TRANSFERT DE LA DIASPORA ET DEVELOPPEMENT RURAL EN HAITI

Post Reply
User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1289
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

TRANSFERT DE LA DIASPORA ET DEVELOPPEMENT RURAL EN HAITI

Post by Guysanto » Wed Nov 12, 2008 1:18 am

TRANSFERT DE LA DIASPORA ET DEVELOPPEMENT RURAL EN HAITI

Concept Paper préparé par Marcel Duret
Fondation Partage
Copyright (c) 2007
duret12@yahoo.com


I.- Justificatif

Selon la première étude effectuée par FOMIN de la BID, les transferts de fonds de la diaspora vers Haiti en 2006 s'élèvent à 1,65 milliards de dollars; ce qui représente plus de 33% du PIB. 77% de ce montant est utilisé pour l'achat de produits de première nécessité et 23% serait disponible pour des investissements tels que construction de maison, création de petites et moyennes entreprises, compte d'épargne etc. Les frais de transfert pratiqués par les différents acteurs dans le domaine du transfert sont de 6.4% contre une moyenne de 5.6% pour les autres pays de la région.

Le montant des transferts pour l'année 2007 s'élevait à 1,8 milliards de dollars.

Les données publiées par FOMIN sont pertinentes, mais un indicateur essentiel manque, à savoir le pourcentage des fonds transférés en nourriture ou d'autres produits de première nécessité. Il est estimé qu'au moins 15% (chiffre à vérifier) de ces fonds sont transférés sous forme de produits alimentaires, constitués presque à 100% de produits importés.

Comment de telles ressources peuvent-elles être réallouées dans le sens d'une croissance de l'économie nationale en général et dans le sens d'un développement rural en particulier? Diverses institutions travaillent à étudier les modalités d'une telle réallocation. FOMIN a travaillé sur le sujet et a fourni récemment des informations de première main. La Fondation Partage s'est aussi penchée sur le thème et propose notamment de :

- contribuer à promouvoir la production locale de produits alimentaires de base en faisant en sorte que la totalité ou une partie des transferts arrivant en nature (en terme de produits de consommation traditionnelle tel que igname, malanga, banane etc.) soit progressivement constituée de produits locaux et qu'il soit envisagé des incitations en ce sens à travers un financement spécial accordé aux entreprises qui se spécialiseraient dans la production, la transformation et le conditionnement de produits agricoles et agroindustriels pour les transferts en nature;

- moderniser toute la chaine de production des différentes filières;

- offrir à des investisseurs haitiens des opportunités d'investissement à partir des produits divers expédiés en nature de la diaspora;


II.- Objectif Général

Travailler à une meilleure allocation des ressources disponibles à partir des transferts provenant de l'étranger en Haiti


III.-Objectifs spécifiques

- reconquérir une partie du marché interne de produits alimentaires et autres dans le cadre des transferts en nature;

- Moderniser toute la chaine de production des différentes filières;

- Permettre aux producteurs de benéficier au maximum de leur production en éliminant les multitudes intermédiares qui les séparent du consommateur;

- Renforcer les organisations paysannes de bases impliquées dans la production;

- Promouvoir le concept de « Alliance Productive » ou de partenariat entre investisseur et producteur;

- Etudier en profondeur la situation de produits alimentaires servant de transfert en nature (volume, valeur, origine, prix, marge, répartition de valeur ajoutée etc.)


IV. Résultats espérés

- la couverture des besoins en produits alimentaires dans le cadre des transferts en nature est assurée progressivement par des produits alimentaires locaux de qualité confirmée.

- Définition et proposition de stratégies pertinentes en vue de remplacer progressivement les transferts en nature de produits par une production nationale correspondante (satisfaisant aux exigences de qualité, de présentation etc.)

- Des structures légères seront mises en place pour assurer le suivi et évaluation des actions


V.- Rôle de FOMIN, Fonkoze et de toutes autres institutions financières

Le FOMIN en collaboration avec Fonkoze devrait accompagner les initiatives visant à substituer les produits importés par des produits locaux en finançant d'abord les études de faisabilité en vue de la mise en place des structures nécessaires par filière et éventuellement financer l'exécution des projets. Ces institutions pourraient être représentées au sein des comités de pilotage créés pour chaque projet.


VI.- Investisseurs de la Diaspora

Des investisseurs individuels ou des groupes d'investisseurs devraient initier des dialogues avec les différentes compagnies impliquées dans le transfert de fond de la diaspora en vue de négocier des contrats de fournisseurs de produits divers utilisés dans le cadre des transferts en nature. Ces investisseurs devraient parallellement contacter les représentants de FOMIN et ou Fonkoze pour s'enquérir des différents programmes de financement offerts par ces institutions.


VII.- Rôle de la Fondation Partage

La Fondation Partage, une organisation non gouvernementale, propose d'accompagner les projets à toutes les étapes de leur implementation :
- Faciliter les négociations entre investisseurs et compagnies de transfert
- Préparer les études de faisabilité
- Participer à la gestion des projets
- Assurer le suivi et l'évaluation


En référence à l'article paru dans le Nouvelliste # 37954 du 7 au 9 novembre courant intitulé « La UNITRANSFER va acheter du riz local pour alimenter ses clients », la Fondation Partage et Marcel Duret se félicitent d'avoir provoqué ce partenariat entre la UNITRANSFER, RACPABA et OXFAM Intermon et espèrent que d'autres compagnies de transfert suivent cet exemple d'engagement pour la valorisation de la production nationale.

Post Reply