Littérature haïtienne de la diaspora

Post Reply
Michelange Hyppolite
Posts: 60
Joined: Mon Feb 12, 2007 8:41 pm

Littérature haitienne de la diaspora

Post by Michelange Hyppolite » Fri Oct 12, 2007 5:40 pm

DIT DES PROLÉGOMÈNES À UNE LITTÉRATURE HAITIENNE EN DIASPORA , tome II

Texte écrit par la poète Jacqueline Beaugé-Rosier


D'après des états de faits antérieurs – recensions, études, audiences publiques, entrevues-, consacrés au domaine des lettres, tout écrivain est dit marginalisé s'il est jugé sous le faux éclairage d'un schéma pré-établi ou d'après des normes socio-littéraires et politiques, difficiles à détrôner. À l'évidence, cette forme de perception quasi négative, non dépourvue de hargne et de préjugés obscurs, demeure toujours présente à l'esprit de l'offensé. Cet individu se retrouve, dès lors, astreint ( contraint ) soit à subir la censure du chaos et du silence d'un ghetto culturel aberrant, soit à ignorer l'attitude cynique de potentats médiatiques qui, sous couvert de bonne conscience, ne lui rendent pas justice avec équité, respect et intelligence dans leurs exposés, débats et commentaires de presse. Ces pratiques abusives de pseudo-analystes, étant le plus souvent entachées par des considérations d'authenticité, ou corsées d'intrigues complexes menées de front, il va sans dire que l'œuvre apparaît dénaturée aux yeux d'autrui. Pareil constat serait peut-être sujet à caution. Cependant, si la mémoire et l'intuition sont l'une et l'autre une part vivante de défini, de substance, d'inconnaissable dans l'acte créateur, en dépit du malaise ressenti le rôle primordial de l'écrivain est d'être au rendez-vous. En rend témoignage l'essai de Jenner Desroches qui devient pour tout lecteur une source novatrice de consultation et d'orientation vers d'autres aspects de l'interprétation critique.

Il ne s'agit pas ici de confronter des rumeurs de palabres aux cabales d'opinion, comme cela le fut en d'autres temps, d'où la valeur tangible des œuvres d'écrivains en exercice serait, d'une insidieuse main, masquée au regard de l'initié et du profane. Il s'agit plutôt, dans l'édition du deuxième volet des PROLÉGOMÈNES À UNE LITTÉRATURE EN DIASPORA, de faire entendre les voix et les accents riches et féconds de certains auteurs qui, au dire de Jenner Desroches, « sont demeurés pendant trop longtemps dans l'ombre. » D'une part, il faut l'admettre, les écrits de ces auteurs, pourtant remarquables, auraient été mal interprétés, non répertoriés, et, de ce fait, peu connus à cause des préoccupations critiques qui, à certaines époques, étaient fondées sur le choix de modèles dont les modes imposées et le cadrage d'une philosophie arbitraire éclipsent l'œuvre et le profil réel des écrivains, d'autre part, si l'existence de ces écrivains est ainsi diluée, c'est qu'elle aurait été tenue pour extérieure à la carte de la renommée et du mérite, en fonction d'une littérature diasporique trop élitiste qui avait favorisé les intérêts personnels de pseudo-critiques extrémistes ou de pseudo-créateurs de théories philosophiques.

En toute bonne foi, l'admirable essai soumis à la lecture et à la réflexion donne, à ce point de vue, comme critère, les intentions de l'auteur : celui-ci nous convie à la saisie des rêves, à l'introspection du fond des œuvres, à un partage des réalités appréhendées selon le processus de la création mise en actes. L'idée nous semble originale et, tout au long de l'ouvrage, la tâche de l'essayiste consistera à garder une même voie d'approche, essentiellement libre et personnelle. À partir d'une sérieuse documentation commentée, Jenner Desroches a mis ainsi à l'épreuve la sensibilité des langages véhiculés, le vécu familier de l'auteur, la langue d'écriture de chaque œuvre donnée. De la même manière, la cohérence des articles de l'essai laisse émerger l'insoupçonné douloureux, parfois exaltant du passé des auteurs, face aux mutations géographiques des auteurs écrivants et de l'ailleurs natal : un éden-enfer dont la figure protéiforme ne cesse de les hanter; face à la terre d'adoption complice d'expériences poétiques passionnantes, peintes et songées; face à des écritures oubliées que Jenner Desroches juge cependant pleines de richesse et de vitalité. C'est, en ce sens, que cet ouvrage s'adresse spécialement à tout lecteur intéressé d'aller à la rencontre émouvante de ces auteurs talentueux.

Comment l'essayiste a-t-il présenté cet état de faits troublants des produits littéraires, sous un tel jour? Pourquoi s'est-il écarté des tabula rasa des idéologies littéraires? Comment a-t-il évalué le fonds imaginaire des auteurs présentés? La réponse n'est pas facile même si chacun sait que Jenner Desroches se sent et se dit libre d'assumer, sans aucune aide extérieure, sa propre discipline et sa méthode de recherche. Loin de transposer la question dans un chassé-croisé de discours dépassés et stériles, ceci est notre avis, humour et surprise à l'œil, Jenner Desroches obéit de préférence à l'exigence de sa technique, tout en suivant l'itinéraire de sa pensée soucieuse de rigueur et de tenue critique.

À cet égard, est allouée à l'éloge qui lui revient de droit la plus merveilleuse ovation pour le travail réalisé. L'approche met en acte des études pertinentes qui dépassent les frontières étroites des analyses du littéraire traditionnel, sur lesquelles ont cheminé les détenteurs de palmes d'une littérature quasi sélective, trop longtemps mal advenu. Grâce aux ressources directes des œuvres, l'ensemble de l'étude a souligné l'influence agissante de l'imaginaire et de l'imaginé qui vont droit au cœur des choses rêvées et vécues. Cette tactique a ainsi déjoué les tabous et les énigmes des fables socio-politiques inventées par de cénacles autorisés qui, nous paraît-il, n'ont eu souci de remodeler, espace-temps obligé et logique requis, les anciennes grilles de lecture. De ce fait, la méthode d'approche utilisée s'avère signe d'un changement plus harmonieux que l'essayiste souhaiterait introduire au chapitre du littéraire critique. De plus, la concision naturelle qui affine le propos des articles de l'essai ne saurait surprendre, voire faire sourire quelque éternel compère Malice des légendes de l'hégémonie littéraire haitienne. En deçà d'un rappel constant à l'attention qui s'adapte au décryptage des donnés à voir, le savoir-faire de Jenner Desroches, né de la justesse d'un raisonnement méthodique qui concilie l'objet étudié à la mise en branle de l'imaginaire écrivant, sollicite et suscite notre intérêt.

En définitive, il nous faut retenir l'essentiel de la méthode d'approche, si bellement présentée. Nous estimons que, comme lieu de mémoire, elle a déjà accrédité toute résonance d'œuvres. La subtilité des traits d'ironie qui soutiennent une argumentation intelligente n'a pu qu'attiser cette curiosité intense, ce désir impérieux de s'adonner dorénavant à des pratiques agréables de lectures d'œuvres littéraires. Hommage soit rendu à la générosité de génial théoricien. Il nous a livré un précieux outil de référence et de splendide recherche, rédigé dans un a-propos clair et élégant, bien articulé. L'accès en est aisé et la texture de l'œuvre convoque à la tribune des rêves.

Qu'il nous soit permis de remercier avec grâce un spécialiste de la littérature critique. Dans le somptueux jardin de son ouvrage, d'où foisonnent, du premier tome au second, des fleurs et des fruits que l'imaginaire peut rêver, il nous est proposé avec bonheur d'autres formes d'évasion. Cette nouvelle aventure, chacun devrait la vivre, est une excellente épreuve de lecture libre et élargie dont l'enjeu constitue la vraie reconnaissance d'auteurs haitiens connus et inconnus des publics, d'ici à l'ailleurs. Comme manuel d'étude référentielle et objet de réflexion, l'essai de Jenner Desroches marque un avancement merveilleux vers la perspective d'un champ d'analyses critiques conscientes et ouvertes qui deviendront un instrument de connaissance profonde du monde haitien et de sa réalité.

Serait-ce, en l'occurrence, un cheminement nouveau? Certes; malgré sa venue ( son entrée ) tardive dans le domaine de l'expérience analytique, Jenner Desroches a fait un travail de découverte et d'innovation sur les accomplissements des écrivains connus et ignorés, dont ceux de la marge, en poésie, roman, nouvelle et critique. Il observe, il commente, puis il trace des pistes. Il blâme, il regarde, il corrige des erreurs, puis il exulte de joie devant la beauté de l'œuvre, tout en expérimentant sa démarche d'identification et de récréation intérieure. Ce faisant, il a ainsi rétabli l'équilibre du dialogue culturel et de l'interprétation en suggérant à tout lecteur attentionné cette possibilité de découvrir, à son tour, les multiples composantes d'œuvres magnifiques, plus ou moins connues ou non reconnues à leur juste valeur.

Saluons l'essayiste qui illustre la démarche poétique et l'engagement des auteurs haitiens. Saluons le mérite de l'homme, son labeur assidu, et la modernité d'une œuvre qui a contribué à redéfinir la place véritable de l'écrivain de profession dans la diaspora haitienne.


Le livre est disponible chez l'auteur dont voici les coordonnées :

Jenner Desroches (450) 689-6294 ou e-mail : jenner.desroches@sympatico.ca

Post Reply