2 (EA2), en pocas palabras, ofrece un cuadro de esperanza para Haití. Después de la derrocada, en febrero de 2004, del ex presidente Jean-Bertrand Aristide, después de dos años de gobierno provisorio con una conducción política en contra de los intereses del país, y después de una campaña electoral que intentó alejar René Préval de la Presidencia, el pueblo con el voto y con su presencia en las calles, empieza un camino nuevo y difícil de reconstrucción. Chalmers es profesor de Economía en la Universidad de Estado de Puerto Príncipe, Haití, y coordinador del PAPDA (Plataforma Haitiana para la Articulación de Movimientos Sociales).

ADITAL: Después de la deposición de Jean-Bertrand Aristide, ¿cómo se quedó Haití en los dos años antes de las elecciones de febrero 2006?



Camille Chalmers: Vivimos dos años muy difíciles con un gobierno impuesto que ha conducido una política pésima, que se caracterizó por una visión totalmente neoliberal y una actuación muy negativa con relación a los derechos humanos. Del punto de la pobreza, ha aumentado su nivel; se ha calculado que más del 76% de la población rural vive por debajo de U$D 1,00 diario. 76% es una cosa tremenda. Se ha deteriorado mucho el nivel de la vida de la población con la subida del presidente Gerard Latortue se creó una situación desesperante. No se ha creado empleo como habían prometido después de las ayudas de julio de 2004. E desde el punto de vista político no se ha habido tampoco un diálogo político, no se hizo un proceso equilibrado de preparación de las elecciones. Fueron las elecciones más costosas, U$D 80 millones, pero muy mal preparadas, con muchos errores técnicos y con esa misma visión de excluir a las masas de la participación electoral. Mismo así las elecciones fueron un éxito, un profundo milagro hecho básicamente por una determinación política del pueblo que permitió que esas elecciones se dieron de manera satisfactoria. Pero la preparación fue pésima, muy reaccionaria, muy conservadora. Se han dados encarcelamientos en los dos años sin ninguna justificación policial, sin ningún proceso real y se han dado algunas matanzas en algunos barrios populares, persecución de dirigentes populares. Realmente la impunidad creció mucho a favor de algunos criminales ligados al antiguo golpe de estado de 91 que obtuvieron de se salir totalmente sin proceso serio. Así se institucionalizó aun más la impunidad.



ADITAL: Las elecciones ¿significan algún cambio real en Haití?



Chalmers: Las elecciones de 07 de febrero abren una nueva cultura, un nuevo clima político en el país. A pesar de los errores que se hicieron, las elecciones fueron un espacio tomado por la población que afirmó su soberanía y que decidió firmemente que el presidente de Haití no va a ser escogido por agentes externos, pero hay que ser escogido por Haitianos. Y hemos visto ejemplos de civismo, de lucidez política increíble. ¡Imaginen! Campesinos muy pobres saliendo de su casa a las dos de la mañana, caminan 5 horas y cuando llegan a la oficina de votación se quedan en el sol 6 horas antes de poder votar. Y, as veces, llegan y sus nombres no aparecen en las listas electorales y van a otra oficina más. Así que pueden pasar 8 horas parados en el sol y si quieren regresar a su casa son 5 horas más. Es una cosa increíble y todo ese se desarrolló en un ambiente totalmente pacífico, sin ninguna agresión, sin ningún enfrentamiento. Fue una lección práctica muy importante y manifestó claramente la decisión de Haití de retomar su soberanía, de retomar el control del país y de retomar las áreas de decisión política.



ADITAL: René Préval no es el hombre de los EEUU. Pero él ganó con los votos y el pueblo en la calle. ¿Lo que él significa, hoy, para Haití?



Chalmers: Eso es muy interesante pero todavía es desafiante porque todas las fuerzas dominantes, la oligarquía tradicional, el imperialismo del mercado, el Corgrup, representado por los ministros de relaciones exteriores como el Brasil, Argentina, Chile, EEUU, Francia que se habían reunido, todos se habían pronunciado contra esa candidatura. A pesar de eso, a pesar de una propaganda feroz que se desarrolló en contra de Préval en la prensa haitiana, a pesar de eso la gran mayoría de la gente votó Préval. Así que esto muestra primero la debilidad de la clase política tradicional que no ha podido conquistar la población y no tiene ninguna base social real. Segundo que la gente tiene una conciencia muy clara que las fuerzas dominantes, son el enemigo del pueblo. Cada vez más que lo acusaban, que lo denunciaban con muchas mentiras, con mucha manipulación la gente se decía ‘eso es un plan contra nosotros' y lo apoyaban más.



ADITAL: Ahora empieza la difícil tarea de reconstrucción del país.



Chalmers: Nosotros vivimos una cosa muy interesante, pero también hay que reconocer que la situación actual va a ser muy dificil para el nuevo gobierno porque si quiere desarrollar un proyecto real de inversiones en el país, en sectores claves de unificación de lucha contra la exclusión, contra la pobreza, contra la polarización social y económica. Eso va a entrar directamente en contradicción con la visión económica de la comunidad internacional y es muy probable que haya enfrentamientos del nuevo gobierno con la comunidad internacional. Por eso esperamos que países como el Brasil y las fuerzas sociales ayuden a hacer entender al gobierno la necesidad de ayudar que Haití tenga un espacio autónomo para definir su propio proyecto, que Haití tiene que salir de esa visión muy neoliberal del CCI (Cuadro de Cooperación Interina) para implementar un plan que pueda permitir superar la crisis actual. Habrá una reunión importante en Brasilia el 23 de mayo convocada por el gobierno de Brasil con el objetivo de redefinir la cooperación internacional con Haití. Me parece que es un espacio importante y esperamos que tengamos voces diversas en Brasil que por ayudar el pueblo haitiano hagan entender sus opciones.



ADITAL: ¿Lo que significa para el país la ocupación militar que todavía continua liderada por Brasil?



Chalmers: La Misión de las Naciones Unidas para la Estabilización en Haití (MINUSTAH) tiene ahora casi 10.000 efectivos, 7.000 militares y 1.800 policías, más o menos. El Brasil tiene 1.400 militares allá. Es un asunto muy serio porque nosotros, los movimientos sociales, somos en contra a esa ocupación. Es una ocupación inspirada por las misiones del mantenimiento de la paz, un contexto muy distinto de lo que hay en Haití porque en Haití no hay enfrentamiento militar, no hay una guerra civil. Es una fuerza militar. Hay una inadecuación entre la estructura misma de la misión y los problemas que se presentan en Haití. El segundo aspecto es que Préval llamó para un cambio substancial del mandato de la misión y él dijo en Washington - ha estado allá reciente - que hay que sustituir generales por ingenieros y tanques de guerra por bulldozers. Me parece muy interesante mostrar que la prioridad actualmente es ayudar la construcción de Haití pero concretamente a través de proyectos de alfabetización, proyectos de infraestructura, proyectos de reforestación, proyectos para reforzar la salud pública, la educación pública. Es muy importante que la cooperación internacional se aleje de las orientaciones neoliberales. Préval ya está sufriendo presiones para privatizar. Quieren privatizar el Banco Nacional de Crédito que es el único instrumento del Estado para ofrecer crédito rural, quieren privatizar las telecomunicaciones. Nos parece que sería una catástrofe porque en Haití se trata de construir el Estado, un Estado que sea realmente capaz de responder a las necesidades del pueblo, distribuir servicios públicos universales que son indispensables para llegar a salir de la crisis actual.



ADITAL: Hay intereses económicos que, como antes y después de las elecciones, no quieren dejar Haití construir su futuro...



Chal: Es importante subrayar que Préval fue electo de manera democrática. Después del voto, por las cifras oficiales, había 48% de votos para Préval y el otro candidato que se seguía tenia menos de 11%. La votación fue masiva, masiva, masiva. Pero después si sospechó que había mucha manipulación para reducir el resultado electoral de Préval e imponer un segundo turno, es decir continuar la manipulación en contra de Préval. El pueblo salió a la calle durante cuatro días, 300.000 personas en Puerto Príncipe, 100.000 en Cabo Haitiano. Manifestaciones muy impresionantes, pacíficas en que la gente reclamaba el respecto a la voluntad popular. La solución que se encontró pienso que sea la solución satisfactoria que realmente respeta el mandato dado por el pueblo. Eso es importante porque hay una propaganda de la prensa de derecha diciendo que Préval no fue electo, que fue una manipulación. Mas es cierto que la elección de Préval corresponde a la voluntad del pueblo de Haití, la voluntad de salir de esta crisis y de construir una nación soberana.

* Ex secretario nacional de la Comisión Pastoral de la Tierra y director de la Agencia de Información Fray Tito para América Latina ( www.adital.com.br)

Al publicar en medio impreso, haga el favor de citar la fuente y enviar copia para: Caixa Postal 131 - CEP 60.001-970 - Fortaleza - Ceará – Brasil

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Atelier de réflexions sur la Coopération entre la République

Post by Charles Arthur » Wed May 24, 2006 2:24 am

Enlazando Alternativas 2
Atelier de réflexions sur la Coopération entre la République d'Haiti et l'Union Européenne, 4 mai 2006

Posté le 22 mai 2006 par Ricot Jean Pierre - www.papda.org

Du 9 au 15 mai 2006 aura lieu, à Vienne (Autriche), le IV Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Amérique Latine et Caraibe avec l'Union Européenne. C'est un espace de dialogue politique et de décisions importantes quant à l'avenir de la coopération entre les deux régions.

En parallèle, les mouvements sociaux des deux régions organisent leur Deuxième sommet alternatif, après celui de Guadalajara, en mai 2004, et cette fois-ci sous le thème : « Lier les Alternatives 2 ». L'objectif principal de ce sommet alternatif est de faire une analyse critique de la « coopération » qui existe entre les pays des deux régions, de fixer les responsabilités par rapport aux crises politiques, sociales et économiques et aussi proposer des alternatives face à la volonté afficher de l'Union Européenne de continuer avec sa logique de colonisation et de dépendances de nos pays à travers différents mécanismes et surtout ses entreprises transnationales.




En préparation à la participation des mouvements sociaux haitiens au Sommet « Lier les Alternatives 2 », la PAPDA a organisé un atelier de réflexions autour de la question de la « coopération entre l'Union Européenne et la République d'Haiti » avec comme objectifs :

a) Informer et discuter avec les participants sur l'historique des relations entre la République d'Haiti et l'Union Européenne - Les axes de la coopération et les perspectives dans le cadre de la réunion d'avril en République dominicaine entre l'UE et les pays ACP (Programmation 2008-2013, 10ème FED) ;

b) Construire une position commune des mouvements sociaux et populaires haitiens sur la question de la « coopération » entre Haiti et l'UE et les alternatives possibles ;

c) Elaborer et signer une déclaration commune des mouvements sociaux haitiens sur les alternatives au modèle de coopération actuelle qui sera lue du haut des tribunes de l'activité centrale à Vienne.

Cet atelier à réuni une trentaine de représentants d'organisations et réseaux provenant de cinq (5) départements du pays (Ouest, Nord-ouest, Artibonite, Sud, Sud-est). L'engouement créé par un tel thème absent des grands débats au niveau national a suscité la participation d'un grand nombre d'organisations dépassant ainsi les prévisions logistiques.

DEROULEMENT DES ACTIVITES

Au cours de l'atelier, les thèmes relatifs à la « coopération » entre la République d'Haiti et l'Union Européenne ont été abordés avec le concours de trois (3) intervenants haitiens qui ont assuré l'animation et la modération des débats et réflexions entre les participants. Ces réflexions tournaient autour de quelques réflexions critiques sur :

1. Les pratiques visant à fractionner le mouvement populaire et social haitien à travers la logique des « Appels à proposition » qui obligent les organisations à s'occuper de plus en plus de tâches administratives au lieu de se concentrer sur le travail de construction et/ou de renforcer des structures organisationnelles de base capable de promouvoir le développement national.

2. Le cadre de la coopération : l'Accord de Partenariat Economique ACP-UE (Accord de Cotonou) interprété comme un outil de recolonisation des peuples des régions Afrique - Caraibes - Pacifique (ACP). L'accord est un outil en plus dans le renforcement de l'application des politiques néolibérales et l'imposition aux pays pauvres d'un ensemble de mesures visant à les intégrer dans l'économie mondiale sans tenir compte de leur niveau de développement et la nécessité pour ces pays de se doter d'une stratégie nationale de développement prenant en compte les revendications fondamentales des peuples. A titre d'exemple, on peut prendre l'élimination des instruments STABEX et SYSMIN et aussi toute la lutte pour une acceptation du TSD (Traitement Spécial et Différencié) en fonction du fossé qu'il y a entre les pays de l'Union Européenne et ceux des régions Afrique - Caraibe - Pacifique (ACP).

3. Les Accords de Partenariat Economique (APE) : en ce sens, les participants ont manifesté leurs inquiétudes quant à la « stratégie » de négociation du gouvernement haitien qui a choisi de donner mandat de négociation à la CARICOM avec lequel le pays était en froid durant la période cruciale des négociations. Autant dire, la CARICOM négocie au nom d'Haiti alors qu'il n'y avait pas de dialogue entre le pays et l'entité régionale. D'autre part, négocier au sein de la CARICOM veut dire qu'Haiti devrait renoncer à son statut de PMA qui lui confère un certain nombre d'avantages comme l'initiative TSA (Tout Sauf les Armes) et devrait s'aligner sur les grands ténors de la Caraibe, en dépit du fossé qui existe entre Haiti et d'autres pays du bloc régional. Cependant, d'après l'un des intervenants, le pays ne peut pas se retirer totalement des négociations à moins qu'on décide de garder sur le long terme le statut de PMA, ce qui voudrait dire que nous resterons dans la stagnation dans le processus de développement du pays. Tenant compte de son niveau de libéralisation commerciale et financière, Haiti n'a pas grand-chose à tirer dans des négociations pour des Accords de Partenariat Economique (APE) ; ces accords ne font qu'aggraver la dépendance du pays et une mainmise des grandes transnationales européennes sur les secteurs clés de l'économie haitienne comme transports, énergie, infrastructures sanitaires, ressources naturelles et minières, etc.

Les commentaires fusaient sur la nécessité pour Haiti d'arrêter tout type de négociation au niveau international (OMC, ZLEA, APE, etc.) et que l'Etat haitien s'atèle à mettre en place un plan de développement national et aussi de définir une stratégie de négociation visant la défense des intérêts nationaux dans les différents espaces.

4. Aide au développement : A ce niveau, les participants croient qu'Haiti doit définir son propre modèle de développement que l' « aide au développement » soit une ressource secondaire pour une réponse adéquate aux priorités nationales en matière de développement. Ils ont critiqué les bailleurs de fonds en particulier l'Union Européenne qui, sous prétexte de l'aide au développement propose toute une série de mesures néolibérales au pays et aussi des plans n'ayant rien à voir avec les besoins fondamentaux des couches déshéritées du pays ni consultation préalable des secteurs vitaux de la vie nationale comme le témoigne l'élaboration et la mise en œuvre du Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) soldé par un échec total qui faisait fi des revendications de la majorité de la population (plus de 51%) qui vit en milieu rural et qui s'adonne à l'agriculture comme activité économique. Ainsi dans le domaine de l'aide au développement, les participants pensent qu'il ne suffit pas seulement de débloquer des fonds, mais de se questionner sur quelles politiques économiques et sociales on est en train d'appliquer et qui sont proposées par les bailleurs. Durant les 20 dernières années, les gouvernements haitiens ont appliqué de manière littérale des politiques néolibérales inadéquates et destructrices des structures économiques et sociales du pays imposées par les institutions financières internationales en particulier le FMI, la Banque Mondiale, l'Union Européenne.

Après les débats et discussions, trois (3) ateliers ont été organisés pour permettre aux participants de réfléchir autour de deux (2) questions fondamentales :

a) Quelle analyse faites-vous de la « coopération » entre la République d'Haiti et l'Union Européenne ?

b) Quelles sont vos recommandations dans le cadre d'un changement en profondeur du cadre de coopération ?

A ces questions, durant plus d'une heure, les participants ont discuté en atelier et ont produit les résultats suivants.

Groupe I

R-1

a) Absence de d'un document stratégique intégrant les besoins fondamentaux du pays par rapport à n'importe quel cadre de coopération bilatérale ou multilatérale.

b) Imposition par l'UE de stratégie toute faite selon ses intérêts et ceux des multinationales européennes ;

c) Les priorités nationales ne sont pas prises en compte dans la définition du cadre de coopération en témoigne la stratégie de coopération du 8ème et 9ème FED.

d) Manque de coordination au sein de l'Etat haitien et entre celui-ci et la Commission Européenne.

e) Les secteurs clés de la vie nationale (les acteurs du développement) ne sont pas impliqués dans les négociations engagées entre l'Etat haitien et l'Union Européenne.

R-2

a) Le mouvement social haitien doit se renforcer pour participer dans la redéfinition d'un cadre de coopération entre la République d'Haiti et les bailleurs bilatéraux et multilatéraux et aussi influencer toutes le négociations visant changer de manière significative les relations entre le pays et d'autres partenaires internationaux.

b) Il faut que ce mouvement élabore un document contenant les revendications fondamentales des couches majoritaires du pays et se mobilise afin de mettre l'Etat haitien par devant ses responsabilités et aussi de chercher un modèle de partenariat qui répondrait aux besoins de ce plan.

c) La participation de tous les secteurs de la vie nationale doit être effective dans tous les espaces de définition de politiques économiques et sociales pour faciliter la prise en compte des revendications des couches majoritaires déshéritées.

d) Il faut que le « cadre de coopération » actuel soit redéfini en fonction des nouvelles dynamiques politiques, économiques et sociales que vit le pays et aussi en relation avec les priorités nationales en matière de développement durable.

Groupe II

R-1

a) Le cadre actuel de la coopération entre la République d'Haiti et l'Union Européenne est la continuité du système esclavagiste que le pays a connu durant plus de trois siècles (du 15e au 19e siècle) où se renforce de plus en plus la domination de la métropole (UE) et la subordination du pays en appliquant les politiques néolibérales. Ajouter à cela, l'absence d'un plan stratégique de développement national.

b) Les mécanismes mis en place par l'UE en Haiti empêche aux organisations de se renforcer et de s'adonner à accompagner le mouvement social et populaire tant qu'elles sont obligées au jour le jour de gérer de petits détails administratifs, pour ceux qui bénéficient du financement de l'UE dans le cadre de ces « Appels à proposition ». C'est une stratégie d'affaiblissement des organisations et aussi de détournement de leur travail capital à la base.

c) La « coopération » avec l'Union Européenne se fait dans une opacité totale. Aucune information n'est diffusée par l'Etat haitien sur les Accords signés et les populations ne sont pas impliquées dans la définition des termes de ces accords en fonction de leurs besoins.

d) L'Exécutif haitien s'atèle à signer des accords sans l'aval ou l'implication du Parlement haitien ; ce qui empêche tout contrôle véritable de la mise en œuvre de ces dits accords.

e) L'appui total et inconditionnel de l'Union Européenne au Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) prouve la volonté de ces bailleurs de renforcer le « marché de l'aide internationale » et d'empêcher au pays de se doter d'un cadre stratégique de développement sur le long terme. Nous dénonçons cette attitude de la part de l'Union Européenne.

f) Nous dénonçons aussi la stratégie de l'Union Européenne de réaliser des infrastructures et investissements binationaux (République d'Haiti - République Dominicaine) particulièrement sa participation dans le financement de la mise en place, au profit et par des compagnies dominicaines, de zones franches industrielles sur la frontière entre les deux (2) pays : projets qui vont à l'encontre des intérêts et revendications de la classe paysanne haitienne (51% de la population).

R-2

a) Il faut la mise en place d'un espace de dialogue tripartite impliquant l'Etat haitien, l'Union Européenne et la population haitienne à travers ses structures ;

b) Le mouvement social haitien (les organisations) doivent se renforcer pour pouvoir jouer leur rôle et porter bien haut le flambeau des revendications de la population haitienne ;

c) Mener une campagne de plaidoyer visant à porter l'Etat à répondre aux revendications fondamentales de la population haitienne et défendre les intérêts de la nation vis-à-vis de tous les bailleurs internationaux en particulier l'Union Européenne ;

d) Mise en place de campagne d'information/formation autour de l'UE et ses différents mécanismes pour permettre à la population de bien comprendre le cadre de coopération en cours et les perspectives.

e) Mise en place d'une structure revendicative avec la participation de tous les secteurs pour servir d'avant-garde des revendications populaires et aussi influencer la coopération bilatérale et multilatérale entre Haiti et d'autres partenaires.

Groupe III

R-1

a) Existence d'intérêts divergents entre la République d'Haiti et l'Union Européenne (UE) qui veut toujours dicter ses propres règles dans le cadre des accords en cours de négociation

b) Les priorités en matière de la coopération sont prédéfinies par l'UE qui détermine quel type de projets à financer, où, quand et comment les mettre en œuvre ? Ce qui laisse très peu de chance au pays de décider en fonction de priorités nationales. « Coopération unilatérale » et hypocrite.

c) Il n'existe pas vraiment un dialogue entre Haiti et l'UE qui créé des outils de pression et de diktat de leur volonté au pays brandissant ses enveloppes et aussi les menaces de sanctions sous prétexte de bonne gouvernance et de respect des droits humains.

d) La coopération est construite de sorte que les fonds alloués au titre de l' « aide au développement » revienne au pays donateur ou bailleurs à travers un ensemble de mécanismes comme les achats gouvernementaux, l'envoi d'experts internationaux, le pillage de ressources naturelles, minières et autres.

e) Les mécanismes d'implication et de soutien aux organisations (Acteurs Non-Etatiques) ne sont que des mesures pour les affaiblir et les confiner dans des tâches administratives en lieu et place du travail d'accompagnement et de renforcement des bases.

f) L'analyse du cadre de la coopération montre que ce n'est qu'une pérennisation des pratiques coloniales cachées sous le label (concept) « coopération » pour forcer le pays « partenaire » d'appliquer les politiques néolibérales et d'être de plus en plus dépendant de l'UE.

R-2

a) Il est nécessaire que le pays se situe dans le cadre de cette « coopération » et que les forces progressistes du pays fassent le contrepoids des politiques de l'UE en matière d'imposition de ses diktats en incitant la mise en place d'un plan stratégique de développement du pays ;

b) Il faut lancer un processus de renforcement des organisations ayant bénéficié de l'appui de l'UE et celles susceptibles de l'être en terme de formation, information.

c) Il faut établir des mécanismes visant à assurer la transparence dans les relations entre l'Etat haitien et l'UE, entre l'UE et les organisations bénéficiaires d'appui financier sur des enveloppes particulières. Ainsi, la recommandation serait la mise en place d'une structure de dialogue impliquant tous les « partenaires » de la « coopération ».

d) Il est important de comprendre le manque de dialogue et l'inexistence d'une vision stratégique de développement du pays favorise le jeu d'intérêts des partenaires internationaux. Ainsi, il est nécessaire de s'atteler à réunir tous les secteurs nationaux pour se doter de ce plan qui nous servira de guide dans toutes les négociations et partenariat international.

Recommandations spéciales :

a) Le mouvement social haitien devrait réaliser un sit-in par devant le Ministère des Affaires Etrangères avant le 4ème Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Amérique Latine et Caraibe et leurs homologues de l'Union Européenne, du 10 au 13 mai 2006 à Vienne. Ce sit-in servirait de mise en garde pour le gouvernement haitien eu égard à leur relation avec l'UE.

b) Rédaction d'une lettre ouverte qui serait envoyée au Gouvernement haitien pour fixer la position du mouvement social haitien quant aux relations entre la République d'Haiti et l'Union Européenne, contenant aussi les recommandations quant à la nécessité de redéfinir le cadre de la "coopération" en fonction des nouvelles donnes politiques, économiques et sociales.

L'atelier est terminé sur une note de satisfaction générale avec la proposition du côté des participations pour que la PAPDA organise, de façon périodique, un atelier d'informations/formation sur l'Union Européenne vu qu'il y a très peu d'informations qui circule sur le sujet, ce qui empêche aux organisations haitiennes de comprendre la logique des interventions de l'UE.

Post Reply