Port-à-Piment, un joyau de la côte sud d'Haïti

Post Reply
User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1289
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Port-à-Piment, un joyau de la côte sud d'Haiti

Post by Guysanto » Fri Jun 20, 2008 7:40 pm

http://www.lenouvelliste.com/article.ph ... 2008-06-19

Un joyau de la côte sud d'Haiti


Située à 52 kilomètres de la ville des Cayes, Port-à-Piment est l'un des refuges les plus paisibles de la côte sud d'Haiti. Bienvenue à tous ceux qui cherchent, comme il est écrit au portail de cette commune, une ville de paix et de tranquillité.

Si les quelques 25 mille habitants de Port-à-Piment n'ont pas les infrastructures nécessaires pour mener une vie confortable, ils peuvent par contre se réjouir de la beauté de la nature et de ses doux bienfaits. Ici, on ressent la chaleur et la douceur de vivre. L'air est frais et ''très égayant'' pendant toute la journée, le cadre pittoresque, reposant et sécuritaire. La vingtaine de rues bien tracées au coeur de cette ville sont propres et bien aérées.


Plus haut, plus attirant

Toute la beauté de Port-à-Piment se concentre dans les hauteurs. Du haut des montagnes, un superbe panorama de la ville s'offre au regard et vous donne l'impression d'être au sommet du monde. Port-à-piment présente l'image d'une grande cour soigneusement entretenue où le vécu quotidien est axé sur l'entraide et la solidarité. Là-bas, les maisons présentent, pour la plupart, le même aspect : mur de terre ou de briques, toiture en tôle galvanisée, fenêtre s'ouvrant sur la montagne et laissant pénétrer les chauds rayons du soleil, parterre de fleurs éclatantes de beauté dans un océan de couleurs et de lumière ...Les notables de cette commune ont certainement raison de la surnommer: Ville de paix et de tranquillité.

Port-à-Piment, un enchantement pour les visiteurs : Les arbres soigneusement alignées au bord de la route, comme un régiment de soldats, saluant l'arrivée des visiteurs. Le chant mélodieux des oiseaux, des espèces rares du pays, le mugissement des vagues se fracassant sur le rivage, la verdure impressionnante du relief... Tout ceci concourt à faire de ce coin un paradis hors du commun. Un décor d'une beauté à couper le souffle.


Le joyau naturel

Fondée en 1700, Port-à-Piment n'a pas toujours été un endroit où il fait bon vivre. Son ancien nom d'ailleurs semblait lui porter malheur. Figuier ! Un arbre qui, selon les écritures bibliques, aurait été maudit par le Christ. Au cours du 19e siècle, la région a été le théâtre de grandes mouvances politiques entre les Piquets et les Cacos. La ville fut bombardée à deux reprises. D'abord en 1869 par la flottille du président Sylvain Salnave et en 1908, lors de la prise d'armes contre le président Nord Alexis, rapporte l'écrivain Saurel Descombes, dans un ouvrage publié sur la ville.

Les malheurs abattus sur la cité n'ont heureusement détruit ni son âme, ni ses riches trésors légués par la nature. Outre ses arbres aux couleurs rubescentes, l'hospitalité de ses habitants, son potentiel agricole, Port-à-Piment porte en son sein un splendide joyau : la grotte Marie-Jeanne, la plus grande de toute la Caraibe.

Dominant les hauteurs de la ville, la grotte Marie-Jeanne est un véritable chef-d'oeuvre architectural. Selon les spécialistes, cette grande caverne aurait pris naissance au 3e âge géologique (Période où toutes les grottes du monde auraient été créées). Continuer >

Celui qui y pénètre pour la première fois aura probablement, s'il est claustrophobe, une sensation d'oppression et de peur. Des blocs de pierre suspendus par-ci, des masses de calcaires convexes et glissantes par-là. Le relief constituant la grotte Marie-Jeanne est plutôt tourmenté. Par contre, une fois à l'intérieur, une soif d'aventure vous saisit. D'une salle à l'autre, on a de plus en plus envie d'explorer les coins et recoins de ce beau monument, fasciné par toutes les images créées par les roches calcaires. Ces roches, ruisselantes d'eau de pluie, forment de magnifiques colonnes de stalactites et de stalagmites supportant ainsi les cavités supérieures et inférieures du grand édifice.


Des richesses peu connues

La grotte Marie-Jeanne s'étend sur trois niveaux. Le niveau médian, le seul jusque-là à avoir été exploré, comporte une cinquantaine de salles dont chacune est un refuge où dorment d'importantes substances minérales. Citons, entre autres, le sulfate de fer dont la valeur médicinale permet de combattre le rachitisme; le quartz, pierre entrant dans la fabrication des vitres de montres, d'horloges et autres objets du genre. Les roches calcaires, les coquillages, les ruches, les rayons de miel, les diverses variétés d'oiseaux nocturnes, sont autant de merveilles qu'on y retrouve.

Chaque salle porte un nom selon l'inspiration et le symbolisme que dégagent son contenu et sa forme. C'est le cas de la salle « La crèche Marie-Jeanne ». Là, les roches présentent la même photographie de l'endroit où le Christ a pris naissance. Golgotha, de signification hébraique « lieu du crâne », est surmontée d'une pente raide avec une roche bien incrustée au sommet donnant l'aspect d'un crâne. Le temple du caiman est appelé ainsi à cause de la présence d'une roche taillée tout naturellement à l'image d'un caiman. L'eau de pluie ruisselle sur presque toute la surface de la grotte et est recueillie dans un bassin entouré de quartz. La cuvette naturelle contenant cette eau stagnante porte le nom de piscine de Siloé.

Ce merveilleux patrimoine est pourtant peu exploré et valorisé. La grotte Marie-Jeanne a, tout comme Wana Lopiedra à Cuba, un grand potentiel touristique. Elle pourrait accueillir des centaines d'étrangers chaque année, soutient Saurel Descombes, notable et chercheur de la zone. Cependant, jusqu'à présent aucune étude n'a été entreprise sur la grotte qui détient pourtant des ressources minières importantes pouvant bien rapporter gros au pays.


La ville de toutes les croyances

Les habitants sont de fervents religieux. La majorité d'entre eux professent la religion catholique et sont solidement attachés aux activités de la paroisse de cette ville. D'autres adhèrent de préférence aux cultes réformés et participent aux cérémonies régulières des églises protestantes de la zone. Il n'est donc pas étonnant que la grotte Marie-Jeanne soit ainsi réputée pour ses valeurs spirituelles qui envoûtent la majorité de ses salles.

Des religieux y célèbrent des cultes selon leur profession de foi. Les vodouisants sentent dans les statuettes qui peuplent l'édifice la présence des dieux de la mythologie haitienne. Les catholiques y trouvent des images de la vierge et des saints tandis que les chrétiens évangéliques y voient le symbolisme du péché et de la clémence divine. La noirceur lourde et pesante des salles quand les bougies sont éteintes et l'éclat merveilleux qui se rétablit quant celles-ci sont rallumées constituent tout simplement pour eux l'expérience symbolique des ténèbres du monde et de l'admirable lumière du Christ.


In Raj Magazine

User avatar
Guysanto
Site Admin
Posts: 1289
Joined: Fri Mar 07, 2003 6:32 pm

Post by Guysanto » Fri Jun 20, 2008 7:47 pm

Depi Padel-Frantz pran retrèt li, li pran pòz retrèt la tèlman dous, tèlman bizi (nan gade foutbòl, jwe pingpong, fè bon ti manje) li pa gen tan pou fè echanj sou Ann Pale ankò. Men si gen yon atik ki pou reveye li pami lè mò, se atik sila ki pou fè sa. Paske depi yon moun di "Pòtapiman", misye toujou reponn "PREZAN!", kèlkeswa "lè di jou ou de la nui".

Ann suiv...

Frantz
Posts: 103
Joined: Fri Dec 29, 2006 5:06 pm

Post by Frantz » Fri Jun 20, 2008 9:13 pm

Guy monchè ou gen rezon wi. Se malèt mwen m-ap ranje koulye an pou-m ale fè yon vizit ankò. Kidonk m-ap reponn prezan e mwen tou pwofite envite-w ale ak mwen depi ou pa banm pote chaj..:)
Yon gwo mèsi deske ou poste atik sa sou Potapiman. Mwen si e sèten, Dr Roger ap kontan. Ou kwè nou pa ta ale fete fèt Window an nan Potapiman tou?
frantz

jafrikayiti
Posts: 218
Joined: Fri Dec 29, 2006 7:16 pm

Post by jafrikayiti » Sat Jun 21, 2008 12:03 pm

Frantz ekri:
"Ou kwè nou pa ta ale fete fèt Window an nan Potapiman tou?"

Pozitif ! Si se sèlman 52 kilomèt ki genyen an Potapiman epi Okay, ki limenm anfas Ilavach...., mwen kwè nou pati pou nou pase yon sezon vizit ekstraodinè ansanm.

Anplis, genyen Sault Mathurin, ki tou pre Kanperen (kote gen bèl mèvèy pou vizite tou wi! - se tande mwen tande, mwen poko wè ak je). Kidonk, mesyedam, annou travay pou rèv nou tounen reyalite. Ann louvri fenèt la pou nou kab viv yon bèl fèt nan sid peyi a - ansanm. Mwen reponn prezan...

Randevou kase!

Jaf

Post Reply