Incompetence, you say??? Latortue has A LOT to explain.

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Incompetence, you say??? Latortue has A LOT to explain.

Post by admin » Sun Mar 05, 2006 10:48 pm

[quote] Gérard Latortue se déjuge publiquement après avoir signé à l'ONU un accord de « mise sous tutelle de la PNH et du pays »Posté le dimanche 5 mars 2006
Par Radio Kiskeya

Le Premier ministre intérimaire Gérard Latortue a été contraint samedi de se déjuger publiquement en raison du scandale provoqué dans la presse haitienne par un accord qu'il a co-signé le 22 février dernier à New York avec le chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH), Juan Gabriel Valdès, sur la professionnalisation de la Police Nationale d'Haiti (PNH), mais qui représente plutôt, à l'analyse, un véritable plan de mise sous tutelle de cette institution et même du pays.

Tentant de se « dédouaner » face à ce qui est de plus en plus considéré par l'ensemble de la presse haitienne comme une imposture, M. Latortue a déclaré à la station privée Sgnal FM n'avoir pas su que le Directeur général de la Police Nationale d'Haiti, Mario Andrésol, n'était pas au courant de l'existence du document.

Il a d'autre part appelé la population à garder son calme et à ne pas se mettre en tête qu'il ait, même une seule fois, tenté de « liquider » le pays, tout en admettant s'être bien souvent trouvé dans des conditions vraiment difficiles face à la communauté internationale.

Sans sourciller, Gérard Latortue déclare enfin que le document n'ayant pas bénéficié de la bénédiction du Parlement haitien devrait subir dans le meilleur délai les corrections qui s'imposent.

La publication du document dans la presse haitienne a provoqué un véritable tollé, d'aucuns s'interrogeant sur la décision de Gérard Latortue d'y avoir apposé sa signature alors que, depuis le 7 février, il est censé être en poste seulement pour liquider les affaires courantes.

Le chef du Cabinet particulier de la présidence dit n'avoir appris l'existence d'un tel accord que par voie de presse. Dans une interview accordée dimanche à Radio Kiskeya, Me Michel Brunache affirme que le chef provisoire de l'Etat n'a pas été consulté sur le document.

Le secrétaire exécutif de la Fédération Protestante d'Haiti, Edouard Paultre, a pour sa part appelé dimanche à une décision urgente concernant ce « plan de mise sous tutelle de la PNH » qui ne correspond pas à la volonté du peuple haitien.

Pour le chef de l'Eglise anglicane haitienne, Mgr Zaché Duracin, si un tel accord n'est pas rapporté au plus vite, le pays en pâtira sérieusement.

Enfin, le porte-parole de l'Alyans de Evans Paul, André Michel, appelle au rejet urgent dudit accord qui est « contraire aux lois haitiennes ». [jmd/RK][/quote]

[quote] Gérard Latortue dans la tourmente en raison d'un accord qui consacre la mise sous tutelle d'Haiti Posté le dimanche 5 mars 2006
Par Radio Kiskeya

L'accord signé le 22 février 2006 à l'ONU par le Premier ministre Gérard Latortue et le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, Juan Gabriel Valdès, concerne le « contrôle, la restructuration et la réforme de la PNH », de même que « le rétablissement et le maintien de l'Etat de droit, de la sécurité publique et de l'ordre public en Haiti » et vient en complément des accords antérieurs sur le statut de la MINUSTAH.

Une des principales clauses du document dissimule assez difficilement la volonté de la mission onusienne de s'assurer du contrôle plein et entier du gouvernement haitien en tout ce qui concerne d'éventuelles démarches de sa part ayant trait à la PNH. Au chapitre 2, alinéa 2.3 dudit accord, on lit en effet ce qui suit : « Le gouvernement peut conclure des accords bilatéraux et multilatéraux pour développer les capacités de la PNH, à condition que la nature et l'objet de ces accords soient compatibles avec le Plan de réforme de la PNH et le mandat de la MINUSTAH ».

Dans la même clause, il est stipulé que « pour aider la MINUSTAH à déterminer si un accord bilatéral ou multilatéral donné risque d'avoir une incidence sur l'exécution du mandat qu'elle tient du Conseil de sécurité ou sur le Plan de réforme de la PNH, le Gouvernement informera la MINUSTAH de la nature de tous les accords bilatéraux et multilatéraux qu'il a l'intention de conclure et lui en communiquera une copie. Si la MINUSTAH détermine qu'un accord bilatéral ou multilatéral envisagé pourrait être incompatible avec son mandat ou avec la bonne exécution du Plan de réforme de la PNH, le Gouvernement apportera à cet accord les aménagements que la MINUSTAH lui demandera pour éviter cette incompatibilité ».

Dans la suite de l'article 2.3, la « visée impériale » de la MINUSTAH n'est pas moins explicite : « le gouvernement communiquera à la MINUSTAH copie de tous les accords qu'il aura pu souscrire avant l'entrée en vigueur de l'accord du 22 février 2006 et qui serait encore valide. Si la MINUSTAH considère qu'un de ces accords pourrait être incompatible avec son mandat ou avec la bonne exécution du Plan de réforme de la PNH, le Gouvernement apportera à cet accord les aménagements que la MINUSTAH lui demandera pour éviter cette incompatibilité ».

L'article 3.3 dudit accord définit le cadre absolument étroit dans lequel la Police Nationale d'Haiti devra désormais accomplir sa mission : « Les responsables de la PNH feront en sorte de n'entreprendre aucune opération et de ne déployer aucun élément sans consultation et coordination préalables avec le Commissaire de police de la MINUSTAH ou ses représentants dûment désignés, sauf dans les cas où des directives ou des procédures mises au point conjointement et convenues par écrit entre le Directeur général de la PNH et le Commissaire de la Police de la MINUSTAH prévoient expressément qu'il peut être procédé à une opération ou à un déploiement sans consultation et coordination préalables ».

L'accord du 22 février présente la MINUSTAH comme une entité entièrement indépendante et souveraine dans le pays. L'article 3.6 du document ne laisse planer aucun doute à ce sujet : « ...Ni le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU, ni le Commandant de la Force, ni le Commissaire de Police, ni aucun membre de la MINUSTAH ne sont autorisés à recevoir d'ordres de quelque représentant du Gouvernement ou de quelque agent de la PNH que ce soit, y compris en ce qui concerne l'exercice par la MINUSTAH de sa responsabilité à l'égard de la sécurité d'un secteur opérationnel donné, lorsque cette responsabilité lui a été transférée temporairement, conformément à l'annexe III du présent accord... »

Les alinéas « a » et « b » de l'article 4.4 de l'accord étendent le pouvoir de la mission onusienne bien au-delà du simple et strict contrôle de la PNH. On y lit en effet que : « le Gouvernement de transition garantit aux représentants de la MINUSTAH un accès libre, immédiat et sans restriction à tous les bureaux, locaux et institutions, y compris les prisons et autres lieux de détention où la PNH et des agents de la PNH peuvent se trouver, travailler ou opérer ; un accès libre, immédiat et sans restriction à toutes sources d'information et à tous documents, fichiers, registres et archives qui pourraient se trouver sous le contrôle, sous l'autorité ou en la possession de la PNH ou d'autres autorités haitiennes, y compris les autorités judiciaires, la police judiciaire et le parquet, et qui concernent l'organisation, l'administration, la formation, le fonctionnement ou les activités de la PNH ou le recrutement, le maintien dans l'emploi, la promotion, la formation, le comportement professionnel ou les activités de ses agents... ».

Le dernier, mais pas du tout le moindre des pouvoirs que le document accorde à la MINUSTAH concerne l'extension de sa « toute puissance » au-delà de l'actuel Gouvernement de transition. Les autorités issues des élections en cours sont d'emblée liées à l'accord par le fait que, au chapitre des définitions de la plupart des expressions utilisées dans le texte, il est clairement stipulé que « par Gouvernement de transition, on entend le Gouvernement actuel de la République d'Haiti et ses successeurs ».

Au fort de la controverse autour de l'accord, la MINUSTAH n'avait pas fait connaître sa position dimanche soir. Il en est de même du président élu René Préval qui, en principe, depuis sa proclamation comme vainqueur de la présidentielle le 17 février dernier, devrait être formellement consulté par le Gouvernement de transition sur toute décision engageant l'avenir du pays. [jmd/RK][/quote]

Michel Nau_

Post by Michel Nau_ » Tue Mar 07, 2006 9:53 am

Hi Guy, Folks!
Do you know if the Preval or any member of his Team made any comment regarding LaTortue going to New York to sign a contract without legal advice or consultation from Preval?
If Preval or Boniface is aware of his act, he[LaTortue] may not be the only one to blame.
Another case is, he may have signed this contract under duress therefore could more likely make it void able.

The UN-MINUSTAH is more likely acting like Haiti's agent, and wants to secure its position. The International Community doesn't want a third party (Venezuela, Cuba, or other outside forces) to come and offer their services to the new government.
They are protecting their territory sort of speak.
If this contract is ratified by the new members of the Haitian Parliament, it could represent the beginning of a long relationship.
This contract could secure their marriage with the new government and could prevent the Preval's administration from going out there looking for love in the wrong places.

My opinion is that the new government is aware if not fully aware of something of that nature would show up. Because the international and national investment sectors would like to have some kind of guaranty that their money will be protected.

Michel

Tidodo_

Post by Tidodo_ » Tue Mar 07, 2006 11:43 am

Here is a link to a post dated March 3rd related to an interview by the PM whereby he basically admitted having not followed any administrative procedures before signing this accord, thus answering Michel's question. Perhaps, Guy should put these two threads together since they are about the same subject. But, Michel, do you know for a fact that Future President Preval was aware of this? If not, why do you speculate on it when everybody else in the press is questionning the solo ride the PM took on this when he was not supposed to be riding at all?


Post Reply