Editorial de Jean Dominique - Mars 2000

Post Reply
User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1289
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Editorial de Jean Dominique - Mars 2000

Post by Guysanto » Mon Aug 13, 2007 10:34 pm

Jean Dominique / edito 27 mars 2000
Le processus electoral

[quote]Le processus electoral, dans la conception même d'élections libres, transparentes, democratiques, honnetes, devrait être confie a des observateurs impartiaux pour observation. Or, Leopold Berlanger, Coordonnateur du Conseil national d'Observateurs (CNO), fait partie d'une coalition, a travers Vision 2000, resolument engagee dans le dechoucage de Lavalas. Premier Point.

Deuxieme Point. Le Senateur Wesner Emmanuel, a ce micro et publiquement, prenant ses responsabilites de senateur en fonction, avait designe le sieur Leopold Berlanger comme ayant lors des élections du 16 decembre 1990, tente, sans titre ni qualite, au bureau du CEP a Port-au-Prince, de convaincre un employe d'informatique, de changer les resultats des senatoriales pour l'Ouest. Le Senateur Wesner Emmanuel avait bien precise qu'il avait enregistre la conversation entre cet employe et Berlanger. Et lorsque cet employe avait dit au senateur Wesner Emmanuel: les resultats des senatoriales ne sont pas ceux qui ont été annonces par le president du Bureau electoral departemental, le senateur Wesner Emmanuel lui avait repondu: j'ai l'enregistrement de votre conversation avec Berlanger, je vais a la radio et je rends publique cette magouille. L'employe avait a ce moment-la retraite et lui avait dit: les resultats sont corrects.

Voilà donc un individu, qui d'une part fait partie d'une coalition qui depuis 5 ans, violemment anti lavalas avec Vision 2000, qui se propulse a la tete d'un Comite national d'observation et qui personnellement a tente lors des élections de 1990 de manipuler des resultats, et c'est a cet individu que le president Leon Manus confie le soin (et je cite) de recevoir toutes les informations et tous les documents relatifs au processus electoral, achemines sans delai: premier point.

Deuxieme point, d'avoir le monopole des observateurs electoraux: tous les observateurs nationaux acredites par le CEP pour l'observation des élections devront être recommandes par le CNO. Monopole totale. C'est le deuxieme point.

Le troisieme point, qui est encore plus grave, en cas de non disponibilite d'un original ou d'un duplicata, l'observateur delegue du CNO pourra dresser un proces verbal du depouillement ou du decompte des voix tel qu'observe. Ce proces verbal dont les chiffres seront également ecrits en toute lettre, sera signe par les membres du Bureau Electoral concerne et l'observateur concerne du CNO. Voilà donc Leopold Berlanger, investi d'un pouvoir de dresser proces verbal des resultats du vote.

Or la loi electorale est formelle. Dans son article 158: le proces verbal de depouillement est dresse puis signe par les membres du bureau de vote et le cas echeant par les representants des partis, groupements, regroupements politiques reconnus, des cartels ou de candidats. Le proces verbal est prepare en au moins 6 originaux dument signes. Si un representant de parti, groupement ou regroupement de partis politiques reconnus, de cartels ou de candidats refuse de signer le proces de verbal, mention sera faite des motifs invoques ou allegues pour refus de signer et ces contestations sont sans valeur immediate, sauf recours ulterieur. Le refus de signer un proces verbal par les representants n'affecte en rien la validite des operations electorales.

Le mot observateur n'est jamais porte dans l'article 158. Jamais.

Article 159 : un original du proces verbal de depouillement est affiche a la porte du bureau de vote par le president du bureau de vote et les autres originaux sont repartis comme suit: un au BEC, deux au BED qui en transmet un au CEP, les deux autres aux deux representants des candidats qui ont obtenu le plus grand nombre de voix.

Aucune mention dans la loi electorale d'un original d'un proces verbal ou une copie a remettre a un observateur nomme par Berlanger. Aucune mention. La question que l'on pose pour le moment, avant analyse de ce texte, incroyable, est la suivante: le president Leon Manus, president du Conseil Electoral Provisoire, a-t-il titre et qualite pour signer un accord contredisant le texte et l'esprit de la loi electorale?

Nous avons signale tout au cours du processus electoral, avec la ferveur que l'on nous connaît, la suspicion legitime qui pese sur ce processus avec les revelations successives angoissantes sur le orle de l'IFES au sein du conseil electoral Provisoire, finance et manipule directement par l'USAID. Voilà que cette suspicion legitime sur le CEP s'epaissit d'un accord incroyable avec le CNO. La question que l'on pose est la suivante: le president Manus a-t-il signe ce texte capital qui remet a Leopold Berlanger la possibilite d'agir sur le vote de l'electorat ? Le president Manus a-t-il signe ce texte capital en accord avec les 8 autres membres du CEP? Je sais déjà qu'un des membres du CEP n'était pas au courant. Et les autres?

Deuxiemement, Berlanger, qui est coordonnateur general du Conseil national des observateurs electoraux, a-t-il lui aussi consulte ce conseil national, pour signer, negocier et signer ce texte?

Troisiement, il est ecrit dans ce protocole d'accord que tous ces documents doivent être achemines a l'executif. Ce protocole d'accord, a-t-il été achemine a l'Executif? La question est posee directement au president de la Republique.

[/quote]

Post Reply