..la maison blanche avait forcé...Aristide à l'exil...

Post Reply
Ezili Danto
Posts: 197
Joined: Sat May 31, 2003 11:57 pm

..la maison blanche avait forcé...Aristide à l'exil...

Post by Ezili Danto » Fri Feb 17, 2006 2:09 pm

On vient d'admettre... à la maison blanche ...avait forcé Aristide à l'exil
http://www.leradar.qc.ca/leradar/detail.cfm?id=130576

[quote]À Haiti, une élection de la dernière chance
Achille Hubert - 16 février 2006

En fouillant dans mes vieilles archives personnelles cette semaine, j'ai trouvé un dossier se rapportant à un voyage effectué en 1981 dans le pays d'Haiti, en compagnie de Armand Bourque et de Yvon Turbide. Le trio madelinot était alors délégué par l'organisation des Pêcheurs Unis du Québec pour effectuer à Haiti, une mission spéciale dans un petit village de pêcheurs appelé Luly, non loin de la capitale Port-au-Prince. Il s'agissait de prendre connaissance des besoins de cette petite communauté de pêcheurs afin, si possible, de leur venir en aide via un programme de coopération. La visite s'est déroulée dans une atmosphère empreinte d'une grande co
rdialité tant du côté des pêcheurs haitiens que celui de la délégation, à tel point, qu'on nous a invités à un voyage de pêche en mer à bord de petites embarcations sans moteur, mues par la force des bras. On est allé jusqu'à nous organiser une grande fête au village, en plein air, avec toute la population, au cours de laquelle, on nous a servi des «homards» ou «langoustes» pêchés le jour même. On a dansé avec les Haitiennes au son des musiques du pays sur la place centrale du village.

De ce voyage en Haiti, je conserve un beau et précieux souvenir, surtout à cause du contact avec les gens de ce pays qui sont fort sympathiques. Toutefois, comme notre expédition n'a pas eu de suites pour ces Haitiens, je regrette maintenant qu'on ait soulevé chez ces pêcheurs et ces familles de grands espoirs qui ont été déçus. Quelques mois après notre retour au Québec, Pêcheurs Unis du Québec déclarait faillite et le projet d'une collaboration avec les pêcheurs de ce village est mort dans l'oeuf.

Dans le rappor
t de notre voyage, nous avions écrit que la meilleure chose qui pourrait arriver aux Haitiens, ce serait de se débarrasser de leur dictateur, Jean-Claude Duvalier qui avait pris la relève de son père et qui empêchait, en se remplissant les poches et en faisant régner la terreur, de donner aux Haitiens, la possibilité de vivre une vie décente.

Ce que nous avions souhaité se produisit. En effet, il y a vingt ans cette année, soit en 1986, le président Duvalier quittait précipitamment Haiti pour se réfugier en France où il réside toujours, profitant des millions amassés en Haiti lors de son règne.

Ce départ de Duvalier n'aura pas permis aux Haitiens de se prendre en main et de se sortir de leur marasme perpétuel.

Haiti est le pays le plus pauvre de notre hémisphère : l'espérance de vie est de 51 ans; 65% de la population vit avec des revenus de 1$ US par jour (lorsqu'ils en possèdent); les trois quarts des gens sont au chômage et la moitié de la population ne sait ni lire ni écrire. C'est to
ut dire de l'état lamentable de ce pays, tant à Port-au-Prince que dans les régions rurales.

L'ex-prêtre Jean-Bertrand Aristide avait suscité beaucoup d'espoir pour les pauvres lorsqu'il fut porté à la présidence. Mais, la bourgeoisie de Haiti, ceux qui s'enrichissent aux dépens des Haitiens a réussi, à force de manoeuvres malveillantes et appuyées par le gouvernement américain, à déloger Aristide de son poste de président. On vient d'admettre cette semaine à la Maison Blanche que le gouvernement américain avait forcé Aristide à l'exil. Il est présentement en Afrique du Sud depuis deux ans. Et si Préval est élu président, il est fort probable que son ami et ancien allié Aristide sera invité à revenir en Haiti, au grand contentement des plus déshérités de ce pays.

La communauté internationale et le Conseil de sécurité des Nations Unies se sont ralliés afin de permettre au peuple haitien de se choisir un nouveau président et un par
lement élu au suffrage universel. Les élections se sont déroulées le 7 février dernier dans le calme et les Haitiens ont voté dans une proportion dépassant les 63%, une participation record pour une population totale habile à voter de 3,5 millions individus. Aux dernières nouvelles, le candidat Préval avait récolté 49% du vote mais certains conseillers de l'organisation électorale dénonçaient des manipulations dans le comptage des votes (lire article en page 11). On a annoncé que 8% des votes enregistrés avaient été rejetés comme nuls, soit une proportion très élevée qui suscite beaucoup d'interrogations. L'élection en Haiti a-t-elle été «paquetée» pour barrer la route à Préval en forçant la tenue d'un deuxième tour de scrutin ? Cela est fort possible sinon probable. On soupçonne que Washington soit responsable de cette magouille par personne interposée.

S'il y a un 2e tour de scrutin, une grande proportion de Haitiens ne retourneront pas voter. «Nou voté déjà, nou pap voté enko» en créole , «Nous avon
s déjà voté, nous ne voterons pas encore» La voie sera libre pour le candidat des riches, Manigat, le protégé des États-Unis. [/quote]

Post Reply