Quinze jours après... un témoignage

Post Reply
User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1289
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Quinze jours après... un témoignage

Post by Guysanto » Mon Feb 01, 2010 1:54 am

From Dadou Jn Bart

[quote]Nous devrions faire un petit effort pour etre plus pret de la quotidiennete des gens, en beaucoup parler pour sensibiliser les gens car ceux qui du monde entier volent a notre secours, sont impayables mais c'est nous haitiens, seuls, bien penetres de la realite du terrain qui peuvent sentir l'enormite de la souffrance de tous les Haitiens, sans exception de classe; a part ceux la qui avaient une petite economie, et ils sont tres minimes, nous tous qui vivions au jour le jour nous retombons au niveau "moins infini" ayant tout perdu: maison, business et sans capital pour recommencer car la tragedie s'est produite sur un fonds de misere inouie.

Des 1-2 heures de l'apres mdi, Il faut laisser la rue car c'est la sur la chaussee que tout le monde range un "tan'n a terre" en prevision de la nuit avec maringouin, moustiques, vent glacial, serein la pluie et surtout la faim; l'aide alimentaire etait visible au debut surtout avec les Dominicains qui le distribuaient quasiment en porte a porte eux-memes; mais depuis si vous n'avez pas de cash, venu aileurs de parents, vous mourriez de faim. Certes j'ai vu ce que l'on donne comme ration; c'est plus qu'une purge car ces rations n'ont rien a voir avec notre culture alimentaire et "ayisien pa ka manje'l".

C'est tres grave et tres douloureux ce que nous vivons; je ne crois pas que Dieu avait cree l'haitien pour qu'Il souffre autant d'autant que physiquement chaque fois que nous sommes dans l'obligation d'aller "dans Port au Prince" le choc est insupportable; bouts de jambes sous les decombres, cadavres suspendus en decoration macabre: c'est affreux.

Il ne faut blamer personne; a la rigueur tous ceux qui ont vecu ici depuis 550 ans et qui ont prepare naivement cette hecatombe.

Et dire que l'on recommence deja a reconstruire, ici et la, a rapiecer, a coup de ciment et sable des maisons fissurees sans que la Police, la Mairie, suivant les annonces du gouvernement ne ferment ces chantiers.

15 jours apres la tragedie, la vie devient un cauchemar. C'est vrai qu'il s'agit d'autre temps mais en 1954; j'avais vecu le tremblement de terre qui detruisit Anse a Veau; j'ai aussi connu le cyclone Hazel la meme annee, puis Cleo, en 1964 et Flora, en 1963. L'aide, par le biais de l'Eveche des Cayes, arrivait en abondance dans chaque famille et surtout elle consistait en nourriture mangeable: riz, farine sucre, pois second, hareng, ble, sucre; c'est a l'occasion d'ailleurs que je decouvris le lait sinistre ou "lait en poudre" qu'enfant nous redoutions a cause de la diarrhee qu'Il provoquait.

De gros efforts ont ete faits en matiere medicale, meme si tout a demarre tres tard entrainant des morts inadmissibles pour des pecadilles, entrainant des amputations a cause des infections deja installees ne laissant d'autre alternative aux medecins apres plusieurs jours d'attente sans soins; inadmissimibles si nous avions un pays organise avec des brigades de protection civile et des hopitaux ayant le minimum de reserve d'urgence avec chaque citoyen imbus de ce qu'Il a a faire sitot un desastre.

Nous avons perdu beaucoup de morts; on n'en connaitra jamais le nombre mais travaillons a redonner espoir, ou comme disent les hispanisants "animo" a aux survivants.

Les plus efficaces secouristes ont ete les Haitiens eux-memes, qui sous la catastrophe, ont risque leur vie sous les decombres pour tirer des amis, des inconnus, de la fureur des decombres "malheur pendier " .

....

Dadou[/quote]

Post Reply