Le Président Paul Eugène Magloire ( 1950-1956 )

Post Reply
Lemane Vaillant

Le Président Paul Eugène Magloire ( 1950-1956 )

Post by Lemane Vaillant » Tue Dec 07, 2004 6:20 am

Le côté intrinsèque de Paul Eugène Magloire nous a été décrit , nous de la Rhéto de l'Institut Georges Marc ( 1971-1972 ) par notre Directeur défunt Georges Marc lui-même qui fut camarade de classe de Paul Magloire .

Très brillant à l'école dans les sciences comme dans les lettres ! Un élément d'élite ! Ce que nous dit de Paul Magloire , son condisciple Georges Marc ..

Moi, quand j'étais au Cap-Haitien , je connaissais la principale maison capoise où habitait Paul Magloire ( entre 1959 et 1969 ) . Des ainés capois assurèrent les petits que nous étions de la véracité de la légende selon laquelle Paul Magloire fut si " Gros Gason " qu'il eut le pouvoir magique d'ubiquité de venir passer ses week-ends dans sa maison au Cap-Haitien et de repartir en s'envolant dans les airs ( sans avion , ni Hélico, ni fusée spatiale .. ) ..

Quand on était enfant , on fais
ait confiance jadis à ce que disaient nos Ainés ..

De même , à Port-au-Prince , on m'avait assuré , enfant , que le Dr François Duvalier au Palais National , avait le don et le pouvoir de deviner la pensée d'un opposant à lui qui passerait près du Palais et se mettrait par imprudence à penser en Mal du Président A Vie ..

Une mauvaise blague , n'est-ce-pas ?

Back à Paul E Magloire , je ne suis pas contre son ascension personnelle . Je suis du Cap-Haitien, et lui Magloire , de Quartier-Morin ( la commune natale de notre camarade-Ingénieur Louis Honoré Pierre , Nono , n'est-ce-pas Michel-Ange Hyppolite ? ) .

Le papa de Paul Magloire fut Général de la Garde d'Haiti .. Il a fait honneur à son père . C'est bien !

Il y a seulement que je n'aime pas le côté manoeuvrier politique du Militaire en fonction Paul Magloire dans l'histoire d'Haiti .

En fait , Paul E Magloire est un dérangeur d'une bonne partie de l'Histoire d'Haiti ..

Avec l'Occupation Américai
ne de 1915 , nous commençâmes à avoir nos premiers Gouvernements Civils élus au second degré : Sudre Dartiguenave , Louis Borno, Eugène Roy, Sténio Vincent et Élie Lescot , successivement ou alternativement ..

Magloire manoeuvra pour encourager le Mouvement de 1946 qui renversa le Président Civil Mulâtre Élie Lescot , puis poussa au pouvoir de doublure le Noiriste de Vérettes Dumarsais Estimé.. Estimé fut méprisé au début par les Mulâtres de Port-au-Prince ..

Il est arrivé alors ceci : Avant la fin de son mandat , Magloire poussa en exil le Président Estimé qui convoitait une réélection .. Magloire fit alors voter la Constitution de 1950 et alla seul candidat à des élections au premier degré , sans concurrent . Il gagna ainsi son mandat de 6 ans ( 1950-1956 ) .

Comme plus tard Le Général Chilien Augusto Pinochet ( ou comme le Général Henry Namphy sous Leslie Manigat ) , Magloire voulut redevenir Chef-Commandant de l'Armée après son mandat de Président ... de la Maison Blanche à
la Maison Jaune ... en attendant d'y retourner .. once more ... Zombi Ki Gouté Sel , Pa mandé Rété ....

Le Général Léon Cantave eut le cran de s'opposer à son supérieur Magloire .. Magloire dut partir pour l'exil , ainsi ..

Après les mandats du Mulâtre Élie Lescot et du Noiriste Dumarsais Estimé , Magloire fit un équilibre plus penché vers les mulâtresses et mulâtres conséquemment ..

Oyez le témoignage de Michaëlle Roy dans les Chemins de la Mémoire de CIDIHCA , sur Magloire et sa classe ..!

Paul Magloire n'est pas et n'a pu être Nelson Mandela avant celui-ci .. Socialement et idéologiquement , c'est ce qui nous valut grossièrement la montée du Dr François Duvalier ( prévenu contre les militaires et les mulâtres haitiens ) ..

Si vous vous voulez : historiquement ou mathématiquement , Magloire a engendré Duvalier .

Dommage si on n'arrive pas à bien comprendre cela ..

Duvalier dut s'appuyer socialement et économiquement sur des étrangers en Haiti
( qu'il choya ) , et politiquement / tactiquement , sur les masses haitiennes , pour faire face aux Mulâtres alliés aux Officiers de l'Armée d'Haiti ..

Bien entendu, ceci - l'approche du Dr François Duvalier - ne pouvait pas garantir l'Unité de toute la famille Haitienne .

Historiquement et donc objectivement , je vois mal comment on peut condamner le Dr François Duvalier , tout en réclamant l'absolution pour Paul E Magloire ( un dérangeur de mandats civils ) .

Lemane Vaillant

Toronto, le 7 Décembre 2004


Note de l'éditeur:[list][*]Ce profil présenté par Mr. Lemane Vaillant est tiré de
http://www.haiti-reference.com/histoire ... loire.html [/*:m][/list]
[quote]Magloire Paul Eugène
Président d'Haiti
10 Décembre 1950 - 6 Décembre 1956

Paul Eugène Magloire, 30ème présiden
t d'Haiti et 33ème chef d'état (les gouvernements militaires éphémères on été exclus du comptage) naquit le 19 Juillet 1907 à Quartier-Morin, commune du Cap-Haitien, dans le Département du Nord. Fils du général Eugène Magloire et de son épouse née Philomène Matthieu, le jeune Paul fit ses études secondaires classiques au Lycée Philippe Guerrier du Cap-Haitien. Après une brève carrière dans l'enseignement, il s'enrola en 1930 à l'Académie Militaire de Port-au-Prince, Il en sortit un an plus tard et reçut sa première commission comme sous-lieutenant. Il sera promu lieutenant en 1933.

En 1935, il se retrouva au Cap-Haitien comme sous-commandant de ce district militaire, position qu'il maintint jusqu'en 1938 quand il fut promu au grade de capitaine et au poste de commandant de ce même district. L'année suivant, il reçut un diplome de l'Ecole de Droit de Port-au-Prince.

En 1941, il fut transféré à Port-au-Prince au poste de commandant du Pénitencier National (aussi appelé Grand Prison), e
t en 1944, devint le chef de la police de Port-au-Prince. La même année, il fut promu Major et nommé commandant des forces militaires du département de l'Ouest.

A Port-au-Prince, il se frotta avec l'élite haitienne, se familiarisa avec le mécanisme de l'engrenage politique et arriva même à maitriser les rouages. Deux occasions lui auraient été donc presentées pour mettre à profit son son apprentissage et son expérience politiques.

La première se présenta aux premiers jours de Janvier 1946, quand la population se souleva contre le président Elie Lescot, il entra en scène, et appuyé par un petit groupe d'officiers, finit par convaincre le président en difficulté d'abandonner le pouvoir aux mains d'une junte de trois membres dont lui-même (les deux autres étant le colonel Frank Lavaud et Antoine Levelt). Au sein de ce gouvernement provisoire, il occupa la fonction de ministre de la Sécurite et de la Défense Nationale. Il occupa la même fonction quand le même triumvirat refit son apparitio
n en 1950, à la suite du coup d'état contre Estimé.

Si, en 1946, Lavaud fut le personnage dominant de la junte, en 1950, cette dernière se retrouva entièrement au service du colonel dont les actions, depuis 1946, ne visait que l'accession à la présidence. Ainsi, quelques mois après le coup d'état et dans le but de se faire élire aux élections devant lieu le 8 Octobre 1959, Magloire démissiona de la junte et se déclara candidat à la présidence. Seul candidat d'importance, le "colonel qui a une histoire, beaucoup d"ambitions et pas de parti" (Constitutions et luttes de pouvoir tome 2, p. 308), et qui se trouve appuyé par l'armée et l'élite mulatre écartée des affaires de l'état à la suite des événements de 46, devint une force incontournable qui triompha facilement de son opposant, un architecte d'obédience estimiste nommé Fénélon Alphonse, devenant ainsi le premier président haitien élu au suffrage universel.

Après trois jours de festivités, le colonel reçut l'écharpe présidentielle
le 10 Décembre 1950, armé d'une constitution fraichement adoptée (voir: 28 Novembre), et résolu d'ouvrir les portes du gouvernement aux classes négligees après 1946. Certains se plaisent à dire que Haiti connut sa période de gloire et son âge d'or pendant son mandat, période également qualifiée de "kermesse". Il faut donc admettre que, à coté de sa politique de conciliation des classes, le président Paul Eugène Magloire se démena pour doter le pays d'une certaine infrastructure. La stabilité politique qui marqua au moins les premières années de son régime, la modernisation du pays qui attirèrent des contingents de touristes et bon nombre de capitaux étrangers stimulèrent l'economie. C'est dans ce contexte de boom et dans une atmosphère de pompe et de faste qu'il célébra les cent-cinquante ans (le tricenquantenaire) de l'Indépendance en Janvier 1954.

Magloire prêta aussi une certaine attention aux classes défavorisees en construisant dans les quartiers populaires des cantines et autres oeuvre
s à caractère social. Il n'a pas pu cependant realiser tous ses projets. Par exemple, il n'a pas pu finaliser la construction du barrage de Péligre qui, de son bassin de 69 mètres de haut et 328 de largeur, devrait irriguer toute la plaine de l'Artibonite et faire fonctionner une centrale electrique.

Sur le front politique, Magloire gouverna d'une main ferme en acceptant très peu de dissidences. Par exemple, il musela ses opposants, et dans certains cas les persécuta ou les emprisonna. François Duvalier lui-même, dut, à plusieurs reprises, se mettre à couvert, et Fignolé, le populiste leader des années 50, fut emprisonné. Sa manière de court-circuiter ses opposants, les syndicalistes et les protestateurs lui valu le titre de "canson fè" (pantalon de fer). Mais la repression n'atteignit ni l'ampleur ni l'aveuglement de celle instaurée par le régime de 1957.

Quand, en Décembre 1956, Magloire accepta, à contre-coeur, de démissioner sous la poussée de revendications populaires et par suite
du manque de support de quelques-uns de ses frères d'armes, le pays fut plongé dans une crise qui persista au-dela des gouvernements provisoires qui s'ensuivirent et de l'élection de 1957. A son départ d'Haiti, il demeura quelque temps à la Jamaique avant de se rendre aux Etats-Unis ou il résiderait jusqu'en 1986..

Quoiqu'il ne s'est presque jamais adressé directement au peuple haitien pour l'inviter à s'opposer au régime de 1957, le gouvernement de François Duvalier l'accusa, dans les premières années du régime, d'avoir organisé l'opposition et le rendit responsable des premières vagues d'incursions des opposants et de la tentative du coup d'état du 29 Juillet 1958. Pour ce, il fut déchu de sa citoyenneté haitienne. Celle-ci ne sera retablie qu'après le départ de Jean-Claude Duvalier en 1986. A son retour en Haiti, cette même année. il reçut du CNG dirigé par le général Henri Namphy, un accueil digne d'un ancien chef d'état. Il devint même un conseiller spécial de ce dernier.


Paul Eugène Magloire épousa le 18 Août 1936, Yolette Leconte (née le 18 Juillet 1936). De cette union naquirent :
Raymond (13 Juin 1937),
Elsie (29 Juin 1938),
Myrtha (17 Juin 1940),
Paule (20 Mars 1944),
et Yola (10 Juin 1947).

Devenu aveugle au crépuscule de sa vie, Paul Eugène Magloire, président d'Haiti du 10 Décembre 1950 au 6 Décembre 1956 rendit l'ame à Port-au-Prince, le 12 Juillet 2001, à exactement une semaine de son 94ème anniversaire de naissance (Voir: Fameux disparus 2000-2002)

Livres sur Paul E. Magloire

Benjamin, George J. Le général Paul E. Magloire, sa politique de la santé dans ses rapports avec la renovation agricole, 8 octobre 1950-8 octobre 1952.
Port-au-Prince: Imprimerie de l'Etat, 1952.
32 p.; 24 cm.

Bernadin, Raymond. Général Paul Eugène Magloire: une biographie politique.
Montréal: Editions du CIDIHCA, 1999.
[vii], 289 p., 23 cm.

Defay, Louis. Yolette Paul Magloire. Première
mère d'Haiti. Sa vie, son oeuvre.
Port-au-Prince : s.n., [1953].
85 p. ; 24 cm.

Dymanche, Lyséas. La puissance du Colonel Paul E. Magloire, fleur de l'armée haitienne.
Port-au-Prince: Imprimerie du commerce, [1950].
52 p. , 24 cm.

Jolibois, Gérard. Considérations sur le programme du président élu Paul Eugène Magloire.
Port-au-Prince: Editions Henri Deschamps, [1952].
46 p. ; 20 cm.

Piquion, René. L'actualité de Paul Eugène Magloire.
Port-au-Prince: Editions Henri Deschamps, [1950].
5, [1] p. ; 18cm.

Sergile, Mme. Joseph. Pour une Haiti nouvelle. "Collection du tricinquantenaire".
Port-au-Prince: Imprimerie. du Séminaire adventiste, [1954].
13 p. , 21 cm.

Service d'information, de presse et de propagande.
Gouvernement d'Haiti. Deux ans au service du pays.
Port-au-Prince: Service d'information, de presse et de propagande [1952].
279 p., 24cm.[/quote]

Post Reply