Sometimes in April

Post Reply
User avatar
admin
Site Admin
Posts: 2153
Joined: Thu Nov 13, 2014 7:03 pm

Sometimes in April

Post by admin » Tue Mar 15, 2005 3:59 pm

Back to hellWhen Raoul Peck decided to make a film about the Rwandan genocide, he knew there was only one place he could do it. He tells all to Geoffrey Macnab.

Tuesday March 15, 2005
The Guardian

The monster, says Raoul Peck, doesn't come from nowhere. It is slowly conjured into being, and just about everybody is complicit in its creation. "You look aside the first time when someone is slapped in public. You don't say anything. The next day, they kill him in front of you and you don't say anything. Then, on the third day, they can come and take your wife and rape your wife. And then it's too late for you to do anything. That is how the monster arrives. It starts with little things."

The director - and former Haitian minister of culture - is explaining why he wanted to revisit the Rwandan genocide in his ne
w film, Sometimes in April. It's one of three major new movies inspired by the horrific events of April 1994, when an estimated 800,000 Rwandans were massacred by their countrymen as the world stood idly by. Peck is philosophical about the rival projects - the Oscar-nominated Hotel Rwanda and Michael Caton-Jones's yet-to-be-released Shooting Dogs - all coming along at once. From his point of view, the more that can be done to jolt memories about the genocide, the better. Besides, he says, his film is likely to reach a far greater initial audience than the other two features. It was financed by US cable channel HBO and will shown on TV later this year. "Thirty-five million people are going to see this film. I think its impact will be huge."

None the less, Peck realised that a dry, factual account of the genocide would struggle to find an audience. "Drama enables people to get into a subject emotionally in a quicker and deeper way," he says. So his film focuses on the experiences of a single family. Th
e story begins in April 2004 as Augustin (Idris Elba), a schoolteacher, prepares to visit his estranged brother, Honoré, a one-time radio journalist now on trial for his part in inciting genocide with his inflammatory broadcasts. Augustin, we discover, was a moderate Hutu, but his wife was a Tutsi. They were split apart in tragic circumstances during the genocide.

What Peck's film does supremely well is to show how, during the genocide, violence became normalised. Elderly men say goodbye to their wives, pick up their machetes and march out to murder their former neighbours as if they're simply off on a day's work. Teenagers sit swigging beer at roadblocks, ready to kill anyone who doesn't have the right papers. Soldiers roam from house to house, blithely shooting dead any Tutsis they encounter. In sci-fi films like Invasion of the Body Snatchers or Dawn of the Dead, it's a cliche to have sleepy communities suddenly turn on their own inhabitants. In Rwanda, this happened for real.

"I tried t
o be as authentic as possible in making my films, even if it is under the label of fiction," Peck says. Lines of dialogue, he points out, are taken directly from witnesses' testimony at the International Criminal Tribunal. The film was shot on location in Rwanda, in the places where massacres took place. Every incident, however melodramatic or far-fetched, has its corollary in actual events. Wounded Tutsis really did hide out in the muddy marshes. The girls at the church school Sainte Marie, some Hutu, some Tutsis, really did make a stand against the militia, choosing to die together rather than be split apart. In today's Rwanda, the relatives of victims really do live side by side with the killers from a decade ago. "It's just the reality. What can you do? Are you going to kill your neighbour now because he killed your family?" Peck asks. "People are tired. People want some rest ... you can't be living with eternal anger in you. Life must go on."

Now 51, Peck was born in Port-au-Prince in Haiti, b
ut spent many years in the Republic of Congo, where his parents fled to escape the Duvalier dictatorship in the early 1960s. Though he was an outsider, he says the Rwandans welcomed him. His previous film, Lumumba (a fictionalised account of the final year of the life of the assassinated prime minister of the Democratic Republic of the Congo), had been well received in the country and the local people trusted his motives. "I had a moral contract with them," he says of his relationship with the Rwandans. "They knew that I wouldn't catch a story, run with it and never come back."

Peck begins Sometimes in April with eerie archive footage shot by Belgian colonialists. A white potentate in full uniform is shown meeting a cowed and suspicious tribal leader. The dignitary offers his hand but the leader is too baffled and terrified to take it. "This is one of the strange films that the Belgians made about the first colonialists who came to Rwanda," Peck says. "It was like one of those old Nazi propaganda piec
es on the Jewish people, with the depiction of the local people set against the majesty of the conquerors."

He included this overture to show his audience in a shorthand way that the fissures in Rwandan society first opened up during the colonial era. It was the Belgians who installed the rigid system of racial classification that distinguished between the Tutsis and the Hutus. Peck also made frequent use of western TV footage shot during the genocide. (As he makes clear, the western media in the spring of 1994 was far more preoccupied with the suicide of Nirvana's Kurt Cobain.)

The film-maker becomes visibly irritated when I ask if Debra Winger's character in the film, the US lawyer Prudence Bushnell agitating for UN and US intervention to stop the massacre, was included at the behest of HBO, so there would be at least one sympathetic westerner with whom US audiences could identify. "No, no, no, no, not at all," he protests. "I think the American public and studios would have been happy if I
had excluded that part, so it would just have been a black story in Africa. For me to be able to show the inaction of the American administration makes it only worse." Nor is he apologetic about shooting in English. "We had to switch to English for financial reasons, but what is more important than the language is the authenticity."

Back in January, Peck held the world premiere of Sometimes in April in a huge stadium in the Rwandan capital of Kigali in front of an audience of thousands of people, many of whom had lost relatives during the massacre. "I could only imagine making this film if the Rwandans were the first to see it. Whatever the critics say doesn't matter to me. The only people whose judgment I would accept are the Rwandan people."

· Sometimes in April screens at the Ritzy Cinema, London SW2 (0870 7550 062), on Thursday as part of the Human Rights Watch film festival. Details: http://hrw.org/iff/2005/london/

Post by » Wed Mar 30, 2005 5:09 pm

Lettre ouverte de Nancy Roc à Raoul Peck autour de son film « Sometimes in April »

« (...) je ne peux m'empêcher de trembler pour Haiti aujourd'hui car j'y vois les mêmes vices, les mêmes dérives, les mêmes signes de haine évocatrice, prémonitoire d'une catastrophe sans précédent dans notre histoire ».

Soumis à AlterPresse le 28 mars 2005

[quote]Cher Raoul,

Cela fait plus d'une semaine que je voulais t'écrire pour te féliciter comme peu de mots pourraient le faire, pour la réalisation de ton dernier film sur le génocide du Rwanda. Ce soir, je l'ai regardé pour la seconde fois sur HBO et ma mère se joint à moi pour te présenter ses hommages et félicitations.

J'espère trouver les mots adéquats pour te dire à quel point je suis fière de toi, fière que tu sois un Haitien comme o
n n'en fait plus, fière que tu sois devenu un réalisateur hors du commun, ayant la capacité de transmettre un message, un témoignage universel aussi important que celui que tu as réussi à passer à travers ce film. Ta façon de témoigner à travers tes films découle de la même conviction qui m'a menée à devenir la journaliste que je suis aujourd'hui : oser dire la vérité, témoigner devant l'humanité des dérives obscures et diaboliques de la race humaine, dues à l'indifférence, à la cruauté, à l'imbécillité et à la perversité. Le faire au-delà du danger, des vicissitudes, des critiques, pour le devoir de mémoire, pour remplir la mission que Dieu nous a confiée. Je ne sais pas si tu es croyant mais ce n'est même pas important : que tu le sois ou non, ton dernier film fait de toi un messager de l'humanité, un observateur fin et surtout humaniste des horreurs de notre monde. Au-delà de ce don que tu as démontré, tu auras surtout réussi à ne pas abuser ‘'d'hémoglobine'' à la façon hollywoodienne mais, au contraire, g
râce à une discrétion objective, à laisser la place à l'imagination, même lorsqu'elle ne pouvait conevoir l'inimaginable.

Je voudrais partager plusieurs choses avec toi comme je le fais rarement et comme je ne le ferai sans doute plus du moins par écrit et publiquement. Tout d'abord, sache que c'est au Zaire, quand j'avais douze ans, que j'ai vu le premier film sur l'Holocauste avec Meryl Streep à l'époque. Ce jour là, je suis née une seconde fois : j'ai réalisé combien les hommes pouvaient être cruels et je n'avais jamais imaginé pareille cruauté. C'est ainsi que j'ai étudié la Seconde Guerre Mondiale pendant 8 ans et suis devenue par la suite, journaliste, me disant, naivement à l'époque, qu'il fallait que je fasse tout ce qui était en mon pouvoir pour que ce genre d'horreur n'arrive plus. Mais j'ai grandi, et malgré ma lutte constante, j'ai réalisé que ces horreurs nous dépassaient et nous dépasseront toujours : il y a eu le Cambodge, la Bosnie Herzégovine, le Rwanda et aujourd'hui, sans doute comme
toi, je crains le pire pour notre pays. Le fait que tu aies vécu au Zaire comme moi, me rapproche davantage encore de ton travail et de ta vision. Nous qui avons toujours prétendu avoir donné à l'Afrique, savons depuis longtemps, ce que l'Afrique nous a légué. Contrairement à nos autres compatriotes, je crois que nous lui serons éternellement reconnaissants et savons être humbles devant tant de chance. Nous devons beaucoup à ce continent que la majorité des nôtres ont rejeté par complexe ou ignorance. Te souviens-tu de l'odeur de la pluie en terre africaine ? Cette odeur me hante depuis des années et lorsque ton film évoque la saison des pluies en avril au Rwanda et qu'ici, c'est la saison la plus sèche et la plus poussiéreuse, ce parallèle évoque pour moi toute la différence établie entre notre pays et le continent auquel nous avons été arrachés. Une différence telle une blessure aussi béante que les mers qui séparent Haiti de notre Terre Mère.

Lorsqu'au début du film, une élève demande en classe si
le génocide aurait pu être évité et que l'acteur principal répond : « maybe if we could have been more courageous, maybe if the world would have paid more attention'' ; je ne peux m'empêcher de trembler pour Haiti aujourd'hui car j'y vois les mêmes vices, les mêmes dérives, les mêmes signes de haine évocatrice, prémonitoire d'une catastrophe sans précédent dans notre histoire. Une haine cultivée depuis des années mais qui a atteint son apogée sous Aristide. Une haine qui peut être activée à l'extrême par la présence des Nations Unies chez nous avec leur lecture totalement erronée de la réalité sur le terrain. Dis-moi Raoul, tes projections privées à l'Impérial étaient-elles innocentes ou as-tu le même pressentiment que moi ? J'ai tellement regretté de ne pas pouvoir pu être là car je signais mon dernier livre, « Le Bicentenaire Amer »...Mais réponds-moi, c'est important.

Il y a tellement de scènes terribles qui m'ont marquée et qui m'ont enlevé le sommeil après avoir vu le film la première fois : celle
ou Xavier dit qu'il fait partie du convoi de l'ONU et que le soldat Français répond que non, qu'il n'a de place que pour les expatriés. Ma mère a vécu cette scène avec sa meilleure amie en 1993 lors de l'évacuation des étrangers et elle a du être évacuée en laissant sa ‘'sœur'' Zairoise seule à terre. Elle n'avait rien pu faire pour elle. La différence avec ton film c'est que sa ‘'sœur'', Johanne, a survécu et n'est pas morte comme Xavier. Je veux que tu saches que j'avais lu l'excellent livre de Colette Brackman sur le Rwanda mais que ton film dépasse cette œuvre. La scène de l'école ou celle dans les marais est terrible aussi. Mais étrangement, c'est l'image de la femme d'Augustin, qui après avoir été violée en maintes fois, est jetée comme un sac de viande, qui m'a hantée. Les femmes sont toujours doublement victimes. C'était insoutenable et je n'en ai pas dormi la nuit suivante. Mais, au-delà de l'horreur, le courage des victimes et en particulier des femmes dans ton film est EXTRAORDINAIRE, INOUBLIABLE
et panse les plaies des douleurs du spectateur...si cela est possible. Sais-tu qu'aujourd'hui chez nous, les femmes de toutes les classes sociales sont systématiquement violées en ‘'tournante'', ‘'gang raped'' ? J'ai pensé aussi au système de ‘'guacaca'' appliqué au Rwanda et qui est très présent dans ton film. Mais je ne vois pas comment on pourrait appliquer un tel système en Haiti. Et lorsqu'à la fin du générique, ces simples mots, « never forget » apparaissent, je me dis que c'est terrible car l'impunité demeure, là-bas, comme ici. Pareil au Cambodge : les tortionnaires n'ont pas été punis après les deux millions de victimes exterminées par le régime des Khmers Rouges. Alors que faire ? Comment éviter que cela ne se reproduise si à chaque fois, les tueurs s'en tirent ? Après la projection de ton film, tout le monde ici dit qu'il devrait être traduit en français et passé dans les salles de cinéma. A te dire vrai, je n'en suis pas si sûre car je ne pense pas que les esprits macabres chez nous en tireront le
s leçons adéquates. Bien au contraire : je suis absolument convaincue que ton film aurait l'effet contraire. Il y a trop d'impunité, d'ignorance et de méchanceté chez nous. Le proverbe dit bien que ‘'les oppressés d'hier feront les oppresseurs de demain''. Or, chez nous, il n'y a qu'une vingtaine de psychiatres pour 8 millions d'habitants et les victimes d'hier, veulent aujourd'hui le pouvoir. C''est un cycle infernal auquel les partis politiques n'échappent pas, ayant été eux aussi victimes de par le passé. Qui peut donc nous assurer, et encore moins nous garantir qu'ils pourront gouverner ce pays demain sans reproduire les mêmes schémas d'épouvante d'hier ?

Quant à l'attitude de la communauté internationale, tu l'as parfaitement décrite dans ton film et malheureusement, là encore, les mêmes scénarios se déroulent aujourd'hui. J'ai la profonde conviction que ce qui est arrivé au Rwanda a déjà commencé en Haiti et je ne sais pas comment nous pourrons arrêter cette machine infernale. Certes, toi et moi,
et une poignée de gens ici, auront tiré la sonnette d'alarme. Malheureusement, même si nous avons fait notre devoir, nous sommes une minorité, comme les Tutsis, désignés à être exterminés ou à être exilés (dans le meilleur des cas). Mais comment éviter la catastrophe ? Nous serons des voix dans le désert jusqu'à ce qu'il soit trop tard.

Ton film m'a coupé le souffle Raoul. Il m'a bouleversée telle une torture, telle une vision récurrente de nos horreurs, de nos douleurs, de notre haine les uns pour les autres. Une haine qui grandit ici tous les jours, sous nos yeux alors que les regards se détournent en espérant, vainement, que cela ne nous arrivera pas. Mais tous les signes sont déjà là. Si les ‘'Blancs'' ont eu leur part de responsabilité dans ce massacre inoubliable, nous devons avant tout réaliser que les Tutsis et les Utus étaient des frères d'une même race, d'une même terre et qu'ils se sont entretués. Près d'un million de morts en moins de 100 jours, à la machette et à la mitraillette, avec l'a
ide de médias haineux. Cela te rappelle-t-il quelque chose ? Et pendant ce temps, Washington discutait, comme tu l'as si bien démontré, des définitions entre un génocide et un génocide ‘'actif'' !!! Quant à la France, honte à la patrie des Droits de l'Homme à travers l'Opération Turquoise. On oublie aussi de rappeler que ce génocide a engendré 3 millions de blessés et de réfugiés. En ce moment, je lis le livre du Lieutenant Général Canadien Roméo Dallaire qui était au Rwanda et a attendu sept ans avant d'écrire son livre, ‘'J'ai serré la main du Diable'' ou la faillite de l'humanité au Rwanda. C'est un livre terriblement édifiant et il avoue avoir traversé une grave dépression avant d'avoir le courage d'exorciser le cauchemar qu'il avait vécu là-bas. Il écrit d'ailleurs à ce propos, « Je sais que je ne cesserai jamais de porter le deuil de tous ces Rwandais qui avaient placé leur foi en nous, qui pensaient que les forces de maintien de`l'ONU étaient là pour mettre un terme à l'extrémisme, aux tueries, et pour
les aider au cours de leurs périlleux voyage vers une paix durable. Personnellement, je ne connais que trop le coût en vies humaines que l'on peut imputer au mandat inflexible du Conseil de sécurité des Nations Unies, à la gestion financière mesquine des administrateurs de la mission, à la paperasserie tatillonne de l'ONU, aux manipulations politiques et à mes propres limites. Ce dont j'ai finalement pris conscience, c'est qu'à la sourde de tout cela réside l'indifférence fondamentale de la communauté internationale envers la situation critique de sept ou huit millions de Noirs Africains dans un minuscule pays n'ayant aucune valeur stratégique et aucune ressource naturelle susceptible d'intéresser une puissance mondiale. Un petit pays surpeuplé s'automutilait en détruisant son propre peuple, tandis que le monde le regardait faire et ne manifestait aucune volonté politique d'intervenir. J'ai encore en mémoire le jugement d'un groupe de bureaucrates venus pour ‘'évaluer'' la situation pendant les premières sem
aines du génocide : « Nous recommanderons à notre gouvernement de ne pas intervenir, car les risques sont trop élevés, et il n'y a ici que des êtres humains », ont-ils conclu. » [1]

Je pense que ce passage est révélateur des événements qui se déroulent depuis un an en Haiti, en particulier à la lumière de ce qui s'est déroulé sous la MICIVIH en 1994, au moment même où le génocide commençait au Rwanda. A l'époque, nous étions trop préoccupés par le retour d'Aristide, ignorant que le diable en lui s'était déjà inséré pour poursuivre son œuvre maléfique chez nous dix ans plus tard.

J'ai pleuré, étouffée, en voyant ton film Raoul. Je t'offre mes larmes non point comme des perles mais comme les coquillages africains qui portent chance, en espérant de tout cœur, que ce nous avons entrevu et ce que ton film projette, nous épargnera de l'horreur qui se dessine de façon plus insidieuse et précise tous les jours en Haiti. Aujourd'hui c'est Pâques. Espérons et prions pour que notre nation puisse ressuscite
r de ses cendres...

De tout cœur,

Nancy Roc

Port-au-Prince, le 28 mars 2005


[1] Roméo Dallaire, « J'ai serré la main du diable » La faillite de l'humanité au Rwanda, page 31, Editions Libre Expression, Québec Média, 2003[/quote]

Post Reply