Batay Ouvriye - Zak kraze brize okipasyon an

Post Reply
Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Batay Ouvriye - Zak kraze brize okipasyon an

Post by Charles Arthur » Wed Nov 09, 2005 5:04 am

[quote]BATAY OUVRIYE -

Pòtoprens, 7 novanm 2005


Semèn pase, fòs etranjè nan peyi a fè yon ekzaksyon an plis. Sòlda jodànyen pete baryè izin kola Lako a, rantre nan izin lan, fè moun kouche pla vant, bat moun, imilye moun. Yo rantre nan ECEM, yo fè menm bagay yo. Pami moun sa yo, majorite a se te OUVRIYE IZIN YO. Nan Lako, yo fè menas y ap tounen. BATAY OUVRIYE ELVE VWA LI BYEN WO POU DENONSE ZAK KRAZE BRIZE SA A. Men nou dwe klè sou 2 bagay:

· Zak la rantre nan kad yon sitiyasyon global. Pou nou, yo pa ka jwe ak mo yo pou vin pale "souverènte limite" ak tout lòt fatra osnon rans ki la pou maske reyalite a. Zak sa a pa anyen dòt pase yon zak kote fòs etranje yo anba labannyè ONU okipe peyi a. Yo responsab tout bagay, ak yon gouvènman pope twèl yon KEP kwoupyon...Yo kraze brize lè yo vle, jan yo vle. Yo pa gen kont pou yo rann bay pèsonn. NOU DENONSE Z
AK LA E NOU DENONSE OKIPASYON DEGIZE KI CHAK JOU AP DEMASKE TÈT LI PIPLIS.

· Denonse se youn, mobilize pou konbat se yon lòt, ak bon jan liy taktik, bon jan liy estratejik, se yon lòt ankò. Gen fòs ki deja kanpe pou denonse. Li nesesè depase denonsyasyon an pou rive nan mobilizasyon pou fòse yo al fè wout yo. La tou, nou dwe klè, si yo la, si nou nan sitiyasyon sa a, vre responsab yo se klas dominan yo ki fè fayit total. Vre responsab yo, se politisyen san kou­tya, do kale ki pa gen pwoblèm ak okipasyon an e ki mete nou la. Se pa yon aza si pesonn pa gen pwogram. Se pa yon aza si prèske tout dakò pou aplike CCI. Se pa yon aza si yo youn pa gen liy pou « repran souverènte peyi a » jan yo konn di li lè y ap fè demagoji.

Jounen jodi a nou dwe klè sou sitiyasyon an, nou dwe klè sou lènmi nou pou byen defini batay nou dwe mennen yo.

Nan kad zak sa a, nan lojik pa yo, yo dwe dedomaje tout moun yo matirize yo, yo imilye yo. 2 antrepriz yo ki anchaj ouvriye yo pandan yo anndan izin lan
dwe dedomaje ouvriye yo tou. Men nap di li klè, okipan yo ta dwe dedomaje an­trepriz yo. Men OKIPASYON SE OKIPASYON! Yo pap fè anyen. Okontrè!

Nan lojik pa nou, nou dwe al pi lwen pase demann dedomajman an. Nou dwe rantre nan travay pou fout yo deyò a, sèl mwayen pou yo pa gen inisyativ total, sèl mwayen pou yo pa jwe ak nou, jwe ak peyi a e rive tipa tipa nan yon lòt fòm okipasyon degize y a rele titèl.

Kanmarad ouvriye LAKO ak ECEM, BATAY OUVRIYE SOLIDÈ AK NOU. Pandan nap ran­fòse komite nou anndan 2 izin yo e rive a yon nivo òganizasyon pi elve nan izin yo, nou dwe travay vit pou bon jan kowòdinasyon ak ouvriye lòt izin yo e rantre nan BATAY pandan nap mache sou 2 pye nou:

· Batay nan 2 izin yo, BATAY kont boujwa rapas yo, BATAY kont esplwatasyon.

· Konstwi kan pèp la, BATAY kont okipan yo, kont okipasyon an.



ABA ELEKSYON MALATYONG! ABA ESPLWATASYON! ABA OKIPASYON!



[/quote]

Leonel JB

Post by Leonel JB » Wed Nov 09, 2005 7:33 am

Charles, map mande, pouki rezon neg yo antre bat moun yo nan travay yo?
Si se vre, bagay sa se on veritab saltenbank. Kote tout moun ki vle pran piyay se sou do malere ke yo chwazi pou yo pran l.
Gen on paket moun ki reyelman panse ke loni se yon Oganizasyon kap ede le monn vre.
Yo toujou di dan pouri gen fOs sou banann mi, sa sevre. Jiska kan bagay sa genyen poul sispann? Ak pakEt Aloufa gwo lide ti memwa sa yo, map mande si Ayiti ap gen on chans vre?
Tounen sou zafE eleksyon or seleksyon an, si pa genyen l, eske latOti ap kite pouvwa a ak tout bonifas? Eske lap pi bon poun rete san seleksyon an???
Men anpil, chay pa lou,
leonel

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Le personnel de l'entreprise Larco malmené par la MINUSTAH

Post by Charles Arthur » Wed Nov 09, 2005 10:35 am

[quote]Charles, map mande, pouki rezon neg yo antre bat moun yo nan travay yo? [/quote]

[quote]AHP -1 novembre 2005

Cité Soleil: Rafales d'armes et arrestations
Le personnel de l'entreprise Larco malmené par la MINUSTAH

Des incidents ont eu lieu hier après midi entre 12 et 16 heures à Cité Soleil. Des rafales d’armes ont été échangées entre la MINUTSAH - qui aurait arrêté quatre supposés bandits - et des personnes de la Cité ou venant des quartiers environnants.

Fait grave, les blindés de la force d’occupation ont forcé les murs et la barrière cadenassée de l’entreprise Larco de Cité Soleil, qui n’avait strictement rien à voir avec les échauffourées. Selon les témoignages concordants des ouvriers (450) des petits commerçants qui se trouvaient dans la cour et de la direction de l’entreprise,
les soldats de l’Onu ont obligé tout le monde à se mettre par terre, et certaines personnes ont été frappées à coup de pied et avec des armes.

Les responsables de l’entreprise ont fait part de leur indignation face à cette humiliation. Un orphelinat de la zone aurait eu des enfants blésés par des éclats de verre brisé par les soldats de l’Onu qui avaient également investi les lieux.

Mme Jocelyne Lassègue de Fanm yo la, a dénoncé ces actions de la force d’occupation et réclame des compensations pour l’entreprise Larco et les autres victimes.

[/quote]
[quote]La MINUSTAH tente de justifier l’irruption violente de casques bleus dans une industrie de Port-au-Prince, suite à des incidents armés
Indignation des responsables et employés des entreprises Larco brutalisés ; mais, aucune réaction du secteur privé
Posté le jeudi 3 novembre 2005
Par Radio Kiskeya


La mission des Nations Unies pour la stabilisation en
Haiti (MINUSTAH) a tenté mercredi de justifier l’attitude brutale affichée par une quinzaine de ses soldats lors d’une descente lundi en fin de journée dans les installations de Larco frères S.A, une industrie de boissons gazeuses qui se trouve sur la route nationale #1 (nord de Port-au-Prince). Le porte-parole militaire de la MINUSTAH, le colonel marocain El-Ouafi Boulbars, a précisé que les membres du contingent jordanien qui sont intervenus dans l’enceinte de l’établissement industriel, réagissaient à des attaques qui avaient été menées contre leur base par des bandits armés. Deux attaques simultanées ont été lancées, à partir de positions inconnues, contre les deux quartiers-généraux de la mission a poursuivi le porte-parole qui souligne que plusieurs suspects interpellés ont été relâchés. Il estime que petit à petit le mission de paix internationale est en train de mettre au pas les bandes armées établies à Cité Soleil, le vaste bidonville situé en bordure de la route nationale.


"Quand opérez dans une zone où la sécurité n’est pas sûre à 100%, il y a des procédures strictes qu’il faut respecter, mais que la population civile ne peut pas toujours comprendre. Les citoyens innocents se demandent de façon légitime pourquoi ils subissent un traitement qu’ils ne méritent pas. Mais, ils doivent aussi comprendre qu’un groupe sain peut cacher des criminels à son insu" s’est contenté d’affirmer le colonel Boulbars, sans même annoncer une enquête sur le comportement des soldats, ni même présenter des excuses formelles aux victimes.

Selon les déclarations du manager des entreprises Larco, Franck Larco III, un blindé léger de la MINUSTAH avait violemment percuté la barrière principale de l’usine et des soldats jordaniens lourdement armés avaient mis en joue les responsables et le personnel de la compagnie. "Ils nous ont accusés d’avoir attaqué leur base. Ils nous ont humiliés et menacés. Tous les responsables et les 400 employés de l&#8
217;usine ont été contraints de se coucher par terre, au beau milieu de la rue. Certains ont même été giflés et accusés d’être des chimères (partisans armés d’Aristide)" s’est lamenté Franck Larco III la voix nouée d’émotion et qui contenait à peine sa colère. "La ferme" ont encore ordonné, écumant de rage, les soldats du Royaume haschémite selon le responsable qui affirme que des téléphones cellulaires et des appareils de radiocommunication ont été confisqués avant d’être restitués à leurs propriétaires. L’industriel s’est demandé inquiet quel est l’avenir des "honnêtes gens qui se font humilier dans leur propre pays, alors qu’ils ne font que travailler et permettre à d’autres de trouver un emploi".

Au cours de ces mêmes incidents, d’autres entreprises et un orphelinat situés dans le voisinage de Larco frères S.A ont subi des dommages collatéraux. Un enfant aurait même été blessé par des éclats de vitres après que les locaux de l’
orphelinat dénommé, Fondation des enfants d’Haiti, ait essuyé des tirs de la MINUSTAH.

Le secteur privé formel et les principales associations patronales du pays auxquels appartiennent les entrepreneurs Larco n’ont touours pas réagi à ces incidents, pourtant troublant au regard du mandat de la MINUSTAH.

Depuis le lancement de "L’opération Bagdad" par les partisans armés de Jean-Bertrand Aristide, en septembre 2004, un couvre-feu non déclaré est imposé à l’entrée nord de la capitale haitienne où les propriétaires d’entreprises sont régulièrement terrorisés, rançonnés et leurs employés kidnappés ou assassinés. La violence à l’état endémique dans le bidonville limitrophe de Cité Soleil n’a pu être jusqu’ici endiguée par la MINUSTAH, incapable de mettre fin au règne des bandes armées, alors qu’on s’approche des élections. spp/RK
[/quote]

Charles Arthur
Posts: 151
Joined: Tue May 25, 2004 7:35 am

Radio Metropole 11 November on Larco incident

Post by Charles Arthur » Sun Nov 13, 2005 10:48 am

[quote]The commander of the Jordanian troops deployed in the Drouillard area apologized to the employees of the Larco Brewery Company yesterday. The workers were victims of aggression by the UN soldiers on 31 October. Colonel (Al Massawa) advocates cooperation between the blue helmets and the Larco workers to guarantee a climate of security in Drouillard. The colonel wanted to reassure them of MINUSTAH's protection because they are close to the military base. He wants them to report all suspicious activities by armed men in the area to facilitate the tasks of the troops. (2 min)

One of the Larco Company officials, Franck Larco, says that he appreciates this gesture on the part of the Jordanian commander and asks for reparations for the victims of physical aggression by the Jordanian soldiers. Larco says: "//The Jordanian officers came this morning to present their apology to our wor
kers.//" He adds: "//The colonel came and said that he is going to find out exactly what happened on 31 October. But I find it strange that, as commander of the troops, 10 days later he still has not found out what took place. He said that he did not even know that such things happened. So, I find it hard to believe.//" (2 min)


The National Network for the Defense of Human Rights (RNDDH) strongly criticizes the Jordanian soldiers who carried out a brutal intervention on the premises of the Larco Brewery Company in the Drouillard neighborhood. The RNDDH officials, who visited the victims yesterday, want justice and reparations for the victims. Marie Yolene Gilles says: "//The RNDDH denounces and condemns the action of the Jordanian battalion, which is part of MINUSTAH, against the Larco workers, the (ECEM) Company, and the Haiti Home for Children orphanage. A RNDDH delegation that visited the area has seen all the damage caused by the Jordanian soldiers on 31 October.//" She explains: "An orphan was
injured in the knee. The soldiers trampled the workers, slapped, and spat in their faces. The soldiers fired in the air and threatened to get rid of all the employees, together with the businesses. The soldiers then accused the workers and their families of being gang members.//" She says: "//It is clear that there is a need to pacify areas controlled by bandits and kidnappers. However, MINUSTAH should respect all of the principles of human rights when carrying out operations.//" [/quote]

Post Reply