Le Deni de négritude !

Post Reply
Jgpalmis
Posts: 65
Joined: Mon Jan 01, 2007 11:02 am

Le Deni de négritude !

Post by Jgpalmis » Mon Mar 05, 2007 5:09 pm

http://www.lenouvelliste.com/articlefor ... leID=40543

[quote]27 Février 2007
Le dénie de négritude

Jusqu'à présent, notre passé colonial nous hante et nous en faisons les frais la plus part du temps sans même nous en rendre compte. Notre passé d'esclave est enraciné en nous et détermine chez nous un mode de pensé que nous estimons naturel alors qu'il n'est en fait qu'un relent des discrimination de notre négritude. Le nègre en nous est vilipendé car métis par définition, (chacun de nous a eu au moins une ancêtre noire à être violée par un blanc) nous ne recherchons comme dogme du beau que des critères caucasiens. Je voudrais mettre en exergue aujourd'hui trois attitudes discriminatoires qui sont entrées dans nos moeurs. Ces attitudes disséquées montrent tout le chemin qu'il nous reste à faire pour accepter notre identité:

Nous sommes des antillais peuple métissé au carrefour de culture africaines diverses et européenne tout aussi diverse bien que de prédominance française, sous forte influence de l'Oncle Sam.

Ces trois attitudes que je dénoncerai, seront la condamnation des tresses, la dévaluation des caractères négroides du visage et enfin le rejet de la couleur de notre peau.

Haro sur les « tikouri »
Le port de tresses, coiffures nègres par excellence, est jugé comme inopportun dans pas mal de situations. Tantôt, je parlais à une amie secrétaire qui me révélait que les tikouri ne pouvaient être portés au travail. C'est ce qu'on lui enseigna dans son école. Si l'afro est toléré, les cheveux défrisé à froid sont la meilleur tenue (en fait ils sont dénaturés chimiquement pour ressembler aux cheveux des blanches). Les tresses cataloguées tenues de plages et de fêtes, sont donc à proscrire pour toutes cérémonies jugées sérieuses. Cette discrimination va plus loin et atteint des sommets inimaginables. Ainsi, à l'école Saint François d'Assise, la mère supérieure exige d'une part que les enfants soient coiffées chaque jour et interdit les tikouri. Je ne plaisante pas ! Bien que ces mesures ne figure en aucun cas dans les règlements écrits (et pour cause !) de l'institution, le nombre de tresses est comptabilisées. Plus que six tresses, la coiffure est cataloguée de tikouri, l'enfant est mise à l'index devant toutes ses camarades et envoyé vers une responsable laique dont l'une des responsabilités est de détresser la fillette de la recoiffer avec des rubans qui seront comptabilisés au prix fort. Je le répète, ce n'est pas une blague ! Des parents ont voulu protester ; bien mal leur ont pris, la fillette a été renvoyée de l'école en pleine année scolaire, tout cela pour des tikouri ! Vous voyez ainsi à quelle extrémité sont rendues des femmes dont la mission première est de prêcher l'Amour de Dieu et de former de véritables chrétiennes. De quoi vous transformer illico presto en adepte de l'athéisme...

La femme de couleur
plus elle est nègre
et plus elle est laide!

Je me rappelle qu'une fois en Belgique j'avais une conversation avec un couple marié, un belge avec une haitienne. La soeur de cette dernière était présente. Le sujet glissa sur nos compatriotes féminins et les deux soeurs se mirent à porter un jugement sur leur beauté. Elles trouvèrent laides certaines et jolies d'autres. Le mari lui ne comprenaient pas leur critère car il trouvait jolie les laides et banales les jolies ! Il me demanda pourquoi. Ma réponse fut simple : nous aimons chez les noires tout ce qui les rapproche des blanches : nez aquilin, lèvres minces et cheveux soyeux. Celles qui sont affublées de caractères négroide : nez plat, lèvres épaisse et cheveux sont donc affreuse à voir ! Pourtant notre belge ne comprenait rien car ce qui l'attirait chez une noire c'est parce qu'elle l'était.

Nous venons d'une période coloniale où tout tournait autour de blanc, où le blanc était le meilleur il est donc rester pour nous un canon de beauté. Cette discrimination est si encrée dans nos moeurs que les femmes qui accouche demande au médecin d'affiner le nez du nouveau né pour que celui-ci soit droit. Faire des enfants avec un blanc n'est-il pas considéré comme améliorer la race?

Mais le refus de sa négritude se voit bien dans les tentatives des femmes noires à se décolorer. Et à ma grande stupéfaction ces produits existent en Haiti. Il s'agit tout simplement d'aller à une pharmacie et de demander un produit pour éclaircir le teint. Il y en a pléthore. Mais une recherche sur le produit actif en vogue (l'hydroquinone) a révélé ceci.

Pris dans : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hydroquinone
L'hydroquinone a de multiples utilisations principalement en raison de son action comme agent réducteur en solution dans l'eau. C'est l'un des composants majeurs dans le développement photographique où, en présence de Metol, elle réduit les sels d'argent et argent métallique.
En médecine humaine, l'hydroquinone a été utilisée en application sur la peau pour en réduire la couleur sans provoquer de dermatoses c'est le cas avec le Metol. Toutefois cet usage est interdit dans certaines régions (par exemple en France) par crainte d'effets cancérigènes.

Et encore celui-ci qui vient du Service de Protection de la Consommation de l'Etat de Genève:

Parmi les inconvénients d'une utilisation abusive, en moyenne pendant quatre ans, à des concentrations élevées d'hydroquinone (4 à 8.7 %) on observe une pigmentation inégale de la peau avec des parties complètement décolorées ou au contraire d'aspect plus sombre, des dermatites irritantes, des sensations de brûlures ou de piqûres. Il a été démontré, par exemple, que l'hydroquinone utilisée dans les lotions éclaircissantes est corrosive et provoque une dépigmentation irréversible.

L'hydroquinone utilisée dans ces produits est souvent de qualité douteuse, L'hydroquinone est effectivement efficace pour l'éclaircissement de la peau à partir d'une concentration de 2% et c'est aussi la concentration à laquelle apparaissent les effets indésirables En raison de ses effets cytotoxiques, son utilisation est désormais sévèrement réglementée.

En Suisse l'office fédéral de la santé publique (OFSP) a classé l'hydroquinone dans la liste des substances non autorisées dans ce type de produits cosmétiques. L'Union européenne, qui tolérait une concentration maximale de 2% l'a interdite depuis février 2001.

A ce moment il me vient deux questions :

• Le laboratoire Actimed produit des crèmes éclaircissantes à base d'hydroquinone, ce laboratoire serait basé à Paris si on se réfère à ce qui est écrit sur la boite, alors pourquoi la France nous envoie un produit qui est interdit chez elle ? Le danger de ce produit ne doit pas exister pour un pays en voie de développement et formé de nègres...

• Autre question, il y a bien une entité d'Etat de contrôle pourquoi ne réagit-elle pas ?

Philippe Desmangles[/quote]

remarque: cette compagnie citée dans l'article a pignon sur rue en Haiti. Je fais appel aux journalistes enquêteurs pour nous éclaircir.

Jean Do m'sonje w anpil !

jafrikayiti
Posts: 218
Joined: Fri Dec 29, 2006 7:16 pm

Post by jafrikayiti » Mon Mar 05, 2007 8:03 pm

Peut-être, si nos soeurs et nos frères étaient au courant de quelques notions de sciences et d'histoire, ils choisiraient de s'occuper autrement de leurs corps.

Un lien à consulter sur africamaat:

Brève histoire de l'esthétique capillaire africaine
http://www.africamaat.com/article.php3?id_article=88

Post Reply