Kòmantè sou Lèt Ife ak Soul

Post Reply
Michelange Hyppolite
Posts: 60
Joined: Mon Feb 12, 2007 8:41 pm

Kòmantè sou Lèt Ife ak Soul

Post by Michelange Hyppolite » Fri Sep 07, 2007 3:50 pm

Lettre Ife ak Soul, ou les méandres d'une histoire d'amour

Par Dr. Raymond Narcisse

Lèt Ife ak Soul, paru sous la plume de Michel-Ange Hyppolite, est une innovation du genre dans la littérature haitienne . L'échange d'idées au moyen de lettres entre deux amoureux n'a pas de précédent dans ce domaine.

L'auteur a choisi l'opportunité offerte par la correspondance entre deux amoureux pour visiter des domaines aussi variés que le sentimental, le social, et le psychologique.

Aussi comptons-nous nous promener à travers quelques unes de ces lettres afin d'y découvrir toutes les gammes de pensées développées tout au long de cette belle histoire d'amour.
Dès le début du livre le présent s'associe au passé pour nous faire vivre les entrelassements des branches devant aboutir à la formation d'un nid d'amour dont le parachèvement est une occupation continuelle. Alors qu'il confronte une double réalité, l'exil et la séparation, le couple revisite par l'imaginaire les sentiers et les lieux des premiers balbutiements de leur amour.

«Chemen mwen vle reflache nan imajinasyon ou aswè a, se chemen jaden Mòn Lopital, chemen Lamontay, kote tanto nou te kòtakòt, tanto nou te younn dèyè lòt pou nou dekouvri kadans lonbray anba repozwa lawouze kristal.» (p. 5 )

C'est sur chemin, au moment où les fleurs du printemps de jeunesse préparent les fruits de l'été de la vie, que fut découvert par le couple ce lieu en leur pays natal.

En cet endroit paradisiaque des Mornes de l'Hôpital à Port-au-Prince, où a commencé l'épanouissement de l'amour de Ifé et de Soul, on pouvait observer un gros galet marasa. Marasa, équivalent créole du mot français jumeau, une variante du processus de création.
«Se nan mitan anbyans sa a nou te dekouvri youn galèt marasa, kote karès nou te fè nich.» ( p. 5 )

Les reminiscences se succèdent pour aboutir à cette pluvieuse journée de mois de mai, où un au revoir sincère allait se transformer en un définif adieu.

«Se petèt sa ki fè lapli yenyen an t'ape swente anba kouvreli mwadme a. Se te fason pa Mòn Lopital pou li te lage dlo je li sou youn orevwa ki ta pral vire vitametènam.» ( p.5 )

Pendant que Ifé et Soul vivent en terre étrangère les boulversements écologiques de Morne L'Hôpital s'accentuent «Tout branch bwa lonbray nou yo dwe fin boule nan fè chabon , bati kay, fè mèb, epi tè a, manmèl lavi ap deboule nan dlo. Se domaj !
M'ale
Kè-m sere
M'ap panse.» ( p. 6 )


Du nid délaissé à celui en construction , l'amour du couple va s'affirmer par la naissance des Marasa ( jumelles ). Cet événement , apparemment complexe pour les non initiés, heureux dans son dénouement, s'est déroulé, en l'absence du père. Il a suscité chez Ifé des réflexions profondes sur les frontières actuelles de la science, sur le mystère de la vie, et sur le rôle de la femme dans le processus de création.

Dans cette atmosphère d'enthousiasme effréné et de méditation profonde, Ifé prend conscience du poids qui pèse sur les épaules de Soul et lui demande de s'armer de courage. .

Se chay sa a Soul m'ap mande ou pou ou sipòte avèk kouray pandan absans mwen an ( p. 12 )
Ifé fait comprendre à Soul que sa patience ne sera pas vaine, ni son effort sans récompense.
Wout la lonng se vre. Men youn jou nou va tande pasyans nou ki ap tire lobe lakontantman sou tout longè vout Laginode. ( p. 12 )

La distance qui sépare deux amoureux, quand elle est imposée par les circonstances, devient parfois un trait de rapprochement. Dans ces moments insupportables de séparation d'un couple, les rêves précèdent la réalité. La réalité peut se révéler plus grandiose que les rêves quand elle repose sur le sol fertile de l'harmoinie, des souvenirs continuellement revisités, des premiers baisers, de la bravade inévitable des aléas climatiques et sociaux du pays d'adoption.
Mwen sonje jou sa a tankou se jodi a. Ou te ban mwen youn bèl bo ak tout kè ou. Ou kwè ap janm gen youn bo ki va ranplase bo sa a ? … Nan epòk bèl mèvèy ki ap defile nan tèt mwen pandan mwen ap pale ak ou la a, lanèj se te youn reyalite klimatik ki te ap boujonnen nan tèt nou … anndan fèy liv ki te ekri nan lanng etranje. ( p. 35 )

Néanmoins, il y a des contraintes imposées par les circonstances que l'amour, malgré son pouvoir d'harmonisation et de résistance, arrive difficilement à supporter.

Soul rappelle à Ifé qu'elle supporte depuis longtemps le poids de la distance qui les sépare . Elle promet de tenir bon.

Tankou ou konnen li, mwen gen lontan mwen ap trimen anba kwa distans ki separe nou an, se pa jodi a mwen ta kite-l tonbe. ( p. 12 )

Elle rassure à Ifé sa conviction d'attendre, forte des promesses antérieures. Cependant, elle le met en garde.

Sèlman Ife ! Nou pa ta renmen pran nan okenn kou siprann. Mwen swete ou kontinye mache ak larezon. ( p. 17 )

Soul termine sa lettre en rappelant à Ifé sa responsablité.
Mwen konte sou ou , timounn yo konte sou ou. ( p. 18 )
Nous t'attendons impatiemment.
Cette lettre de Soul a apporté du combustible à la flamme amoureuse de Ifé.
Mwen kontan anpil ou manbre rezistans ou pou ou tann mwen. ( p. 23 )

Cette flamme amoureuse revivifiée a éclairé sa conscience. Il a pu reconnaître les pièges à éviter et accepter les sacrifices à consentir.
Si nou gen malè kite tout kalite bèbél simen poud cham sou wout nou, se sanzatann nanm nou va teri nan bak tout kalite mezon finans epi nou va sezi wè rèv nou nan plann. ( p. 23 )

Il n'y a pas seulement la tentation de céder aux facilités d'acquisition trompeuses offertes par les exploitants financiers qui peuvent nous conduire vers le grouffre. Il y a aussi, Ifé va le souligner, les élans passionnels et l'appétit charnel.

Si kondisyon pasyonèl ak kontrent chanel fòse nou tounen madanm ak mouche ak distans, nou dwe aksepte konsekans kalite vivasyon sa a ak pye nou plante dyanm , pou nou pa kapote nan glisad limon Kanada Nouyòk ( p. 23)

Conscient des pièges tendues par cette société nord américaine , l'harmonie du couple , même à distance , devient impérative .. L'atteinte de cette harmonie, indispensable au couple, doit selon Ifé résulter d'une démarche intérieure.

Pi bèl amoni an se amoni ou kreye anndan pwòp tèt ou pandan ou ap analize tout aksyon ou ansanm ak tout kalite pawòl ki abitye sòti nan bouch ou. ( p. 27 )

La vie amoureuse invite parfois, quand la raison l'emporte sur la passion, à l'analyse, à l'inventaire. De cette remise en question, souvent salutaire, peut surgir une longue plainte qui défie les distances. Soul l'a faite avec aisance.

Jodi a mwen vle bay chagren mwen lèz kò li. ( p. 27 )

Le bilan fait par elle se termine sur une note interrogative
Ou kwè
Ap janm gen bra
Pou lonnen katafal toumant
Zèl distans ou
Trennen
Nan siyay lanmou-n ? ( p. 32 )

Dans les moments de tourments que traverse un couple, rien n'est plus réconfortant, parfois, qu'un retour en arrière pour évaluer le chemin déjà parcouru, revisiter les jalons déjà posés. On peut sortir de cet exercice découragé ou ragaillardi. En fait Ifé en est sorti le cœur rempli d'une gaité manifeste.
Soul o ! o ! mwen renmen ou
Tankou rèv andòmi Lag randans
Ki ap veye lanjelis diswa
Pou l'al benyen
Nan dlo sous Latibonit ( p. 39 )

La mémoire en éveil, Ifé rappelle alors à Soul des souvenirs enfuis depuis des années. Il se souvient de ces vendredis de rire fou
Mwen toujou sonje jou vendredi swa ak gwo kout ekla ri nou yo. (
p. 43 )
Wi Soul, vendredi swa, tout plezi a sèke nou te pou kont nou. Nou te rete chita arebò tab la, se vre, men nou te gen chans reviv bèl sezon adolesans nou yo. ( p. 44 )
La communion des deux êtres était alors parfaite. Toutes les précautions étaient prises pour protéger leur intimité. Entendons Ifé le rappeler à Soul et lui confesser son désir :
Nou pran tout prekosyon nou kapab
Pou nou jwi moman an san kè sote
Ala bèl sa ta bèl si chak jou te vandredi ( p. 44 )

Cependant, ce retour dans le passé aussi stimulant qu'il puisse paraître, ne saurait tout régler. Il y a les surprises de la vie en mouvement. Des événements innatendus peuvent ébranler nos assurances, déséquilibrer notre aplomb. La perte de sa mère Fémi et son père Noune sont des événements qui déstabilisent Ifé.
Alaverite depi manman mwen Femi ak papa mwen Noune fin tobout nan peyi san chapo, mwen santi mwen depareye. Kòd lonbrit mwen disparèt. Kòmkidire mwen poukont mwen nan lavi, kwake ou toujou la avèk mwen Soul, sansasyon lawouli a pa lage mwen youn segonn. ( p. 51 )

La vie est une locomotive en marche. Son arrêt signe la mort. Devant cette fin inévitable Ifé pose une question philosophique : Qu'advient-il après la mort ? « Eske gen youn lòt vi apre lavi ? ( p. 51 )
Mais Soul n'a pas répondu à la question. C'est, selon Ifé, la façon habituelle de Soul de dissimuler son émotion. Malgré tout, toujours selon Ifé, il faut continuer à faire face à la réalité de la vie, ainsi qu'à nos responsabilités. Il faut transmettre à nos descendants, à partir de nos propres expériences, les outils leur permettant de faire face au contraintes de l'existence. Conscient aussi des lourdes responsabilité de Soul, Ifé l'invite à la détente afin qu'elle puisse se débarasser de ses soucis.
«Pa kite tiledjè tenyen gangans kè ou ak chalè djougans yo. Pa kite ensousyans lajenès neye lespri ou nan toumant. Pa kite timounn laj larezon teke nè ou… Abiye ou. Soti. Mache. Mache jouk tan kò ou di ou non. Se nan sekans pwomnad la lespri ou pral chavire kazak soufrans ou yo tètanba pou ou rekòmanse ri, mezi ri ki nan kò ou. ( p. 60 ) Ifé est conscient des difficultés de la concrétisation de la proposition faite à Soul de se prendre en main, et lui propose d'aborder la vie par séquences. Car Soul traverse une mauvaise passe ; ce qui, selon Ifé peut arriver à n'importe qui. La mort seule peut mettre un frein à nos rêves . Tant que la vie persiste, nous ne devons pas perdre espoir de voir nos rêves devenir réalité. Ifé invite Soul à garder espoir.
« Ale Soul, souke kò ou, lavi mache ak sekans. Si ou tonbe fòk ou leve. ( p. 60 )
Sur le chemin de la vie, il faut s'attendre à des impasses. Pou y faire face, il faut s'armer de courage. Il faut aussi parfois quelqu'un pour dissiper nos craintes. Cette rassurance, Ifé invite Soul à la retrouver :
Kenbe fèm Soul
Kenbe pa lage
Lavi gen sekans
( p. 60 )

Ifé, rêveur, ne rate jamais l'occasion de voyager dans l'infinité des pailletés d'étoiles où il a posé des jalons sur la route de l'amour : Tajmahall, Lexington, Seacaucus etc. Ces lieux l'interpellent. C'est en les évoquant qu'il a trouvé les motifs pour reprocher à Soul son inquiétude ; fruit selon lui, de l'imaginaire de cette dernière.
Ifé vient confirmer à Soul leur attachement indissoluble :
Pa fouti gen plezi si ou pa mete-m sou zèl ou osnon san mwen pa mete ou sou zèl mwen. Se tankou pwovèb zanmi mwen an te di-m lan : « Lorsqu'on a goûté à l'eau du Nil, on ne peut plus étancher sa soif ailleurs. » ( p. 73 )
Plus que la source où Ifé vient étancher sa soif, Soul devient le guide. Elle va , non seulement le revigorer, mais le guider sur les chemins scabreux de la vie avec la flamme de son cœur. Ifé en est conscient
Soul
Mwen pa konn
Si ou remake sa
Ou aktive-m
Sansan manyen
Ou gide-m
San bousòl
Ou ban-m zèl
Sanzatann
( p. 85 )

Ainsi, ils ont voyagé ensemble à travers le monde merveilleux des rêves ; voyages qui ne peuvent être interrompus que par la mort.

Soul, ou dwe toujou sonje nou nan youn vwayaj san bout. Sèl bout li, si nou vle ba li younn, se bouch twou nou. ( P. 87 )
La présence de Soul dans l'esprit d'Ifé devient de plus en plus envahissante. La séparation imposée par les circonstances de la vie, devient difficile à supporter. La fin des rencontres momentanées devient insupportable pour les deux :
«Si ou remake li byen chak fwa nou rankontre se avèk difikilte pou nou separe. Mwen pa anvi ou ale, ou pa anvi lage-m. » ( p. 94 ) Pour Ifé, Soul est sa femme de chance. Fanm, kouray – fanm zantray. ( p. 95 ) Malgré les faux-pas, ils sont appelés à poursuivre ensemble le chemin de la vie. Soul semble se rendre à cette évidence.
Ifé et Soul sont des humains. Ils sont vulnérables. Toutes les portes ne sont pas fermées aux questionnements. Ces questionnements soulèvent des incertitudes. Soul est parfois envahie par le doute ; ce qui explique les réticences et les récriminations d'Ifé.
Poutan
Amezi mwen louvri pòt ak fenèt
Pou ou rantre
Tankou reyon adolesans
Nan basen afeksyon mwen
Se amezi mwen santi
Ou ap kadnase
Klete
Leve lantouray ( p. 97 )

Face à la réticence de Soul, Ifé se montre stoique. Il prend conscience de la fragilité humaine.
Elas Soul an mwen, noumenm kretyenvivan si tan frajil. Youn latoudlin se kont pou nou pa janm retounen noumenm ankò. ( p. 97 )

Au milieu des critiques d'Ifé, des hésitations de Soul, au moment où nous nous y attendions le moins, comme un grain mis en terre que le printemps vient raviver, l'amour de cette dernière s'affirme comme le produit d'une heureuse gestation. Dans un cri qui semble venir du cœur, nous entendons Soul dire à Ifé :« Mwen fenk kare renmen ou Ife, paske youn lanmou ki vanyan tout bon pa janm blayi kadav li devan okenn tèt chaje. ( p. 100)

Pour Soul la distance qui la sépare d'Ifé les tourments de l'existence, les problèmes de famille sont autant d'éléments qui composent le terroir sur lequel doit évoluer leur amour. L'un et l'autre ne ratent l'occasion de souligner le dilemme que pose cette séparation. Pour Ifé la télépathie va dans cette situation jouer un rôle important.
. Ou kab pa konprann sa. Ou kab pa kwè nan pisans telepati, men se tanzantan ou voye flanm vibrasyon lespri-w nan laviwonn mwen. ( p. 102 )
Cependant, la télépathie ne rend pas cette séparation plus supportable. Ifé exhorte Soul à la patience. Leur tourment doit prendre fin un jour.
La méfiance de Soul ne se dissipe pas. Ifé s'en aperçoit. Il rappelle à Soul une phrase qu'elle aime beaucoup employer en parlant des Haitiens. «Gason ayisyen se lage chat mare yo. » ( p. 106 ) Ils ne peuvent pas voir la pointe d'un jupon sans se manifester.
Voilà pour Ifé l'occasion d'expliquer à Soul la différence entre le plaisir de la chair et le sentiment amoureux.
Le plaisir de l'amour touche les deux sexes. Ifé l'explique à Soul :
« Kalite sansasyon sa yo inivèsèl epi natirèl. Yo soti nan fonksyonnman nè nou yo ak òmòn nou yo.» ( p. 106 ) Ifé blâme en passant la société qui est prête à tolérer le comportement des hommes, quand ces derniers laissent libre cours à leurs impulsions neuro-hormonales, alors qu'elle juge sévèrement les femmes qui en font de même.

La fidélité au plan conjugal, imposée par la société, fait partie d'une conviction. Traditionnellement les hommes imposent les conventions. Ils le font à leur avantage.

De plus, chaque groupe d'hommes écrit l'histoire à sa manière, en passant sous silence les faits compromettants aux yeux des ses concitoyens et parfois du monde.

La société, au stade où nous sommes, est dominée par les hommes. Les contraintes sur le plan des relations entre les deux sexes sont imposées aux femmes. Il en serait autrement si ces dernières avaient la haute main.
Si se te fanm yo ki te an kontwòl sosyete aktyèl la, se mesye yo ki ta oblije ap reprime anvi ki ap grandi anndan yo arebò limit maryaj oubyen plasay la. ( p. 107 )
Le poids des religions pèse fort dans le comportement de la société vis-à-vis de la femme. Dans les sociétés judéo-chrétiennes un homme ne peut avoir qu'une femme. Dans les sociétés musulmanes un homme peut avoir plusieurs femmes à condition de pouvoir prendre soin d'elles de la même manière.

Ifé n'a pas manqué de signaler les progrès réalisés par les femmes depuis quelques temps. Au fur et à mesure que les années passent, le pouvoir des femmes s'affirme. Il semble s'en rejouir..
«Plis ane yo ap pase, se plis fanm yo ap pran galon pouvwa sou tout teren sosyal yo.»
( p. 107 )
Dans toutes les sociétés, il y a des mystères qui entourent certaines relations amoureuses. La société haitienne n'en fait pas exception. Chez nous il ya des relations amoureuses qui doivent rester secrètes. Elles seront suspectées par l'entourage, jamais étalées au grand jour par les protagonistes.

Dans les sociétés dites civilisées, l'homme et la femme, freinés par des contraintes sociales, ne peuvent donner suite à toutes les tentations. Daprè reyaksyon natirèl mwen sot esplike ou pi wo a, ni fanm ni gason gen dwa aji menm jan… men sosyete a gen regleman pa li, kote se tèt ki ta dwe kontwole kò. ( p. 109 ) c'est là une conclusion moraliste d'Ifé à Soul.

Conclusion

Nous avons appris, en parcourant ce livre, qu'habité par l'être aimé, notre esprit devient émetteur de télépathies, manufacture de prémonitions. Lorsque les deux fonctionnent à plein rendement, sous l'effet de la séparation, ils nous enlèvent le sommeil, et altèrent nos raisonnements. Dans cette tourmente amoureuse le couple fait appel à la patience, implore la délivrance.

Délivré des contraintes de la séparation, le couple se retrouve dans un nouveau nid en terre étrangère. Comme un bâtiment de navigation revenu au port d'attache, Ifé l'amoureux a définitivement jetté l'ancre. Au nouveau nid à parfaire, l'horizon est moins vaste, mais surtout moins monotone.

Dans son monde imaginaire, Ifé, l'amoureux devient créateur. Il nous invite dans son jardin poétique. A l'ombre de la pudeur, avec des nuances sibyllines, il nous a confessé son amour pour Soul. Il nous a montré comment cet amour a su louvoyer à travers les pièges tendus par l'exil et la séparation.

Tout au long des pages de Lèt Ifé ak Soul, le lecteur a suivi les deux amoureux, partagé leurs joies, écouté leurs plaintes, vécu leurs inquiétudes. Il sort de cette lecture, épris de la richesse du créole haitien, soulevé par les ressorts poétiques et philosophiques de l'auteur. En fermant le livre, le lecteur peut applaudir aux éloges faits à la femme et se sentir envahi par un désir insatiable d'aimer.

Dr Raymond Narcisse, Gatineau, Québec
Membre de La Société Les Samedis Littéraires

Post Reply