Ouvrages en créole pour équilibrer la littérature nationale

Post Reply
Serge
Posts: 315
Joined: Mon Jan 01, 2007 10:39 am

Ouvrages en créole pour équilibrer la littérature nationale

Post by Serge » Wed Nov 19, 2008 4:39 pm

N'en déplaise à certains "intellectuels" haitiens qui , pour une raison ou une autre, refusent d'accorder au kreyòl ayisyen la place qui lui revient en tant que langue vivante, celle-ci continue sa marche. Lisez l'article ci-dessous de Haiti Press Network.

Haiti-Livre: Des ouvrages en créole pour équilibrer la littérature nationale
Posté le 19 novembre 2008

La 3e édition de la Rentrée littéraire des Presses Nationales d'Haiti est consacrée à la littérature haitienne d'expression créole. Sept auteurs étaient présents au lancement de cette activité le 19 novembre à la rue du Centre.

Faire l'équilibre entre les littératures d'expression créole et française est parmi les objectifs que se fixent les Presses nationales d'Haiti qui a une vocation patrimoniale, a indiqué Wilhems Edouard, le directeur des Pndh, qui procédait au lancement de la nouvelle rentrée littéraire consacrée cette année au créole sous le thème «Ekri nan lang pèp la jodi a».

Pòtre van solèy, Aganmanfwezay, Epi yon jou konsa tèt Pastè Bab pati, Rete ! Kote Lamèsi, Monsieur Toussaint (la traduction créole de Rodolf Etienne), Simbad Avenue, Bèbè Golgota, Pase m yon kot foli, Lapriyè ginen, Etranje, Zig Lavi, Le grand Recueil Sacré ou Répertoire des chansons du vodou haitien sont les nouveaux titres qui viennent «accroître la présence haitienne dans le secteur du livre», comme le souhaite M. Edouard.

Jean-Euphèle Milcé, Manno Ejèn, Max Beauvoir, Pierre Michel Chéry, Joseph-Robert Large, Pauris Jean Baptiste, Dominique Batraville étaient les auteurs présents aux Presses nationales. Il ne manquait que Louis-Philippe Dalembert, Raoul Altidor, Guy Régis Jr et Rodolf Etienne pour compléter la liste des auteurs des 12 ouvrages du catalogue de la rentrée.

Ces écrivains ont pris la parole à tour de rôle. Max Beauvoir a parlé de ses ouvrages Lapriyè ginen et Le grand Recueil Sacré ou Répertoire des chansons du vodou haitien, une œuvre qu'il a mis vingt ans à réaliser, Pauris Jean Baptiste, assis à côté de Max Beauvoir («en vodou il n'y pas de préjugé», selon Wilhems Edouard), a indiqué qu'il a mis dans son livre, des parcelles de sa vie, comme l'indique le titre (Zig Lavi), Josaphat Large confie avoir écrit son livre «très vite», ce qui est le cas pour d'autres écrivains du projet, Manno Ejèn explique le titre de son livre comme exprimant une métamorphose, Pierre-Michel Chéry a produit son deuxième livre après Eritye Vilokan, Dominique Batraville dit prolonger le réalisme merveilleux de Jacques Stephen Alexis, et Jean-Euphèle Milcé confie avoir écrit son livre dans la douleur…

Le souci est de rendre disponibles des livres haitiens, a indiqué Wilhems Edouard. « C'est aussi de faire passer la langue créole de statut d'officiel à celui de littéraire», a-t-il poursuivi.

Ce projet vise aussi à appuyer l'effort de l'État pour combattre les préjugés sur les productions dans la langue créole. «Voir des écrivains, habituellement francophones, écrire en créole est de nature à désinhiber un jeune écrivain par rapport à la langue», affirme le poète Wilhems Edouard.

Cette rentrée vise aussi à ouvrir la littérature créole à la littérature universelle. La preuve par «Etranje !», la traduction de l'Étranger d'Albert Camus par Guy Régis Jr.

C'est notre mission comme entreprise publique de mettre la culture au service du peuple, a conclu Wilhems Edouard.

11 auteurs, 12 livres, 12 conférences, 12 ventes-signature dans les écoles, les bibliothèques, les facultés et les centres culturels, annonce le programmation de cette série d'activité se déroulant du 19 au 22 novembre.

Post Reply