Le drame des Haïtiens de Saint-Domingue:

Post Reply
User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1289
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Le drame des Haitiens de Saint-Domingue:

Post by Guysanto » Thu Nov 20, 2008 9:00 am

EDITORIAL DE L´AGENCE HAITIENNE DE PRESSE (AHP)

[quote]Le drame des Haitiens de Saint-Domingue: l'indifférence qui invite au pire
Nouvelles du 19 novembre 2008

Environ 800.000 haitiens résident en République dominicaine contre à peu près 20.000 dominicains en Haiti.

Les autorités des deux pays ne râtent pas une occasion pour se féliciter des bonnes relations existant au sommet, notamment entre les présidents René Préval et Léonel Fernández.

Et pourtant, il y a tellement d'interêts et même de vies sacrifiés à l'autel de ces supposées bonnes relations dont ne profitent, au bout du compte, que l'autre partie.

Les deux chefs persistent à fuir l'épineuse question migratoire et la commission mixte bilatérale n'est toujours pas réactivée.

Entre temps, les conflits entre dominicains et migrants haitiens- au cours desquels les haitiens sont le plus souvent les victimes- se multiplient dans différents points du pays (RD) - et récemment encore à Neyba et à Guayubin- au point qu'il ne se passe pas un mois sans qu'il y ait des Haitiens tués ou dont les droits sont foulés aux pieds.

Les informations rapportent que de 2005 à nos jours, au moins 16 cas d'actes xénophobes ont eté commis contre des Haitiens en République dominicaine.

Alors que les images de ces actes de violence largement diffusées à la télévision, povoquent des réactions d'indignation et de colère à travers le monde, les autorités haitiennes restent de glace et observent le plus grand mutisme. Certains disent même qu'on peut être soulagé qu'elles ne s'en prennent pas aux organisations qui rapportent les mauvais traitements infligés au haitiens.

Et la question de se poser automatiquement: qu'est-ce qui peut expliquer le silence des plus hautes autorités de l'Etat haitien sur un dossier aussi crucial?

On relève qu'en près de 10 rencontres entre les présidents Préval et Fernández, aucune décision serieuse n'a été prise en rapport avec le thème migatoire.

Beaucoup en sont arrivés à dire que les deux hommes se seraient entendus pour ne pas aborder une question qu'ils jugeraient trop compliquée, trop embarassante et de nature même à menacer leur pouvoir. C'est ce qui expliquerait qu'ils refusent d'en parler en public.

Et c'est ce qui expliquerat aussi cette nonchalance (du côté haitien surtout) à réactiver la Commission mixte dont un sous -groupe devrait justement s'occuper des questions migratoires et frontalières.

Jusqu'ici, seules deux ententes mineures ont ete signées dans le cadre de la question migratoire. La première ( juin 1998) concerne les modalités de recrutement des travailleurs saisonniers haitiens et les dominicains qui viennent travailler en Haiti dans différentes sphères d'activités.

La deuxième (déc. 1999) concerne les conditions de rapatriements des Haitiens.

Aucune des deux parties ne respecte ces ententes: les Dominicains se livrent à des opérations de recrutements clandestines et sans contrat et les Haitiens ne mettent pas en place les conditions qui devraient favoriser l'immigration régulière.

Beaucoup estiment qu'en enterrant le dossier migratoire et en ignorant les nombreuses exactions commises contre les haitiens en République dominicaine, Préval pourrait vouloir dire qu'il n'entend pas laisser quelques violations déranger son amitié avec Fernández.

En effet, les atrocités perpétrées contre les haitiens en République dominicaine seraient très dévastatrices pour la République Dominicaine et son tourisme si le gouvernement haitien décidait de les dénoncer de façon officielle.

Mais, qu'est-ce que Fernández pourrait payer pour le silence de Préval? Pourrait-il lui promettre que rien ne serait tenté contre lui à partir de la République dominicaine, contrairement à ce qui a été fait sous Hippolito Mejía contre le gouvernement Aristide?

Pour faire une telle promesse, il faudrait que le président dominicain oublie que nous avons un mandat de 5 ans sous haute protection de la MINUSTASH.

Dans des milieux haitiens et dominicains, on affirme que Fernández aurait persuadé Préval que le plus important pour lui, c'est de terminer paisiblement ce mandat sans manipuler des charbons ardents et que lui, il continuerait entre temps, en "bon papa bon coeur" de réclamer des fonds pour Haiti dans tous les forums internationaux.

Car après tout, seul le développement d'Haiti et la création d'emplois peuvent inciter les Haitiens à rester chez eux.

Il faut être honnête: même si les travailleurs haitiens ont beaucoup contribué dans la richesse de la République dominicaine, en travaillant dans les champs de canne, dans l'agriculture, la construction et l'hotellerie, aucun état qui commence à se faire un nom sur le plan international, qui attire des investisseurs étrangers, qui crée des structures pour faire venir des touristes et dont les dirigeants politiques et les leaders du secteur des affaires, toutes tendances confondues, acceptent de faire des compromis pour lancer leur pays sur la voie du développement, ne peut accepter que des gens en guenilles, des mendiants viennent quémander dans les rues de ses principales villes et déambuler aux abords des hôtels.

Si les autorités haitiennes au premier chef et les secteurs privés et politiques ensuite ne sentent aucune gêne à voir la fierté haitienne, s'il en reste encore, trainée là-bas dans la boue, s'ils ne sentent aucun besoin d'agir en toute urgence et de commencer à créer les conditions pour que les haitiens les plus vulnérables commencent à rester chez eux, il faudra s'attendre à la poursuite du processus de mépris et de rejet des haitiens et à de nouveaux drames.

Nous continuerons tout simplement d'être des dirigeants incompétents et sans prestige, des hommes d'affaires rétrogrades et des leaders politiques sans vision, mais nos victimes à Saint-Domingue comme ailleurs, n'auront comme aujourd'hui personne pour les défendre, chacun s'occupant de ses petits intérêts ou relations personnels. (AHP)[/quote]

Post Reply